Partager cet article

Fidel Castro aura enterré plusieurs journalistes chargés de sa nécrologie

La une du Washington Post du 27 novembre 2016.

La une du Washington Post du 27 novembre 2016.

Les portraits des célébrités décédées sont souvent prêts plusieurs années avant leur disparition.

«À Cuba, Fidel Castro a été, pendant presque cinq décennies de pouvoir absolu –le plus long règne de l’histoire contemporaine–, la “parole qui oriente”.» Samedi, les lecteurs du Monde ont pu lire, sous la plume de Marcel Niedergang, une longue nécrologie de Fidel Castro. Le disparu, pourtant, aura enterré son «nécrologue»: comme le précise le quotidien, le texte a été «écrit peu avant [la] mort [du journaliste] et mis à jour». Le 1er janvier 2002, Le Monde lui-même avait publié la nécrologie de son ancien journaliste, mort à 79 ans, «modèle de rigueur et de clarté» qui s'était montré «préoccupé par l'orientation de la révolution cubaine».

La longévité exceptionnelle de la carrière de Fidel Castro, mort à 90 ans et au pouvoir pendant quarante-sept ans, fait que ce cas n'est pas isolé. Le Washington Post publie ainsi sa nécrologie du dirigeant cubain sous la plume de deux journalistes dont un, J.Y. Smith, est disparu en 2006 à l'âge de 74 ans. Ce dernier fut, écrivait alors le quotidien américain, le premier rédacteur en chef chargé des nécrologies dans un journal où la politique jusqu'ici, quand une personnalité disparaissait, était de chercher le premier journaliste disponible. Interviewé en 1995, il expliquait que son travail l'avait aidé à davantage accepter la mort comme partie de la vie.

De manière un peu moins morbide, le site Mediaite note lui que plusieurs nécrologies, comme celle du New York Times, ont été écrites par des journalistes qui ont depuis quitté la publication qui les employait. Samedi, une journaliste de Fox News écrivait elle sur Twitter avoir lu la toute première version de la nécrologie de Fidel Castro préparée par le New York Times en... 1984. Ce qui n'est pas sans parfois poser des petits soucis pour les médias en question: comme le note le Huffington Post, CNN a ainsi publié samedi une nécrologie affirmant que Castro avait survécu à six présidents des États-Unis, suivie de la mention «Remplacer par sept si George H.W. Bush meurt avant Castro». La première version de la nécrologie du Washington Post était elle titrée «Fidel Castro meurt à XX ans».

En 2014, le New York Times avait détaillé sa politique dans un article qui commençait par cette phrase amusante: «Si vous lisez cet article, vous êtes très probablement pré-mort.» Le quotidien expliquait avoir plus de 1.700 nécrologies au «frigo», et racontait comment ses journalistes appelaient leurs futurs sujets pour les interviewer en utilisant des prétextes comme: «Nous mettons à jour nos dossiers biographiques.» Ce qui conduit d'ailleurs fréquemment à des histoires comme celles du «nécrologue» de Castro: l'un de ceux qui avaient écrit la nécrologie d'Oussama ben Laden, tué par l'armée américaine en mai 2011 au Pakistan, est ainsi mort un an avant le dirigeant d'al-Qaida.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte