Partager cet article

Appartenez-vous à la France du «crayon de bois» ou du «crayon à papier»?

«Crayon (de bois/gris) ou crayon de/à papier?» I Mathieu Avanzi

«Crayon (de bois/gris) ou crayon de/à papier?» I Mathieu Avanzi

De la «chocolatine» à la «poche», les particularités régionales de la langue française sont toujours intéressantes à observer. Une étude se penche aujourd'hui sur les nombreuses dénominations utilisées pour désigner un «crayon».

Si vous pensiez que le débat linguistique entre la «chocolatine» et le «pain et le chocolat» était le seul à agiter la société française, vous faites fausse route. Il ne s’agit, en réalité, que de la partie émergée de l’iceberg. Car, aussi passionné soit-il, d’autres points de discorde perdurent et continuent de découper la France en un drôle de puzzle linguistique. Et pour cause, la langue française, riche de son histoire, a cela de particulier qu’elle concentre une très large variété de spécificités langagières régionales, propres à certaines régions, départements ou villes.

Depuis 2015, Mathieu Avanzi, linguiste et chargé de recherche à l’université catholique de Louvain en Belgique, travaille sur la géographie linguistique du français dans le cadre d’une large enquête («Le français de vos régions») «donnant à voir la vitalité et la répartition dans l’espace de particularités langagières». Ses derniers travaux en date s’attachent à une problématique méconnue: la terminologie utilisée pour désigner un crayon en France et chez ses voisins francophones.

Pour obtenir ses réponses, il a tout simplement demandé aux internautes comment ils nommaient «le bâtonnet de bois contenant une mine, dont on se sert pour écrire sur du papier, et que l’on peut gommer». Puis, les personnes interrogées (12.000 personnes francophones à travers l'Europe) avaient cinq choix de réponses différentes.

Voici les résultats obtenus:

«Crayon (de bois) ou crayon de/à papier?» I Mathieu Avanzi via Français de nos régions

«En France, la situation est plus contrastée: le territoire se partage entre ceux qui disent "crayon à papier" et ceux qui disent "crayon de papier"», écrit Mathieu Avanzi, qui signale également l’utilisation plus sporadique de la dénomination «crayon gris» dans certaines régions, notamment en Bretagne, en Ariège et dans les Alpes du Sud-Est.

Mais le travail de Mathieu Avanzi s’inscrit dans une démarche plus large. Avec l’ambition de documenter au mieux les disparités linguistiques du français d’un point de vue géographique, il a également cartographié l’emploi du mot «dîner» pour désigner le repas de midi, l’utilisation du mot «tancarville» pour désigner un étendoir à linge, les variations des mots «poche», «sac» ou «cornet», ou encore la prononciation des consonnes finales dans les mots «moins» et «vingt».

La querelle de la «chocolatine»

Évidemment, il s’est également penché sur la querelle de «la fameuse viennoiserie dans laquelle le boulanger glisse une barre de chocolat» et dresse un constat dont plus personne ne doutait: la France est sacrément divisée sur la question. Dans les grandes lignes, la «chocolatine» demeure une terminologie employée majoritairement dans le Sud-Ouest, tandis que le reste de la France préfère –à tort?– parler de «pain au chocolat» –bien que l’on retrouve également d’autres variantes moins fréquentes, comme «petit pain» ou «petit pain au chocolat».

«Pain au chocolat, petit pain ou chocolatine?» I Mathieu Avanzi via Français de nos régions

En janvier 2015, de nôtre côté, nous nous étions penchés sur une autre ligne de fracture qui coupe la France (et la rédaction de Slate) en deux, entre les amateurs de galette à la frangipane, de rigueur dans la partie nord, et ceux qui dégustaient le gâteau des rois, une brioche en forme de couronne recouverte de grains de sucre et parfois de fruits confits, spécialité du sud de la France.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte