France

Thomas Legrand: Nicolas Sarkozy fait l'école buissonnière

Thomas Legrand, mis à jour le 18.11.2009 à 11 h 03

En voyage semi-privé en Arabie Saoudite et au Qatar, le Président de la République ne s'est pas fait chahuter par les Maires de France.

Nicolas Sarkozy est en voyage «semi-privé» en Arabie Saoudite et au Qatar, hier et aujourd’hui. Et ça tombe bien. Pendant ce temps la il ne se fait pas chahuter par les membres de l’AMF (Association des Maires de France) réunis porte de Versailles à Paris…

Avouez! On l’a tous fait un jour ce coup là: «j’peux, pas j’ai piscine», ou, plus incontournable, «j’peux pas, j’ai dentiste»! Quand on veut éviter une corvée, un rendez-vous rasoir. Et bien le voyage en Arabie saoudite et au Qatar de Nicolas Sarkozy, ça ressemble fort à un joli «j’peux pas, j’ai dentiste» politico-diplomatique. Le roi Abdallah et l’émir du Qatar sont de bons amis de la France et du Président, une petite visite dans ces deux pays n’est jamais du temps perdu pour la diplomatie française, les liens utiles à entretenir avec ces personnages influents au proche et moyen Orient… On a, en outre, toujours quelques contrats potentiellement juteux sur le feu, il est de bonne politique commerciale de relancer son client. On peut même imaginer que ce voyage débouchera sur une annonce de contrat.

Ce qui est pratique avec le commerce entre Etats à ce niveau, c’est qu’un contrat peut s’annoncer à peu près n’importe quand: à la promesse, à l’engagement, à la signature, à la livraison…souvenez vous des Rafales vendus au Brésil…et bien, en réalité, ils ne sont toujours pas vendus! Donc revenons à l’hypothèse de l’opération que l’on pourrait appeler «dentiste/piscine» Arabie/Qatar… la bonne excuse! Il ne fallait pas que Nicolas Sarkozy (qui sera à Bruxelles demain jeudi 19 novembre, ça, c’était prévu de longue date), donc il ne fallait pas que le chef de l’Etat soit en France pendant ces trois jours sinon, comment justifier de ne pas se rendre au congrès annuel de l’Association des maires de France?

Entre l’inconvénient assez dramatique de devoir affronter une bronca qui donnerait une image assez malsaine de notre vie républicaine et l’inconvénient de devoir se défiler en utilisant une excuse qui a toutes les chances d’être aussi crédible qu’un rendez-vous chez le dentiste à minuit, Nicolas Sarkozy a donc choisi la deuxième solution…Et il a bien fait. Même si effectivement ça se voit. L’Elysée nous présente ce voyage comme «semi privé»! C’est nouveau et l’on ne comprend pas vraiment ce que cela veut dire.

Est-ce qu’il y a une part de voyage privé et une part de voyage officiel ou est-ce que tout le voyage est placé sous ce drôle de vocable hybride «semi-privé»? Ce qui est un peu compliqué à accepter, c’est qu’il n’y ait aucun journaliste (hormis le permanencier de l’AFP) qui soit autorisé à couvrir ce voyage. Un voyage officiel sans journalistes, ni ministres, ni hommes d’affaire serait du jamais vu et une étrange conception de la transparence. Si c’est un voyage privé, alors il aurait pu être un peu décalé, au moins de quelques heures pour permettre au chef de l’Etat d’honorer sa promesse de venir chaque année au congrès de l’AMF. Surtout que le Président trouvera le temps, entre le Qatar et Bruxelles, d’assister ce soir au match des Bleus face à l’Irlande au Stade de France. D’où ce concept novateur: le voyage semi-privé!

Vu la façon dont le Premier ministre a été reçu hier par les milliers de maires, c’est vrai qu’il paraissait impossible au Président (non pas pour lui personnellement mais pour préserver la fonction) de se retrouver face à une assemblée à ce point hostile. Cette situation est révélatrice de la limite de la méthode de gouvernance à la hussarde du Président qui fait qu’aujourd’hui, il ne peut plus sortir de l’Elysée que dans un cadre très sécurisé, très balisé. Une situation qui, si elle perdure, risque d’isoler un peu plus le Président et lui faire perdre le contact nécessaire avec la population. Un contact qu’aucune des enquêtes d’opinion quasi quotidiennes commandées et commentées par Patrick Buisson ou Pierre Giacometti ne pourra remplacer.

Thomas Legrand

Lire également sur Nicolas Sarkozy: Le copié-collé fait partie de la Sarkolangue, Ve ou VIe république, Nicolas Sarkozy va devoir choisir et Nicolas Sarkozy, les paroles et les actes.

Image de Une: Nicolas Sarkozy et le Roi Abdallah d'Arabie Saoudite Philippe Wojazer / Reuters

Thomas Legrand
Thomas Legrand (156 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte