Science & santé

Écoutez un singe vous demander en mariage

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 11.12.2016 à 18 h 51

Repéré sur Popular Science, Princeton University

Des chercheurs ont démontré que les macaques étaient anatomiquement capables de nous parler, et ont même généré une voix de synthèse pour simuler leur amplitude vocale.

Célèbres "selfies de macaque" / source Wikipedia, montage Slate.fr

Célèbres "selfies de macaque" / source Wikipedia, montage Slate.fr

On les savait déjà capables de réaliser –involontairement– de très beaux selfies. Un article scientifique récemment publié démontre que les macaques ont aussi les capacités anatomiques de parler ou, plus exactement, de produire des sons «clairement intelligibles» par l'oreille humaine.

Des explorations au rayon X de l'anatomie des macaques (larynx, lèvres, langue) ont permis à deux cosignataires de l’article (un professeur de psychologie de Princeton et un professeur de biologie cognitive de l’université de Vienne) de déterminer l’amplitude des possibilités vocales à ce jour inexploitées de ces primates.

Source: Asif Ghazanfar, Princeton Neuroscience Institute

Selon les chercheurs, un macaque qui aurait les capacités cérébrales pour s’exprimer pourrait physiquement produire des sons de voyelles et mêmes des phrases entières à peu près compréhensibles. Mais le plus fascinant, c’est qu’un troisième co-auteur, spécialiste d’intelligence artificielle, a utilisé les données recueillies pour mettre au point un modèle qui prédit et simule l'amplitude vocale d'un macaque qui parlerait avec des humains. Ne reculant pas devant la crainte du mauvais goût ni l’éventualité de terroriser la population, le chercheur a fait dire à cette voix de synthèse «Would you marry me?», une proposition de mariage en bonne et due forme –et en anglais.

Computer-generated Macaque grunt

 La recherche était partagée sur les raisons pour lesquelles les humains ont développé des langues pour communiquer entre eux, mais pas les singes: or cette étude apporte une contribution importante en prouvant que le fossé n'est pas lié à des diférences d'anatomie, mais aux possibilités cérébrales des uns et des autres. Reste à savoir pourquoi les humains ont évolué vers des capacités neuronales et cognitives aboutissant à une riche production de sons pour se comprendre, et pas les autres primates.

Magie de l'actualité ou clin d'oeil volontaire des auteurs, l'article est paru dans Science Advances le même jour que le premier trailer du troisième volet du reboot de La planète des singes.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte