Culture

Les dix soaps à regarder sans s'arrêter sous la couette pour les fêtes de Noël

Pauline Thompson, mis à jour le 24.12.2016 à 11 h 14

C'est la fin de l'année, faites-vous plaisir.

The Crown / The Affair / Empire

The Crown / The Affair / Empire

Comme toutes les séries, les soaps ont aussi fait un bond en qualité et en diversité. Fort heureusement, on est maintenant assez loin de Dallas ou Amour, Gloire et Beauté et on peut (presque) les regarder sans avoir trop honte. Voici donc une liste non exhaustive de rattrapage pour les vacances.
 

1.Empire

Impossible de faire une liste de soaps à regarder sans mentionner Empire qui raconte les coulisses du label Empire Entertainment, dirigé par la sulfureuse famille Lyon régnant sans partage sur le hip-hop et dont la mère Cookie Lyon (Taraji P. Henson, Emmy Awards de la meilleure actrice dans une série dramatique en 2016 pour ce rôle) justifie à elle seule de regarder la série. Amour, trahison, loyauté, complots, cachoteries, meurtres, jalousie, tout y est bien généreusement déployé. Les deux premières saisons sont assez jubilatoires –si tant est qu’on supporte les sourcils droits levés face caméra suggérant subtilement une trahison et/ou une prise de conscience. La troisième saison, diffusée depuis septembre 2016, se rapproche dangereusement des Days of our lives de Friends  et contient un peu trop d’intrigues quasi incestueuses et de retournement de situations lourdingues. Mais Cookie Lyon est toujours en forme.

 

2.Nashville

Sorte d’Empire version musique country, cette série a pour plus grand mérite d’avoir créer le génial personnage de Rayna Jaymes, tout aussi génialement interprété par Connie Britton qu’on avait déjà adorée dans Friday Night Lights (autre soap à rattraper de toute urgence si ce n’est pas déjà fait et qui, en petit bonus, vous fera aimer le football américain). Après quatre saisons, ABC n’a pas renouvelé la série qui a finalement été rachetée par CMT et reprend donc le 15 décembre pour le plus grand bonheur des «Nashies».


 

3.The Crown

Grande fresque monarchique produite par Netflix, The Crown a pour ambition de retracer la vie de la reine Elizabeth II de son mariage à nos jours. Si vous êtes en manque de Downton Abbey, The Crown pourra en partie vous apaiser. C’est globalement la même chose, en un peu moins bien, avec moins de problème d’argent (rapport à son statut de reine) et moins d’intrigue juteuse, la famille Windsor étant moins compliquée que la famille Crawley. Mais, avantage pour The Crown: la présence de Winston Churchill très bien joué par John Lithgow.

 

4.This Is Us

Comme l’a très bien résumé le New York Times: «Regarder This Is Us, c’est un peu comme se faire taper dessus avec un oreiller trempé de larmes.» C’est effectivement un peu ça. Écrit par Dan Fogelman, le scénariste de Crazy, Stupid, Love, la série se concentre sur quatre personnages partageant le même anniversaire et un peu plus que ça.

 

5.Doctor Foster

Un beau matin, Gemma Foster trouve un rouge à lèvre dans la poche de son mari puis un cheveu blond sur son écharpe. Ces deux indices démarrent la descente aux enfers du couple aux apparences pourtant parfaites tandis que nous suivons le docteur Gemma Foster (Suranne Jones) sombrer dans les affres de la jalousie. Sorte de Truman Show du mariage, cette série anglaise diffusée en 2015 sur la BBC puis en juin 2016 sur D8 revient en 2017 pour une deuxième saison, juste le temps de rattraper la première. À ne surtout pas regarder si vous avez une tendance à la paranoïa vis à vis de votre conjoint(e).

 

6.Gilmore Girls

Pour moi Gilmore Girls, c’est mon année d’étude dans une fac américaine et ma roommate, avec qui je partageais une chambre de dorms de 15m2 , qui regardait cette série à longueur de journée en mangeant des chips vegan. J’ai donc plus subi qu’apprécié les turpitudes de Rory Gilmore et de sa maman Lorelai et le retour de la série sur Netflix sonnait un peu comme un cauchemar. Mais passé ce trauma la série a du bon et c’est probablement pour ça qu’elle est devenue culte. Vous pouvez donc rattraper les sept saisons et enchainer sur les quatre nouveaux épisodes de quatre-vingt dix minutes.

 

7.Roadies

Cameron Crowe retrouvait ici son amour pour les personnages de l’ombre qui entourent les grands groupes de rock et contribuent à leur légende. Après avoir sublimé les groupies et les chroniqueurs de musique dans Almost Famous, il revenait en 2016 avec la série Roadies diffusée sur Showtime et dont l’intrigue se concentrait, sans surprise, sur les roadies, c’est-à-dire toute l’équipe de techniciens sans qui une tournée ne pourrait pas exister. Alternant entre comédie et grands sentiments, la série n’a cependant pas trouvé son public et a été arrêtée après une saison qui vaut quand même la peine d’être regardée.

 

8.Pitch

Depuis quelques années, les scénaristes hollywoodiens semblent avoir enfin compris que les femmes aussi étaient victimes de discrimination et qu’ils pouvaient donc également créer des personnages féminins se battant contre l’adversité et les préjugés pour réaliser leurs rêves. Ici, c’est Ginny Baker, jeune joueuse de baseball très talentueuse qui devient la première femme à jouer dans la Major League de baseball après avoir été sélectionnée par les San Diego Padres. Très classique dans la forme et la narration mais toujours agréable à regarder sous la couette.

 

9.The Affair

À mi-chemin entre le drame et la comédie de mœurs, The Affair part de la liaison entre Noah Solloway et Alison Lockhart pour explorer les différents points de vue narratifs des protagonistes et la fiabilité de leurs souvenirs, le récit évoluant au grès de leurs subjectivités. Les perspectives sur l’intrigue changent à chaque saison, on est à la troisième.


 

10.Good girls revolt

Mention spéciale pour Good Girls Revolt, pas vraiment un soap (on triche un peu) mais plutôt une sorte de Mad Men qui prendrait le point des vues des femmes sur la société américaine de la fin des années 1960. Diffusée fin octobre 2016 par Amazon, la saison 1 raconte les inégalités entre hommes et femmes et le sexisme au sein du magazine News of the Weeks qui va mener à la révolte des employées. Inspirés de faits réels et du livre Good Girls Revolt de Lynn Povich, la série provoque un sentiment aigre-doux mettant en lumière à la fois le chemin parcouru par les femmes depuis quelques décennies et tous les éléments n’ayant malheureusement pas évolué, à commencer par la suspicion d’incompétence systématiquement portée sur les femmes.

Pauline Thompson
Pauline Thompson (24 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte