Monde

La révolution agricole, urgente et indipensable

Claire Brisset, mis à jour le 15.11.2009 à 10 h 32

Il est urgent d'agir sur les causes profondes de la crise alimentaire mondiale, à laquelle s'est ajoutée la crise économique et financière.

Du 16 au 18 novembre se réunit à Rome, au siège de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation) un sommet mondial sur la sécurité alimentaire. Un de plus, dira-t-on! En effet,  en juin 2008, Rome avait déjà été le théâtre d'un sommet du même type, et quel sommet! 4.800 délégués, 53 chefs d'Etat s'étaient retrouvés dans la capitale italienne, parmi lesquels le funeste Robert Mugabe, grand confiscateur des droits de l'homme dans son pays. Un pays naguère grenier de l'Afrique australe, qu'il a réduit à la famine et qui ne peut plus, aujourd'hui, nourrir que la moitié de sa population.

Un nouveau sommet, donc. La presse italienne, qui s'était alors offert le plaisir de publier le prix de la suite présidentielle de Mugabe — 900 euros par nuit — sera-t-elle cette fois aussi sarcastique? Autant de chefs d'Etat feront-ils le déplacement de Rome? C'est, à ce jour, impossible à prévoir. Pourtant, les enjeux ne sont pas moins importants qu'ils ne l'étaient il y a dix-huit mois, bien au contraire.

A la crise alimentaire, qui venait alors de révéler son ampleur, s'est ajoutée la déflagration économique et financière dont le monde ne parvient pas à sortir. La seconde ajoutant ses effets à la première, la malnutrition frappe désormais un milliard d'êtres humains, un niveau encore jamais atteint dans l'histoire de l'humanité. Sur ce milliard, près de 650 millions vivent en Asie du sud, 265 millions en Afrique subsaharienne, 53 millions en Amérique latine,  le reste se répartissant entre le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et les pays développés.

Bien entendu,  les premières victimes de la malnutrition sont les plus vulnérables des humains, à savoir les enfants. Le sommet de Rome se réunira juste avant les célébrations du 20e anniversaire de la convention internationale sur les droits de l'enfant, qui permettra quelques durs rappels: la malnutrition ne se borne pas à tuer quelque cinq millions d'enfants de moins de cinq ans par an. Elle laisse aussi derrière elle d'innombrables séquelles: pour ne prendre que ces exemples, près de 200.000 enfants perdent la vue chaque année d'une carence en vitamine A; la déficience en iode — responsable d'arriérations mentales irréversibles — frappe à des degrés divers plus de 300 millions d'enfants à travers le monde, alors que la quantité d'iode nécessaire à une vie entière tient dans une cuillère à café.

Que peut-on espérer d'un sommet comme celui qui va s'ouvrir à Rome, sinon une prise de conscience, une seule: la famine est politique. Elle relève avant tout de décisions aberrantes qui se sont succédé depuis plus de quarante ans et que seuls les politiques peuvent modifier. Certes, le réchauffement climatique y joue son rôle, le nier serait absurde. Mais ne relève-t-il pas lui aussi, pour une grande part, de causes profondément politiques, de l'aveuglement collectif qui a permis à l'économie mondiale de s'organiser sans tenir aucun compte des exigences de l'environnement?

Les causes de la situation nutritionnelle de la planète sont d'abord à rechercher du côté du modèle «industrialiste» de l'agriculture qui a misé l'essentiel des investissements, y compris dans les pays du sud, sur les productions agricoles «de rente» au détriment des cultures vivrières. Les productions  issues des grandes plantations, indispensables à l'agro-industrie dénuées de tout effet nutritionnel sur les populations du sud, ont livré l'agriculture au monde spéculatif. L'on a donc pris l'habitude de traiter le soja, le riz, le blé comme l'étain, le minerai de fer ou le pétrole, la spéculation a fait flamber les cours, à Chicago, Londres ou Genève au point de rendre inaccessibles ces mêmes biens agricoles à ceux qui les produisent. Tous les ingrédients des émeutes de la faim étaient ainsi réunis. Ils le sont encore.

Ce schéma industrialiste de l'agriculture est aussi à l'origine du développement des agro-carburants, co-responsables de la situation nutritionnelle actuelle puisqu'ils détournent de l'alimentation humaine d'immenses terres arables et d'énormes quantités d'eau. A titre d'exemple, un quart du maïs produit aux Etats-Unis est aujourd'hui transformé en agro-carburants, alors même que le pays fournit à lui seul un tiers du maïs mondial. La forêt amazonienne, au Brésil, subit des trouées mortelles pour l'environnement pour produire de la canne à sucre.

Les émeutes de la faim de 2008, qui ont éclaté dans certains des pays les plus peuplés du monde ont effrayé les politiques, d'où le sommet réuni à la hâte, cette même année, à Rome. La crise actuelle n'aura fait qu'exacerber leurs craintes: aujourd'hui, la situation nutritionnelle est incontrôlable dans plusieurs pays parmi les plus fragiles politiquement, singulièrement toute la Corne de l'Afrique (Ethiopie, Somalie et Soudan), auxquels s'ajoute le Kenya: dans tous ces pays, les ferments d'instabilité politique et tribale ne peuvent qu'ajouter à l'inquiétude.

La crise économique et financière contribue à rendre la situation plus explosive encore: les diverses diasporas des pays pauvres, elles aussi frappées par le chômage et la stagnation des salaires, rencontrent de plus en plus de difficultés à envoyer des subsides à leurs familles restées au pays. Or de tels envois de fonds jouent un rôle vital dans l'économie de pays comme l'Inde, la Pakistan, le Bangladesh ou Haïti. L'aide publique au développement se contracte elle aussi malgré les engagements,  purement verbaux, des pays donateurs.

Pourtant, chacun sait que la planète comptera, en 2050, 9 milliards d'habitants et qu'il faudra bien les nourrir. La FAO estime qu'il faudra, pour cela, augmenter la production alimentaire mondiale de 70%, surtout si les habitudes alimentaires continuent d'évoluer vers une demande croissante de viande, comme c'est le cas en Chine. Il faut en effet produire trois fois plus de céréales pour produire des calories animales que végétales.

Malgré le fait que seulement 10% des terres émergées soient cultivées, les experts estiment que l'augmentation de la production agricole viendra davantage d'une hausse de la productivité des terres déjà cultivées que de l'extension des surfaces plantées. Ce qui suppose d'énormes investissements en engrais et  pesticides, en travaux d'irrigation, en matériel de stockage et en moyens de transport. Tout cela devra se faire en reconstituant progressivement une agriculture de type familial, seule capable de lutter efficacement contre la malnutrition.

C'est donc d'une rupture avec les conceptions industrialistes de l'agriculture qu'il s'agit, d'une révolution dans les pratiques et dans les conceptions actuelles,  rien de moins. Il y faut, en effet, quelques sommets mondiaux. Celui de Rome,  les 18 et 19 novembre, en fournira-t-il l'occasion?

Claire Brisset

Image de une: la famille de Michu Mohamed, quatre ans, prépare le corps de la de la petite fille décédée de la faim, en Ethiopie, en juin 2008.  REUTERS/Radu Sighet

Claire Brisset
Claire Brisset (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte