Santé / Monde

Plusieurs millions d'électeurs de Trump ont voté pour ne plus avoir d'assurance maladie

Temps de lecture : 2 min

Tom Price, nommé par Trump pour être ministre de la santé, est opposé aux dépenses publiques qui garantissent une couverture maladie abordable aux pauvres et aux seniors.

/
Tom Price à la Trump Tower de New York le 16 novembre 2016. DREW ANGERER/AFP.

Pendant sa campagne, Donald Trump a dit qu'il remplacerait la réforme santé mise en place par Barack Obama (Obamacare) par quelquechose de «super» et qu'il ne laisserait personne «mourir dans les rues». Il a aussi garanti à ses supporters, dont beaucoup d'Américains de plus de 65 ans (ils ont voté Trump à 53%), qu'il ne toucherait pas à leur Medicare, soit l'assurance maladie pour seniors garantie par le gouvernement.

Mais avec la nomination le 29 novembre de Tom Price comme ministre de la Santé, il semblerait que le président-élu soit prêt à rompre ses promesses. Price, un représentant de la Géorgie au Congrès, a un projet de remplacement d'Obamacare qui serait désavantageux pour les plus pauvres (qui devraient payer plus pour leur assurance), et il a aussi pour projet de privatiser l'assurance maladie pour les plus de 65 ans.

La réforme de santé d'Obama avait, entre autres, étendu l'assurance maladie publique pour pauvres –Medicaid– aux foyers à revenus modestes, ce qui avait permis à des millions de personnes d'être assurées. Price voudrait revenir sur cette extension. Plus largement, la réforme d'Obama a aussi permis de verser à un foyer des subventions, plus ou moins élevées en fonction des revenus, pour aider à payer l'assurance. Le projet de Price réduiraient fortement ces aides publiques.

«Obamacare va probablement disparaître. Et de nombreux électeurs de Trump pauvres et blancs vont en souffrir», résume Greg Sargent dans le Washington Post.

Un tournant néo-libéral?

Peu après l'annonce de sa nomination, l'économiste Paul Krugman a commencé à calculer le nombre d'Américains qui bénéficient actuellement d'Obamacare, mais qui ont voté pour Trump. Il est arrivé au chiffre de cinq millions et demi (sur les vingt millions qui utilisent cette assurance maladie).

Dans un tweet, il résume ainsi le paradoxe de ces électeurs qui ont probablement voté contre leurs propres intérêts:

«Ça fait 5,6 millions de blancs de la classe ouvrière qui se sont eux-mêmes pourri la vie.»

De même, le journaliste Kurt Eichenwald de Newsweek a noté que de nombreux résidents du Kentucky, un Etat qui a voté pour Trump à 62%, n'avaient pas compris que leur programme local d'assurance maladie, Kynect, était rendu possible par les subventions mises en place par Obamacare.

«J'ai lu plusieurs articles sur des gens dans le Kentucky qui se rendent compte que le programme Kynect, qu'ils apprécient, est en effet la même chose qu'Obamacare, qu'ils détestent. Et ils ont peur de le perdre.»

Il reste malgré tout possible que Tom Price ne puisse pas mener à bien ses propositions car le processus législatif est extrêmement complexe et pourrait traîner en longueur. Mais la décision de Trump de nommer Price signale que contrairement à ses promesses de campagne d'être moins néo-libéral que les autres républicains, il choisit une ligne très critique de l'intervention étatique.

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters