Monde

À l'environnement, Trump nomme un climatosceptique financé par des magnats du pétrole

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 08.12.2016 à 10 h 51

Repéré sur Slate.com, New Yorker

Scott Pruitt, ancien procureur général de l'Oklahoma, a fait plusieurs procès à l'Agence de protection de l'environnement, l'agence qu'il va diriger.

Scott Pruitt à la Trump Tower de New York le 7 décembre 2016. Spencer Platt/AFP.

Scott Pruitt à la Trump Tower de New York le 7 décembre 2016. Spencer Platt/AFP.

Sur sa page Linkedin, Scott Pruitt, que Donald Trump vient de nommer pour diriger l'Agence de protection de l'environnement (EPA) se vante d'être «un des principaux acteurs de la lutte contre le programme militant de l'EPA». 

Par «programme militant», Pruitt, qui est procureur général de l'État d'Oklahoma, désigne les initiatives mises en place par l'administration Obama pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. En effet, en tant que procureur, Pruitt est à l'origine d'un procès fait par vingt-huits États républicains contre les régulations mises en place par l'Agence de protection de l'environnement. Le procès est en cours –un appel a été entendu en septembre– et devrait aller jusqu'à la Cour suprême.

En tant que procureur, il a aussi fait des procès contre des régulations fédérales visant à limiter les émissions d'arsenic et de mercure venant des centrales électriques. 

Dans un éditorial de mai dernier pour la National Review, Pruitt avait ainsi clarifié sa position climatosceptique:

«Les scientifiques continuent d'être en désaccord sur le degré et l'étendue du réchauffement climatique et sur ses liens avec les activités humaines. Il faut encourager ce débat –dans les écoles, les forums publics, au Congrès.»

Cette position a jusqu'ici été très lucrative pour Pruitt. En effet, ses campagnes politiques en Oklahoma ont été financées par plusieurs milliardaires et millionnaires liés à l'industrie du pétrole et du charbon, notamment les frères David et Charles Koch.

«C'est comme avoir un pyromane pour lutter contre les feux de forêt»

Ses liens avec ces industriels sont très intimes. En effet,  en 2014, le New York Times avait révélé que des lettres qu'il avait envoyé à l'Agence de protection de l'environnement pour critiquer des régulations concernant le forage pétrolier avaient été écrites par des avocats travaillant pour Devon Energy, une des plus grosses compagnies pétrolière et gazière du pays. 

Dans un communiqué, l'association de défense de l'environnement Sierra Club a ainsi résumé la situation:

«Mettre Scott Pruitt à la tête de l'Agence de protection de l'environnement, c'est comme avoir un pyromane pour lutter contre les feux de forêt.»

Pourtant, deux jours avant la nomination de Pruitt, l'ancien vice-président Al Gore, connu pour son combat contre le réchauffement climatique, avait rencontré le président-élu et sa fille Ivanka à la Trump Tower, une réunion qui avait donné de l'espoir aux organisations de défense de l'environnement. 

«Je ne sais pas ce qu'a dit @algore, mais visiblement, @realDonaldTrump n'a pas compris», a tweeté David Axelrod, l'ancien conseiller de Barack Obama. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte