Économie

Goldman Sachs se rachète une conscience à 500 millions de dollars

Temps de lecture : 2 min

Goldman Sachs commençait à sérieusement agacer le petit monde de Wall Street. Non contente d'avoir été l'une des seules banques à sortir plus forte de la crise, la firme américaine se prenait pour Dieu en personne il y a dix jours dans la bouche de son PDG Lloyd Blankfein. La petite phrase a déclenché les foudres de l'opinion, le magazine Rolling Stones menant la charge.

Pour se racheter une conduite, Goldman Sachs vient d'annoncer qu'elle mettait 500 millions de dollars sur la table pour aider des petites entreprises à surmonter la récession. Faisant preuve d'une humilité toute neuve, la célèbre banque d'investissement reconnaît également qu'elle a pu faire des erreurs par le passé et s'en excuse.

Ces indulgences d'un nouveau genre seront supervisées par le plus grand actionnaire de Goldman Sachs et prophète de la finance mondiale, Warren Buffet. La banque utilisera les 500 millions pour proposer des formations, du coaching et des capitaux à 10.000 petites et moyennes entreprises.

Goldman Sachs — surnommée «Goldmine Sachs», «mine d'or Sachs» — a insisté mardi sur le fait que cette œuvre de charité n'était pas motivée par l'état catastrophique de son image. En octobre, la banque avait annoncé qu'elle doublait la dotation de sa fondation pour l'éducation en l'augmentant de 200 millions, mais cette mesure s'était retournée contre elle: la banque a été accusée de vouloir acheter le silence de l'opinion publique.

Lundi, 200 manifestants ont marché vers les bureaux de Goldman pour protester contre les bonus (au total plusieurs milliards de dollars), qu'elle devrait verser cette année.

[Lire l'article complet sur le New York Times]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: la tour de Goldman Sachs surplombant la baie de Manhattan par laverrue via Flickr

Newsletters

Concurrence

Concurrence

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

En France, un actif sur cinq a songé à quitter son emploi durant la crise sanitaire. De l'idée au passage à l'acte, encore faut-il anticiper pour éviter quelques déconvenues. 

Comment l’économie bénéficie-t-elle de l’épargne solidaire?

Comment l’économie bénéficie-t-elle de l’épargne solidaire?

Aujourd’hui, investir dans une épargne solidaire est avant tout un choix éthique et personnel. Pourtant, ce placement participe activement à la transition des entreprises pour répondre aux enjeux climatiques et devrait être mieux connu.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio