Science & santéEconomie

Les humains sont égoïstes? Les absences au travail prouvent le contraire

Repéré par Peggy Sastre, mis à jour le 19.12.2016 à 9 h 32

Repéré sur Journal of Economic Behavior & Organization

Une étude menée sur des ophtalmologues laisse entendre que nous aurions moins tendance à déserter notre poste quand nous savons que notre absence risque de pourrir la vie de nos collègues.

Image tirée du film «Office Space»

Image tirée du film «Office Space»

Selon trois économistes des universités d'Aberdeen et de Bath, au Royaume-Uni, nous avons tendance à regarder à deux fois avant de prendre un arrêt maladie ou un jour de congé lorsque nous savons que nos absences risquent de mettre nos collègues dans la panade. Une étude qui semble aller à l'encontre d'un des piliers de la théorie économique libérale selon lequel les humains seraient égoïstes par défaut et, dès lors, cherchent avant tout à valoriser leurs intérêts personnels afin de maximiser les profits qu'ils sont susceptibles d'en tirer.

Pour arriver à cette conclusion, Tim Barmby, John G. Sessions et Alexandros Zangelidis ont analysé, d'avril 2005 à septembre 2008, les absences de 64 ophtalmologues travaillant dans 22 cabinets écossais, soit 17.943 points d'observation au total. Certains de ces spécialistes travaillaient seuls et d'autres en équipe. Il en ressort que les praticiens ont 30% de chances en moins de prendre des arrêts maladie lorsque ceux-ci risquent d'augmenter la charge de travail d'un collègue sans compensation sur sa fiche de paye.

Jusqu'à présent, la grande majorité des études sur l'absentéisme professionnel se focalisaient sur l'action des salaires, des congés payés ou encore du temps de travail sur la défection des employés. Selon les travaux de Barmby et al., les relations que nous nouons avec nos collègues sont un facteur tout aussi important. Des recherches qui laissent entendre que le type d’interaction que nous entretenons avec nos congénères jouent sur notre aptitude (voire notre propension) à coopérer ou non.

Selon Alexandros Zangelidis, cette étude est même «la première à modéliser et mesurer la relations entre la coopération au travail et l'absentéisme. Et ce faisant, nous montrons que les gens ne sont pas aussi égoïstes qu'on pourrait le penser. Si nous élargissons ces données, je crois même que cette étude révèle quelque chose de profond et de très encourageant sur la nature humaine».

Un verre à moitié plein que le standard des recherches en économie a peut-être trop tendance à laisser de côté.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte