Allemagne

Les Allemands rêvent des 35 heures

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 06.12.2016 à 16 h 08

Repéré sur Körber-Stiftung, Der Spiegel, ZDF

Voire de travailler encore moins.

Octobre 1999 I ERIC FEFERBERG / AFP

Octobre 1999 I ERIC FEFERBERG / AFP

Alors qu'en France, les partisans du retour à une semaine de travail de 39 heures citent souvent l'Allemagne en exemple, et que François Fillon voudrait l'appliquer aux fonctionnaires s'il est élu président en 2017, les travailleurs allemands, eux, ne rêvent que d'une chose: travailler moins.

Selon la législation allemande actuelle, une journée de travail ne doit en principe pas excéder huit heures. Un employé à temps plein outre-Rhin travaille donc 40 heures par semaine en moyenne. Or, d'après un sondage réalisé par l'institut d'études d'opinion Forsa pour la fondation allemande Körber-Stiftung auprès de 1.701 citoyens allemands, ces derniers souhaiteraient travailler en moyenne six heures et 18 minutes de moins par semaine. Les employés interrogés travaillant en moyenne 37,6 heures par semaine, cela signifierait donc une semaine de travail à 31,3 heures.

Mais toujours d'après ce sondage, dont l'hebdomadaire Der Spiegel rapporte les principaux résultats, près de deux tiers des employés travaillent en réalité plus que ne le prévoit leur contrat de travail: 13% d'entre-eux travaillent chaque jour plus longtemps que prévu. 21% des travailleurs déclarent devoir faire des heures supplémentaires plusieurs fois par semaine, et 25% une à deux fois par semaine. Des résultats qui confirment ceux d'une étude publiée par le DGB, la Confédération allemande des syndicats allemands, en février 2016, selon laquelle 60% des employés feraient des heures supplémentaires en Allemagne, comme le rapportait alors le site de la chaîne de télévision ZDF.

La mauvaise image du temps partiel

Le sondage de la Körber-Stiftung ne précise toutefois pas si les employés qui souhaitent travailler moins seraient également prêts à renoncer à une partie de leur salaire. Et à leurs possibilités de carrière, car un emploi à temps partiel continue de s'apparenter à une impasse professionnelle: seul un employé sur trois rapporte que des employés à temps partiel se voient confier des tâches de direction. Une majorité d'employés souhaite que l'emploi à temps partiel ne soit plus un frein à une bonne carrière. De la même manière, ils sont nombreux à souhaiter plus de flexibilité: 39% estiment qu'il est très important d'avoir également la possibilité de travailler depuis chez soi.

Mais ils se révèlent beaucoup plus conservateurs quand il s'agit de répartir les rôles au sein d'une famille dont les deux parents travaillent. 59% des employés expliquent avoir opté pour le modèle suivant: le père travaille à temps plein, la mère travaille à temps partiel et s'occupe du foyer, et 26% disent préférer cette répartition des tâches, alors qu'ils ne sont que 3% à faire l'inverse et 1% à favoriser cette option.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte