Tech & internetMonde

Le Facebook de Donald Trump

Grégor Brandy, mis à jour le 02.12.2016 à 20 h 16

Le président-élu multiplie les diffusions de fausses informations ces derniers jours. D'où les tient-il? Nous avons construit son profil Facebook pour comprendre ses lectures quotidiennes.

Montage Slate.fr

Montage Slate.fr

Donald Trump sera-t-il le président des fausses informations? Le président-élu n'est pas encore à la Maison-Blanche qu'il multiplie déjà les déclarations mensongères. Entre le faux sauvetage d'une usine Ford, les conflits avec le New York Times (dont un qui semble avoir été créé par Reince Priebus, futur secrétaire général de la Maison-Blanche), et les intox sur les faux électeurs, Donald Trump ne cesse de diffuser de fausses informations depuis son élection, quand le reste du monde continue de s'interroger sur l'influence de ces fausses informations et leur poids dans son élection à la présidence américaine.

Facebook est le premier accusé de rendre virales ces fausses histoires. Nous avons donc imaginé à quoi pouvait ressembler la timeline de l'ancien candidat républicain. Entre ses posts, les vidéos de l'émission satirique «Saturday Night Live» contre lesquelles il s'indigne, les photos de sa fille souhaitant un joyeux anniversaire à son fils (moquée par une partie d'internet), les insultes proférées par son fils contre les réfugiés, les vociférations de la chroniqueuse (très à droite) Ann Coulter, les fausses informations sur les Clinton –selon lesquelles ils auraient tué des gens– diffusées (et depuis supprimées) par le site de Laura Ingraham (possible future porte-parole de la Maison Blanche), et les infos du Wall Street Journal, CNN et du New York Times qu'il a l'air de suivre passionnément pour mieux les critiquer, son flux Facebook serait riche et animé.

On peut également mentionner les mensonges propagés par Infowars, et son créateur, le conspirationniste Alex Jones (que Trump n'hésite pas à reprendre à son compte, comme quand il avait laissé planer la possibilité d'un meurtre du juge de la Cour Suprême Antonin Scalia), comme ceux de Sean Hannity, qui anime une émission sur Fox News, mais aussi les largesses de Breitbart avec la vérité.

Au fond, pourquoi être étonné. Trump croit tout ce qu'il lit sur internet, il le dit lui-même lors d'une interview, à propos d'une (fausse) histoire qui affirmait que l'homme qui avait essayé de monter sur scène lors de l'un de ses meetings de campagne avait des liens avec l'État islamique:

«Ce que je sais à ce sujet? Tout ce que je sais, c'est ce qu'il y a sur internet.»

Tout un programme.

Voici donc à quoi ressemblerait le flux d'informations personnel de Donald Trump sur Facebook. N'hésitez pas à cliquer sur chacun des posts pour voir les vraies publications de sa famille, de son entourage et des médias qu'il lit.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (426 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte