Partager cet article

«Freakshakes», «viande» végétale, petits-déjeuners épicés… Ce que l’on va manger en 2017

Tacos | The DLC via Flickr CC License by

Tacos | The DLC via Flickr CC License by

Le cabinet Baum + Whiteman publie ses prévisions annuelles.

Comme chaque année, Baum + Whiteman, un cabinet de conseil spécialisé dans la gastronomie, publie un rapport sur les tendances fortes dans les domaines de l’alimentation et de la restauration pour l’année à venir.

Pour 2017, ce cabinet new-yorkais prévoit ainsi l’essor des «restaurants sans sièges et des sièges sans restaurants», autrement dit, les «restaurants virtuels», une nouvelle manière de «renverser le restaurant traditionnel».

D’après les consultants, on va assister à une consolidation de tout un tas de nouvelles manières de partager un repas: la livraison de repas à domicile par des services uniquement dédiés (sans partenariat avec des restaurants), la livraison de repas «en kit», le repas chez l’habitant, la vente de petits plats entre particuliers, la livraison par drone…

Des tacos pour commencer la journée

Le petit-déjeuner devrait se développer dans les restaurants, à travers de nouvelles offres (parfois disponibles toute la journée). Nous sommes habitués à des propositions «lisses et apaisantes» (œufs brouillés, pain perdu, porridge, œufs Benedict…). Mais pour ce premier repas de la journée, «les textures (et les goûts) deviennent plus agressives… Poulet frit croquant, siracha, chorizo croustillant, chimichurri, céréales complètes plus brutes…»

On assistera même peut-être au développement d’une vague de tacos pour le petit-déjeuner. Mais aussi à l’accélération de la tendance du bol (açaï bowl, poke bowl, ramen, mais aussi plats plus classiques servis dans ce récipient). De plus en plus de marques vont lancer leur propre restaurant ou café, des entreprises alimentaires (comme l’a fait Kellog’s à New York) ou pas: par exemple, Moleskine a désormais un café à Milan, où il est possible de boire un cappuccino tout en achetant des carnets.

Adieu chou kale, place aux légumes réconfortants

Le cabinet Baum + Whiteman s’attarde sur des produits en particulier. La «viande» à base de plantes devrait ainsi avoir du succès, dans l’optique de diminuer la consommation de produits carnés, pour la santé et l’environnement. Les boucheries végétariennes ouvrent déjà dans plusieurs villes du monde. Des sociétés comme Impossible Foods ou Beyond Meat se lancent sur ce créneau…

Mais il y a un «dilemme fascinant», notent les consultants: alors que les consommateurs demandent des étiquettes claires, et plus généralement des produits peu transformés, la liste d’ingrédient d’un faux steak saignant est longue comme un bras et bourré d’items surprenants. Conséquence directe: «les artisans bouchers contre-attaquent», en mettant en avant l’élevage en plein air, les circuits courts, et la transformation maison.

En parallèle, les légumes gagneront encore du terrain, dans les assiettes à domicile et chez les chefs, mais également dans des nouveaux concepts de restauration rapide végétale. Aux quatre coins des États-Unis, Sweet Green cartonne déjà. Les végétaux seraient «la nouvelle comfort food» (nourriture réconfortante)… Pendant ce temps là, le kale disparaît peu à peu des radars, remplacé par diverses algues et les parties des légumes souvent jetées (fanes de carottes par exemple).

Le milk-shake fou

Plus extrême, une tendance sucrée plutôt farfelue: la «mode démente» des «freakshakes» a commencé en Australie, et s’est développée au Royaume-Uni et aux États-Unis. Voilà la définition de cet énorme dessert coûtant entre 12 et 15 dollars:

«Un milk-shake freestyle surmonté de crème glacée, et d’autant de sauce et de crème fouettée que possible, et ensuite agrémenté encore d’une quantité insensée de gâteaux, cookies, donuts, sandwichs glacés et divers bonbons… Jusqu’à ce que le mélange risque intellectuellement et physiquement de s’effondrer. Horrifiants pour tous les nutritionnistes, ces crises-cardiaques-dans-un-verre prennent de l’ampleur sur Instagram».


Le cabinet termine par une liste des mots à la mode en 2017. Ainsi, peut-être que l'on croisera beaucoup, l'année prochaine, des termes comme «raifort», «céleri», «faux fromage» (autrement dit fromage végétalien, aussi appelé fauxmage...), «jacquier», «torta ahogada» (un sandwich noyé dans la sauce), «viande maturée», «halles alimentaires», «robots», «jaunes d’œufs salés», ou encore «pâtisseries asiatiques».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte