Monde

Bonne nouvelle: la Russie n’a pas l’intention d’envahir la Suède

Temps de lecture : 2 min

L’ambassadeur a jugé la rumeur «ridicule».

 Uppsala universitet - Campus Gotland
  | Dagge67 via Wikimédia CC License by

La phrase, relayée par le site The Local, a de quoi interpeller. Mercredi 7 décembre, lors d’une interview accordée à la télévision suédoise SVT, l’ambassadeur russe dans le pays n'a pas pu éviter un sujet épineux: les soi-disant tensions entre les deux États.

À propos d’éventuels sites stratégiques suédois visés par la Russie, Victor Tatarintsev a expliqué: «Nous respectons l’intégrité de la Suède et nous n’avons aucun plan pour attaquer la Suède, alors les Suédois peuvent dormir tranquilles.»

Cette intervention était très importante pour la Suède car elle met fin, de manière officielle, à plusieurs mois de tensions et de doutes autour des intentions russes. Comme l’écrit le Washington Post, la Suède «a été inquiétée par des indices laissant croire que des sous-marins inconnus ont pénétré leurs eaux, de façon assez similaire à ce qu’avaient fait les Soviétiques à leur époque. Les avions russes sont aussi entrés dans l’espace aérien suédois pendant des exercices dans les Baltiques, entraînants des plaintes de la part de Stockholm.»

Mauvais lapsus

Si l’on ajoute à cela l’installation de troupes sur l’île suédoise de Gotland, et un rapport publié en septembre expliquant que l’armée russe pourrait la conquérir en quelques heures à peine, il est facile de dire que la relation entre les deux pays était pour le moins compliquée.

La tension est telle que la Suède a sombré dans le complotisme en pensant un temps que son voisin maritime était à l’origine de la chute d’un émetteur de télévision dans la ville de Borås en mai dernier. L’ambassade russe avait alors moqué l’inspiration très «James Bond» dans les théories et analyses qui ont émergé dans le pays.

On comprend donc mieux l’importance de la prise de parole de Victor Tatarintsev, qui vient une nouvelle fois tenter de rassurer son pays d’accueil. Mais comme le rappelle le Washington Post, il ne faut pas être complètement rassuré pour autant. «Il est ridicule d’avoir un quelconque doute sur le fait que la Russie a des plans spéciaux pour attaquer la Suède, Gotland, Karlshamn, Slite... Ridicule», avait-il d'abord affirmé. Lapsus intéressant mais l'ambassadeur s'exprimait en suédois, l'erreur et facilement compréhensible. Mais à propos de la Crimée, le diplomate a estimé que la Russie n’a jamais occupé la péninsule ukrainienne puis que la Crimée a toujours fait partie, selon lui, de son pays.

Newsletters

Le lobbying ne date pas d’hier, mais du XVIIᵉ siècle

Le lobbying ne date pas d’hier, mais du XVIIᵉ siècle

La Compagnie britannique des Indes orientales a réussi à influencer les plus hautes sphères politiques d'outre-Manche.

Elizabeth Warren est-elle socialiste, comme l'assure la presse conservatrice américaine?

Elizabeth Warren est-elle socialiste, comme l'assure la presse conservatrice américaine?

L'entrée en campagne réussie de la sénatrice dans les primaires démocrates aux États-Unis invite à considérer de près son programme qui peut sembler radical.

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Trente ans après la chute du mur de Berlin, les odes à la RDA rencontrent un surprenant succès auprès d'une génération qui n'a jamais connu son pays scindé en deux.

Newsletters