Sports

Derrière les révélations sur Cristiano Ronaldo, le mystérieux groupe Football Leaks

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 03.12.2016 à 10 h 07

Repéré sur Der Spiegel

Depuis l'automne 2015, cette organisation publie régulièrement des révélations sur les pratiques douteuses du football mondial.

Cristiano Ronaldo lors d'un match contre l'Atletico Madrid, le 19 novembre 2016. GERARD JULIEN / AFP.

Cristiano Ronaldo lors d'un match contre l'Atletico Madrid, le 19 novembre 2016. GERARD JULIEN / AFP.

Derrière les révélations sur les pratiques fiscales des stars du football européen, notamment Cristiano Ronaldo, publiées, vendredi 2 décembre, par un consortium de médias emmené par le magazine allemand Der Spiegel, et auquel participe Médiapart pour la France, on trouve une mystérieuse organisation: Football Leaks. Une organisation parfois comparée à un Wikileaks du football, qui fait parler d’elle depuis plus d'un an, et dont Rafael Buschmann, le journaliste du Spiegel en pointe sur le dossier, avait rencontré le «chef», un certain «John», en février 2016 dans une ville d’Europe de l’Est:

«Il a des cheveux noirs et, malgré le froid, porte seulement une mince veste en cuir avec un tee-shirt blanc en dessous. Il se montre agréable, détendu, jovial et confiant. Mais la peau autour de ses ongles est profondément rongée à certains endroits, donnant une idée de la pression qui pèse sur ce jeune homme.»

Le magazine employait également une formule curieuse en évoquant les théories qui circulent autour de son identité. Agent de joueur? Avocat? Ancien employé de la Fifa ou de l’UEFA? «Aucune de ces théories n’est entièrement vraie.» Interrogé sur ses sources, qui lui permettent régulièrement de mettre en ligne des contrats de joueurs, «John» expliquait: «Nous avons des sources très sérieuse et sûres. Néanmoins, certaines d’entre elles ne réalisent pas qu’elles sont notre source. Ce qui est important, c’est que tous nos documents sont authentiques.»

Dans un entretien avec le magazine de football allemand 11 Freunde, «John» s’était implicitement rattaché à d’autres organismes de divulgation de documents confidentiels, expliquant, quand on l’interrogeait sur la confidentialité des contrats: «Si tout le monde pensaut cela, il n’y aurait pas de Wikileaks, Luxleaks, Offshore Leaks, etc.»

Football Leaks s’est lancé en septembre 2015 via un basique blog Wordpress. Un de ses premiers gros coups avait porté sur les pratiques douteuses du club néerlandais de Twente, qui avait alors été évincé de toutes compétitions européennes pendant trois ans. À la suite de cela, le New York Times lui avait consacré un article où «John» expliquait, dans un échange d’emails, que l’organisation était basée au Portugal, où elle s’était lancée notamment pour dénoncer la pratique du third party ownership, le fait que des fonds privés puissent détenir une partie des droits économiques d'un joueur. Il expliquait également qu’il utilisait des serveurs et des domaines russes pour stocker ses informations, «car il est publiquement connu que les autorités russes coopèrent rarement avec les journalistes occidentaux».

Quelques semaines plus tard, le site avait révélé que, contrairement à ce qu’il avait publiquement laissé entendre, le Real Madrid avait dépensé plus pour s’offrir les services de la star galloise Gareth Bale que de Cristiano Ronaldo. Dans la foulée, la presse tabloïd britannique avait affirmé que le site avait effectué une manœuvre de chantage auprès du fonds d'investissement sportif Doyen Sport, accusations que le site a démenties. En mars 2016, un blog tout aussi mystérieux a publié l’identité de «John», qui a depuis été retirée du site pour violation de la vie privée.

En avril, Football Leaks annonçait sa fermeture provisoire. C’est à la même époque que, le site a remis à Rafael Buschmann du Spiegel les documents qui ont servi de base aux récentes révélations. Dans l’article du New York Times de décembre 2015, un dirigeant de club européen, réagissant sous le sceau de l’anonymat, lâchait: «Personne ne sait exactement ce qui se passe, mais tout le monde sait qu’il ne veut pas être le prochain.» Le 2 décembre, Football Leaks a publié un nouveau post de blog se terminant par: «Ça fait plaisir d’être de retour. Profitez du weekend…»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte