Culture

On a vu pour vous «Rogue One», le dernier Star Wars

Vincent Manilève, mis à jour le 14.12.2016 à 17 h 55

Pour connaître absolument tous les détails du film et agiter le spectre de spoilers auprès de vos proches, c’est juste en dessous.

Image tirée du film «Rogue One» (Disney, Lucasfilm).

Image tirée du film «Rogue One» (Disney, Lucasfilm).

MISE EN GARDE: Cet article est destiné aux personnes ne pouvant pas attendre de voir les surprises que cache ce nouveau film très attendu de la saga Star Wars, mais également aux personnes ne souhaitant pas le visionner mais qui veulent tout de même pouvoir en parler en société. Voici le résumé complet et détaillé du film et de ses spoilers, pour vous aider à vous fondre dans la masse des fans impatiens. A vos risques et périls donc. 

Dès les premières secondes de Rogue One, huitième long métrage consacré à la saga Star Wars, un détail nous interpelle: contrairement à d’habitude, la célèbre musique a été abandonnée et aucun texte déroulant n’apparaît pour présenter la situation initiale et poser les enjeux pour les deux heures qui vont suivre. On est bien dans un spin-off, un film déconnecté de l’histoire de la famille Skywalker, mais pas complètement. Pour comprendre l’histoire de Rogue One, il faut ainsi aller lire le texte de présentation du tout premier film, La Guerre des Étoiles, sorti en 1977.

«Des vaisseaux spatiaux rebelles, frappant depuis une base clandestine, ont remporté leur première victoire contre le maléfique empire galactique. Pendant la bataille, des espions rebelles ont réussi à s’emparer des plans secrets de l’arme ultime de l’empire, l’Étoile de la mort.»

Rogue One, c’est donc une histoire de rebelles et de plans secrets dont on connaît déjà la fin. Cette précision étant faite, sachez néanmoins que le film contient quelques révélations très intéressantes. Plongeons-nous donc dans ce film très attendu et d’ores et déjà salué par la critique.

Encore une histoire sur l'échec du parenting

Après le très attendu plan d’une planète vue de l’espace, on aperçoit une navette de l’Empire (de type Lambda T-4a) se rapprocher dangereusement de celle-ci. Au sol, une enfant, Jyn, court en regardant vers le ciel. Elle sait qu’un danger approche et court prévenir ses parents. Son père (l’ingénieur Galen Erso, interprété par Mads Mikkelsen,) lance à sa fille «Quoique je fasse, c’est pour te protéger». Quand on lance ce genre de phrase à sa jeune fille, c'est que ça sent le pâté. Pauvre Jyn. Pendant que sa famille s’enfuit dans les collines grises de la planète et après avoir prévenu un ami, Galen accueille son ancien chef, le directeur de l’Étoile noire, Orson Krennic, interprété par Ben Mendelsohn. «Le travail a pris du retard, il faut que vous reveniez», lance-t-il au déserteur, qui se révèle être le principal ingénieur de la terrible arme.

À quelques mètres de là, sa femme confie un collier à Jyn, lui dit de rejoindre leur cachette et décide de retourner aider son mari. Malheureusement, face au refus de Galen, Krennic abat son épouse, fait prisonnier l’ingénieur, et lance ses soldats à la recherche de l’enfant. Jyn réussit pourtant à se cacher et n’en sort que lorsque Saw Gerrera, un ami de la famille qui se révélera pour le moins instable, vient la chercher. Confier son enfant à un homme à l'équilibre fragile, on a connu mieux en terme de parenting dans Star Wars. Parfois. 


 

Le film nous emmène ensuite quinze ans plus tard. On apprend que Jyn, qui a changé de nom, est malgré tout prisonnière de l’Empire. Le film nous présente ensuite, sur différentes planètes, plusieurs personnages importants pour la suite de l’histoire. Cassian Andor (Diego Luna) tout d’abord, un capitaine rebelle qui apprend que l’Empire fabrique une arme dévastatrice. Puis vient ensuite Bodhi Rook (Riz Ahmed), un pilote déserteur de l’Empire venu de la part de Galen sur Jedha, planète aride et symbolique pour les Jedis, pour donner des informations importantes à Saw, qui préfère le garde comme otage plutôt que de l'écouter.

Alertés, les rebelles décident d’aller chercher Jyn qui, après avoir tenté de s’échapper seul, accepte de rejoindre le camp rebelle, sur la planète Yavin 4. «Félicitations, vous avez été sauvée», lui lance le robot K-2SO après l’avoir lui-même frappé pour l'arrêter dans sa fuite. Tout au long du film, l’humanoïde, doublé par l’excellent Alan Tudyk, apportera une touche d’humour et de cynisme salutaire. Rien à voir avec l'attachante naïveté de C-3PO.

Lors d’une discussion avec les dirigeants de l’Alliance Rebelle, où l’on revoit avec plaisir les sénateurs Mon Mothma et Bail Organa, Jyn apprend que Saw Gerrara, devenu un rebelle radical et paranoïaque, détient le pilote porteur d’informations primordiales sur son père Galen. La jeune femme accepte alors de partir avec Andor et K-2SO pour la planète Jedha dans l’espoir de négocier avec l’insoumis Gerrara.

Meilleur acteur dans un second rôle: les images de synthèse

Pendant ce temps-là, sur l’Étoile de la mort toujours en chantier, le directeur Krennic s’écharpe avec le Grand Moff Tarkin, apparu pour la première fois dans le film original et recréé ici grâce aux effets spéciaux puisque son interprète, Peter Cushing, est décédé en 1994. Le visage manque évidemment de naturel, mais les images de synthèse font le boulot. Tarkin s’inquiète de l'avancée rebelle et pousse son subalterne à finir l’arme au plus vite pour profiter de sa puissance.

Après un rêve rempli de souvenirs de son père, Jyn se réveille à son arrivée sur Jedha. Un vaisseau impérial, un destroyer, stationne au-dessus de Jedha City. Attention grosse révélation: il est là pour récupérer des cristaux de Kyber, nécessaires à la création de l’Étoile de la mort, mais également utilisés par les Jedis et les Siths pour construire leur sabre laser. Malgré la présence impériale, Cassian et Jyn s’infiltrent dans la ville pour y rencontrer un complice censé les guider vers le repère de Saw. Au milieu des étales, où grouillent des êtres venus d’ailleurs et des stormtroopers, un homme aveugle interpelle l’héroïne à propos de son collier, fait de Kyber. «Les étoiles les plus fortes ont des cœurs de Kyber», lance-t-il. C'est Chirrut Imwe, un ancien gardien du temple Jedi interprété par Donnie Yen et accompagné par son ami le soldat Baze Malbus (Jiang Wen).

«Cette ville est sur le point d’exploser», explique Cassian à Jyn en lui demandant de venir avec lui. C’est à ce moment que surgissent des rebelles du camp Saw, venus en ville pour attaquer les troupes impériales. Pris entre deux feux, les deux rebelles décident d’intervenir. Jyn tire à tout-va et touche un robot, ressemblant comme deux gouttes d’eau à K-2SO. Ce dernier, venu prêté main forte, lui lance alors: «Tu savais que ce n’était pas moi?» «Oui, oui…», ment-elle alors. Grâce à l’aide de Chirrut et de son bâton de bois ainsi que de Baze et son artillerie lourde, le petit groupe se débarrasse des stormtroopers. Malheureusement, le groupe de Saw, très méfiant, préfère les capturer. 

 

On sait enfin pourquoi un seul missile a suffi à détruire l'Étoile de la mort

Vient alors le moment des retrouvailles entre la rancunière Jyn et le paranoïaque Saw. Quand celle-ci lui reproche de l’avoir abandonné, ce dernier lui explique qu’il ne pouvait plus protéger la fille de l’ingénieur en chef de l’Étoile de la mort au sein de la rébellion. Puis il lui montre le message apporté par le pilote, une vidéo enregistrée de son père Galen, qu’elle n’a pas vu depuis quinze ans. «J’ai implanté un défaut indétectable dans l’Étoile de la mort», explique-t-il à celle qu’il appelle «Nébuleuse», livrant enfin le point faible visé par Luke Skywalker dans l’épisode IV, un module du réacteur.

Au même moment, l’Empire décide de tester son arme justement sur Jedha City où les rebelles gênent l’exploitation des cristaux. L’explosion de la ville provoque un séisme et menace la cachette de Saw. Les camarades de Jyn profitent du chaos pour s’échapper de leur cellule avec le pilote encore traumatisé et Saw demande à son ancienne protégée de rejoindre la Résistance pour accomplir le destin tracé par son père. «Saw refuse de fuir», lui lance-t-il avant d’affronter son funeste destin et de disparaître sous la roche.

Grâce à K-2SO, le petit groupe s’échappe à la vitesse de la lumière et repart pour la planète Eadu, où le pilote Rook travaillait avec le père de Jyn. Dans un message envoyé par un dirigeant rebelle, Cassian voit son objectif de mission secrète confirmé: il faut tuer Galen Erso, perçu comme une menace, comme un «criminel». Bien évidemment, il n’en touche pas un mot à Jyn et refuse de la croire quand celle-ci affirme que son père est en fait leur meilleur allié dans la lutte contre l’Empire.

Après un atterrissage catastrophique sur la pluvieuse Eadu, Cassian part avec Rook à la recherche de l’ingénieur. Le reste de l’équipe est censé rester au vaisseau, mais Jyn comprend vite le vrai objectif du soldat. «Son arme est en mode sniper», lui explique K-2SO, toujours sans la moindre compassion. Elle part alors sur les traces du capitaine avant d’être rejointe par Chirrut et Baze. Malheureusement pour Cassian, le directeur Krennic arrive aussi sur Eadu, envoyé par Tarkin pour tuer le traître qui a aidé Rook à fuir chez les rebelles. À peine sorti de sa navette, le sous-fifre de l’Empire décide alors de rassembler les ingénieurs et de tuer toute l’équipe de Galen, pour l’exemple. Plus grave encore, une escadrille rebelle débarque avec pour objectif de faire feu sur l’armée impériale et leur ingénieur en chef, Galen Erso.

Alors que Jyn sort de sa cachette et crie «Papa!» pour rejoindre son père, un missile rebelle frappe la plateforme de l’armée. Son père meurt dans ses bras, sans même un câlin d'au revoir. Alors que Krennic s’échappe et que l’Empire reprend le dessus, Rook débarque avec un vaisseau volé et permet à ses camarades de s’échapper rapidement. «Tu m’as menti», lance Jyn à Cassian, qui lui rappelle qu’il a lui-même décidé de «ne pas tirer», de «désobéir aux ordres». «Il n’y a pas que toi qui a tout perdu», lui rappelle le soldat, qui a rejoint les rebelles à l’âge de 6 ans. Une information importante puisque cela signifie qu'il n’a pas eu à subir les horribles rendez-vous avec la conseillère d’orientation à la fin du collège.

Dark Vador, au calme dans sa baignoire

La scène suivante montre alors le caméo qu’on attendait tous: le mythique Dark Vador, reclus dans une tour maléfique digne du Seigneur des Anneaux, où il semble passer la plupart de son temps dans un bain régénérateur (rappelons-le, Dark a été salement amoché par de la lave dans l’épisode III de la saga). Krennic, vexé par Tarkin, est venu le voir pour geindre et lui demander de garder le contrôle de l’Étoile. Le seigneur Sith lui répond en l’étranglant gentiment avant de le libérer de son emprise. «Prenez garde à ce que vos ambitions ne vous étouffent pas, directeur», lance-t-il en retournant dans sa salle de bain. Un mic drop ou un «MDR» en plus auraient été parfait à ce moment-là.


 

Chez les rebelles, on se dispute. Faut-il croire l’ingénieur en chef de l’Empire et sa fille, qui affirme qu’il suffit d’obtenir les plans de l’Étoile pour trouver son point faible? «Les rébellions sont bâties sur l’espoir», tente avec philosophie Jyn. La petite phrase aurait plu à maître Yoda, mais les dirigeants de l’Alliance n’ont pas le temps de niaiser et refusent d’attaquer la base de Scarif, où sont gardés les plans.

Désemparée, la jeune femme trouve pourtant le soutiens de ses nouveaux camarades qui, aidés par une poignée d’autres rebelles, décident de suivre son plan. Même K-2SO, qui a régulièrement montré sa méfiance vis-à-vis de Jyne, la rejoint. «Cassian m’en a donné l’ordre», précise-t-il, mettant fin à tout soupçon de mièvrerie naissante entre le robot et la jeune femme. Lors de leur envol, le pilote Rook invente un nom de mission pour justifier l’emprunt d’un cargo impérial volé, ce sera «Rogue One». 

Aucun des héros n'apparaît dans les suites, il fallait donc les tuer

En approchant sur Scarif, les difficultés ne se font pas attendre pour l’escadron. Il faut traverser un mur de défense invisible recouvrant toute la planète grâce à son unique portail. Evidemment, Rook a plus d’un tour dans sa poche et réussi à berner son ancien employeur et facilite le passage. Une fois posé au milieu d’une île recouverte de palmiers, tout près de la Tour Citadelle où sont archivés les plans de l’Étoile de la mort, le groupe se divise en deux. D’un côté, Jyn, Cassian et K-2SO se déguisent en soldats pour infiltrer la tour. De l’autre, le reste des rebelles est chargé de poser des explosifs un peu partout dans la base afin de faire diversion le moment venu. Là encore, on retrouve le directeur Krennic, qui a toujours autant de mal à arriver à l’heure pour la bagarre, mais qui espère en apprendre plus sur le contenu du message vidéo envoyé par Galen. Ce qu’il ne sait pas, c’est que son supérieur Tarkin a décidé d’utiliser l’Étoile de la mort pour détruire la base. Malaise au sein de la hiérarchie du Mal. 

Dans la tour Citadelle, K-2SO lance à ses amis, toujours avec cet humour pince sans rire qui le caractérise: «Il y a 88 gardes sur notre parcours optimal vers les archives. Nous allons parcourir 33% du chemin avant d'être abattus.» Cassian donne alors l’ordre de déclencher les explosifs et le groupe réussit à se faufiler au milieu du chaos. Dehors, Chirrut, Baze et les autres résistent tant bien que mal à l’assaut des stormtroopers. Heureusement, Yavin 4 s'est rendu compte qu'une mission suicide était en cours et décide de secourir le petit groupe. C’est à ce moment-là que l’on aperçoit furtivement R2-D2 et C-3PO, les deux robots présents dans chaque épisode de la saga. Malheureusement, le portail de Scarif se referme vite et seul quelques X-Wings peuvent attaquer la base impériale au sol, le reste du combat se déroulant dans l’espace. Sur la plage, on retrouve des véhicules familiers, les terribles TB-TT, venus en renfort pour attaquer le groupe d’insurgés, dont les pertes deviennent de plus en plus lourdes. À ce point du film, aucun sabre laser n’est apparu, ce qui est plutôt rafraîchissant; le réalisateur mise sur le déluge de feu et d’explosions.


 

Pas le temps de respirer pourtant, on retrouve l’équipe de Jyn confronté à un problème de taille. Si Jyn a pu accéder aux plans grâce au sacrifice du robot K-2SO, le fichier des plans est trop volumineux et leur envoi ne pourra traverser le champ de protection de l’Empire. Terrible constat que d’imaginer ce monde sans fibre ni wi-fi. Une seule solution: il faut prévenir leurs alliés dans l’espace pour qu’il détruisent le portail et libère la transmission. Pour cela, Rook envoie une équipe pirater la tour de communication et se charge lui-même de connecter son cargo à une antenne radio.

Dès lors prend place un massacre digne de The Walking Dead. À peine le temps de brancher le cargo et Rook disparaît dans une explosion. Chirrut décide de marcher au milieu des lasers en récitant sa prière Jedi («La Force est avec moi et je fais corps avec la Force») pour atteindre la poignée d’activation de l’antenne radio. Il réussit mais finit par être abattu. Baze, qui pense que la Force le protégera aussi, s’avance à son tour mais meurt sous les coups de ses ennemis.

Heureusement pour Jyn, qui arrive en haut de la tour pour charger les plans dans l’antenne, la flotte rebelle réussit à déconnecter le champ de protection de la planète: un vaisseau kamikaze a été envoyé sur un destroyer, qui s’écrase glorieusement sur le portail. Un jeu de domino simple mais efficace. Toujours en retard, le directeur Krennic tente d’empêcher le téléchargement, mais Jyne est secourue par Cassian, qui ne perd pas de temps et abat le grand vilain d’un coup de blaster. 


 

Les plans étant envoyés vers un vaisseau de l’Alliance, on pourrait croire que tout est bien qui finit bien. Et bien non. L’Étoile de la mort frappe la base de Scarif, laissant à peine le temps à Jyn et Cassian de s’étreindre avant de disparaître dans un déluge de feu. Les héros de Rogue One n'apparaissent pas dans les films qui suivent, il fallait donc les tuer. De son côté, Dark Vador tente d’intercepter les plans, bizarrement téléchargés sur une disquette au lieu d’être placés directement dans le cloud et partagé à toute la team Slack de l'Alliance. Un à un, les soldats rebelles s’effondrent sous les coups de sabre du terrible Vador, qui déchaîne une violence que l’on n’avait pas vue depuis longtemps.

Mais in extremis, un soldat réussit à s’échapper dans un module avec les plans et court les apporter à une certaine Leia Organa. D’abord, visible de dos, on pensait ne pas apercevoir son visage puisque l’actrice qui l’interprète a aujourd’hui 60 ans, soit quarante de plus que son personnage dans Rogue One. Mais là encore, grâce à la magie des images de synthèse, la princesse Leia de 1977 surgit devant nous. Après avoir récupéré les plans, elle prononce un simple mot, qui conclut le film: «L’espoir», référence directe à l’arrivée de Luke Skywalker dans l’épisode IV. 

Et voilà, on sait comment les rebelles ont obtenu, au péril de leur vie, les plans de l’Étoile de la mort, un morceau de l’histoire qui restait en suspens depuis presque quarante ans. La boucle est bouclée... Jusqu’à la sortie de l’épisode VIII l’année prochaine.

Vincent Manilève
Vincent Manilève (351 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte