Monde

Une agence de casting cherchait un «vrai néo-nazi» membre de l'«alt-right» pour une publicité

Temps de lecture : 2 min

Le signe que la nouvelle extrême droite américaine a gagné la bataille culturelle?

Dans la voiture d'un leader neo-Nazi le 22 juin 2013 en Mongolie. REUTERS/Carlos Barria
Dans la voiture d'un leader neo-Nazi le 22 juin 2013 en Mongolie. REUTERS/Carlos Barria

Tout est parti d’une annonce publiée aux Etats-Unis sur les réseaux sociaux dans le cadre d’un casting pour une publicité de la marque Cadillac. Le texte de l'annonce mentionnait un «vrai penseur de l’alt-right (néo-nazi)». L'alt-right ou «alternative right», désigne la nouvelle extrême droite américaine et ses courants, incluant parmi les plus radicaux les suprémacistes blancs, les antisémites et, donc, les néo-nazis.

Pour éviter les équivoques, l'intitulé mentionnait d'ailleurs entre parenthèses qu'il s'agissait bien d'un «néo-nazi», homme ou femme, de 20 à 40 ans, précisant –apparemment sans ironie– qu’il pouvait être de toute origine ethnique. L’agence voulait selon Reuters mettre en scène de «vraies gens» de «tous les milieux» amateurs de Cadillac dans sa publicité, et recherchait des «vrais militaires en service ou à la retraite», des «vrais coureurs ou cyclistes olympiques», un «vrai chauffeur de taxi», ainsi donc que de vrais néo-nazis.

Cadillac, qui a déclaré ne pas être au courant de la démarche qu’elle n’avait ni autorisée ni approuvée, l’a condamnée après que des internautes aient rendu l’information virale, et la personne à l’origine de l’annonce a été licenciée.

L'annonce d'origine. Via Reuters.

Via Gizmodo.

Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters