Monde

Pour Ikea, chacun de ses produits est une solution à un de vos problèmes existentiels

Temps de lecture : 2 min

Le géant suédois vient de lancer une nouvelle campagne drôle et innovante baptisée Retail Therapy.

Capture internet
Capture internet

Vous vous posez une question d'ordre existentiel? Ikea a la réponse qu'il vous faut. Du moins, c'est ce que la marque suédoise aimerait vous faire croire avec sa nouvelle campagne internet: Ikea Retail Therapy. Le géant du mobilier a ainsi créé un site miroir dans lequel ses produits sont rebaptisés sous forme de solution aux requêtes les plus populaires sur Google.

«Mon compagnon ronfe» vous amène sur un canapé; «il n'arrive pas à me dire je t'aime» est associé à un grand tableau noir; «ma fille sort toutes les nuits» à une boule à facette; «difficile de sortir un adolescent du lit», lui, est assigné à un tournevis électrique. Et ainsi de suite.

Au-delà de l'aspect humoristique, Ikea revendique ici la portée sociale de son travail, comme le fait remarquer PC Mag. «Les produits Ikea ont toujours été inspirés par la manière dont les gens vivent, proclame la vidéo de la campagne. Il y a toute une variété de problèmes qui se posent de la vie de tous les jours que nos produits peuvent résoudre ou améliorer.»


Outre un joli coup de pub, Ikea peut aussi espérer là changer son image. Car les visites dans les magasins de la marque ne sont pas nécessairement associés avec l'idée d'une balade de tout repos. Les courses chez Ikea sont même génératrices de tensions chez les couples, comme on vous l'expliquait l'an passé.

«Le magasin vous fait vous sentir pas à la hauteur, vous bataillez inconsciemment avec votre partenaire pour diriger et vous êtes embarrassé que ça prenne toutes les belles heures du samedi à deux adultes éduqués de monter deux tiroirs de commode», s'amusait The Atlantic.

En incitant le public à commander ses produits en ligne, peut-être le géant suédois fera-t-il d'une pierre deux coups.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«J'ai commencé à travailler sur les mennonites boliviens, les membres d'un mouvement chrétien évangélique anabaptiste parallèle à la Réforme protestante, en 2010 parce que j'étais curieux de savoir comment vivait ce genre de...

Newsletters