Science & santéScience & santé

Ne le sous-estimez pas, votre cerveau fonctionne comme celui de Sherlock

Repéré par Alix Fieux, mis à jour le 06.12.2016 à 13 h 30

Repéré sur Science Mag

Arrêtez de vous sous-estimer et faites confiance à votre mémoire. Elle est aussi bonne que celle de Sherlock Holmes. Mais elle n'est certainement pas aussi unique...

Capture d'écran

Capture d'écran

Sherlock, le détective le plus célèbre de la BBC, possède un pouvoir: son cerveau contient un véritable catalogue mental parfaitement organisé de tous les souvenirs jamais emmagasinés par le détective. Fiction!, direz-vous. Mais vous vous sous-estimez. Une nouvelle étude vient de révéler que notre activité cérébrale serait en réalité bien plus proche que celle de cher Sherlock Holmes que nous l'imaginions. 

Janice Chen, chercheuse et doctorante en psychologie à l'université de Princeton, et Yuan Chang Leong, étudiant diplômé en psychologie à l'université de Stanford, ont convié 22 personnes se soumettre à une IRM (imagerie par résonance magnétique) afin de retracer le flux sanguin de leur cerveau et de mesurer leur activité cérébrale. Pendant quarante-huit minutes, les personnes ont ainsi visionné un extrait du premier épisode de la série Sherlock diffusée par la BBC («A Study in Pink» pour les amateurs). Tout de suite après, Chen a demandé aux volontaires de lui raconter l'extrait aussi précisément que possible.

«La première chose qui nous a frappés, c'est la qualité de la mémoire de chacun», raconte Chen. Elle avait initialement prévu que la plupart des gens raconteraient leurs souvenirs pendant dix minutes environ. Au lieu de cela, les participants ont passé en moyenne plus de vingt minutes à décrire les scènes, en détaillant même le type de chapeau que Sherlock portait, les couleurs de son appartement, et les relations entre les personnages.

Vos souvenirs, pas si uniques... 

En comparant l'activité cérébrale des téléspectateurs au moment où ils visionnaient l'épisode et lorsqu'ils le racontaient, l'expérience a révélé que les parties du cerveau mobilisées étaient les mêmes. Pour Chen, c'est la preuve, d'un «modèle cérébral distinct, comme une empreinte digitale, pour chaque scène de film». 

L'expérience a également montré que lorsque les participants à l'étude ont visionné ensemble une partie du premier épisode de Sherlock, leur schéma cérébral de rappel a été très semblable, expliquent les chercheurs dans le magazine Nature Neuroscience. Cela tend à prouver que lorsque l'on vit ensemble des évènements identiques, nos cerveaux organisent nos souvenirs d'une manière extrêmement semblable.

«Nous avons le sentiment que nos souvenirs sont uniques, mais il y a beaucoup de choses en commun entre nous dans la façon dont nous voyons et nous nous souvenons du monde», explique Chen.

 

 

Des progrès pour prévenir la maladie d'Alzheimer

 

 

Michael Rugg, neurologue à l'université du Texas à Dallas, est également convaincu que nos souvenirs partagent une structure organisationnelle commune. Que les souvenirs se forment de façon similaire au niveau neuronal profond ou que les stratégies de mémorisation soient similaires pour se rappeler d'un évènement, tout porte à dire qu'en matière de mémoire, la ressemblance de nos modèles cérébraux est «frappante». 

«Cela peut même provoquer une certaine déception d'apprendre cela, admet Michael Rugg. Nous aimons à penser que nos cerveaux et nos souvenirs sont parfaitement uniques et particuliers.»

En revanche pour la recherche scientifique et sanitaire, c'est plutôt une bonne nouvelle! Les chercheurs espèrent bien que ce retour d'expérience permettra d'identifier à l'avenir les signes avant-coureurs de la perte de mémoire liée à la maladie d'Alzheimer et de développer des analyses plus précises basées sur l'imagerie. 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte