Monde

L'impatience d'Obama et de Medvedev face à l'Iran

Temps de lecture : 2 min

Les présidents américain et russe ont lancé dimanche à Singapour un ferme avertissement à l'Iran, lui demandant d'accepter de faire enrichir son uranium à l'étranger, comme le propose, l'AIEA, faute de quoi l'augmentation des sanctions pourrait être la prochaine étape.

«Malheureusement, jusqu'à présent, l'Iran n'a pas été capable de répondre favorablement à ce que tout le monde juge comme étant une approche nouvelle et constructive, a dit Obama. «Le temps est désormais compté, a jouté Medvedev qui a ajouté être mécontent du rythme des négociations.»

Medvedev a déclaré espérer encore convaincre Téhéran d'accepter le projet de l'AIEA. Selon ce dispositif, l'Iran enverrait d'ici la fin de l'année 70% de ses stocks d'uranium faiblement enrichi en Russie, où il serait alors enrichi à 20%, rappelle AP. Ces stocks prendraient ensuite la direction de la France pour être retraitées et revenir sous forme de combustible uniquement utilisable dans le réacteur de recherche de Téhéran qui produit des isotopes médicaux.

La discussion entre les deux chefs de l'Etat américain et russe était la cinquième du genre depuis l'entrée en fonction de Barack Obama. Ce dernier espère reconstruire les relations avec la Russie: «Le bouton “reste” a fonctionné», a ajouté le président américain, faisant allusion à la promesse de son administration de restaurer les relations bilatérales entre les deux pays, mises à mal sur un grand nombre de dossiers, comme le bouclier antimissiles ou le Kosovo.

[Lire l'article sur le New York Times]

Newsletters

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

Votée par la Chambre des représentants, la loi destinée à préserver la santé des femmes dans l'intégralité du pays ressemble à un baroud d'honneur, tant les impasses sont nombreuses.

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio