Monde

À l'énergie, Trump nomme un ex-gouverneur qui avait promis d'abolir le ministère de l'Énergie

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 13.12.2016 à 18 h 28

Repéré sur New York Times, Slate.com

Rick Perry est un climatosceptique qui sera à la tête d'un ministère chargé de financer la recherche en énergies renouvelables.

Rick Perry à la Trump Tower de New York le 12 décembre 2016. DREW ANGERER/AFP.

Rick Perry à la Trump Tower de New York le 12 décembre 2016. DREW ANGERER/AFP.

Dans l'administration Obama, les deux ministres de l'Énergie étaient Steven Chu, un prix Nobel de physique, et Ernest Moniz, un ancien professeur de physique nucléaire à MIT. Pour leur succéder, le président-élu Donald Trump a choisi Rick Perry, un ancien gouverneur du Texas sans expérience dans le domaine. 

En 2011, lors d'un débat pour les primaires républicaines, Perry est devenu célèbre pour avoir déclaré que s'il était élu, il éliminerait trois ministèrs, dont celui de l'Éducation, du Commerce et... 

«Le troisième, je peux pas. Désolé. Oups», avait-il dit, avant de se rappeler du ministère de l'Énergie, plus tard dans le débat.

Après sa brève campagne pour les primaires républicaines en 2015, il avait participé à l'émission «Dancing with the Stars», dont il a été éliminé au deuxième tour. Il était cependant revenu pour la dernière de l'émission, lors de laquelle il avait fait le DJ et dansé avec Vanilla Ice:

Dans un livre publié en 2010, Rick Perry avait écrit que le réchauffement climatique était «du grand n'importe quoi» et qu'il était inquiet que la science ait été «prise en otage par la gauche». Or, s'il est confirmé par le Sénat, Perry sera à la tête d'un ministère dont une des missions principales est de financer la recherche en énergies renouvelables. Pendant sa campagne, Trump avait critiqué les régulations en matière d'extraction de pétrole, de charbon et de gaz naturel.

Trump, «cancer du conservatisme»

Une des autres missions essentielles du ministère de l'énergie est l'entretien et la gestion des centrales nucléaires et armes nucléaires, un domaine dans lequel Perry, contrairement à ses prédecesseurs, n'a aucune expérience. 

Il est aussi au Conseil d'Administration d'Energy Transfer Partners, dont une filiale, Dakota Access LLC, est en charge de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, dont la construction à Standing Rock vient d'être suspendue par l'administration Obama suite à des mois de manifestations des Améridiens de la région. 

Avant d'avoir officiellement apporté son soutien à Trump en mai dernier, Perry avait été un des premiers républicains à dénoncer l'actuel président-élu. En juillet 2015, il avait déclaré: «La candidature de Donald Trump est un cancer du conservatisme, et il doit être clairement diagnostiqué, excisé, rejeté.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte