Monde

Nucléaire: un accord secret entre l'AIEA et l'Iran

Slate.fr, mis à jour le 17.11.2009 à 15 h 59

Les Nations Unies et l'Iran négocieraient en secret un accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Il permettrait en échange de la coopération des autorités iraniennes avec les inspecteurs de l'Agence Internationale de l'énergie atomique (AIEA) la levée des sanctions tandis que Téhéran conserverait l'essentiel de son programme nucléaire.

The Times qui révèle cette information dans son édition du 17 novembre a eu entre les mains un projet d'accord en 13 points rédigé en septembre par les équipes de Mohamed ElBaradei, le directeur général de l'AIEA.

L'AIEA dément l'existence de ce document qui selon The Times lui a été communiqué par une des parties impliquées dans la partie de bras de fer qui est alarmée par les concessions faites au régime iranien.

Cette révélation intervient au moment même où l'AIEA met justement en garde contre le fait que l'Iran peut dissimuler d'autres sites nucléaires secrets comme celui d'enrichissement de Qom dont l'existence a été révélée en septembre et que ces inspecteurs ont pu visiter le mois dernier. Le rapport rédigé par les inspecteurs et qui doit être débattu la semaine prochaine par le Conseil de l'AIEA met en garde contre la forte probabilité que l'Iran cache d'autres installations de son programme nucléaire.

Le rapport insiste notamment sur le fait que le régime iranien ment quand il explique que la construction de l'installation d'enrichissement de Qom a commencé en 2007 dans la crainte d'une attaque israélienne. Il existe des preuves du démarrage du projet en 2002. Par ailleurs, la capacité de l'installation d'environ 3 000 centrifugeuses ne correspond pas à des besoins civils. Elle est trop faible. En revanche, elle peut produire suffisamment de matière fissile pour fabriquer une ou deux bombes atomiques par an.

Mohamed ElBaradei, qui a été accusé de faiblesse face à l'Iran, tente avant de quitter son poste à la fin de l'année de partir sur un succès et de trouver une solution acceptable à la fois par Téhéran et par les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, la Russie et la Chine qui sont les pays engagés dans les négociations.

L'accord pourrait notamment satisfaire la Russie et la Chine qui cherchent depuis des mois à trouver une solution de compromis avec l'Iran. Le Conseil de sécurité devrait révoquer les trois programmes de sanctions et les cinq résolutions ordonnant à l'Iran d'arrêter son programme d'enrichissement d'uranium. L'Iran aurait le droit de poursuivre l'enrichissement d'uranium mais sous le contrôle étroit de l'AIEA.

[Lire l'article complet sur THE TIMES]

Lire également sur le même sujet du programme nucléaire iranien: De quoi l'Iran a-t-il peur?, Pourquoi Israël attaquera l'Iran?, Nucléaire: l'Iran gagne encore du temps, Surprise: l'Iran ment! et Les risques d'une attaque israélienne contre l'Iran.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le site secret d'enrichissement d'uranium près de Qom  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
AIEAIrannucléaireLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte