Partager cet article

Bientôt des files d'attente «lentes» pour les seniors dans les supermarchés?

Dans un supermarché de Boston aux États-Unis I Wikimédia

Dans un supermarché de Boston aux États-Unis I Wikimédia

Pour les personnes âgées, faire les courses au supermarché est un moment d'interaction sociale indispensable. Et si on les laissait prendre leur temps, plutôt que de les presser?

Dans un monde où les caisses automatiques et le commerce en ligne remplacent, peu à peu, les emplois de caissières dans les supermarchés du monde entier, c'est une théorie qui dénote. Des chercheurs de l'université de Hertfordshire, au Royaume-Uni, ont publié une étude dans laquelle ils préconisent la mise en place de files d'attente et de caisses «lentes», à destination des personnes les plus âgées, rapporte Quartz.

Pour Wendy Wills, l'auteur en charge de mener l'étude, chez les seniors, faire les courses recouvre une dimension sociale à ne pas négliger et la technologie ne doit pas la menacer. Et, si les personnes âgées souhaitent continuer à rester actives, elles peuvent se sentir intimidées dans la mesure où elles sont conscientes «qu'elles sont très lentes» et qu'on le leur fait remarquer.

«[Les seniors] veulent que les gens les caissiers qui s'apprêtent à passer du temps avec eux... passent vraiment du temps avec eux, plutôt que de les presser.»

Un projet déjà en marche

Wendy Wills est déjà entrée en contact avec plusieurs petites enseignes, et quelques larges chaînes de supermarchés, qui se disent prêts à travailler avec l'université et à réfléchir ensemble à des solutions.

«Les gens vont chercher bien plus que de la nourriture lorsqu'ils vont faire les courses. C'est avant tout une question d'interaction dont il est question.»

L'accompagnement au quotidien et le maintien d'une interaction sociale avec les personnes âgées est également une question de plus en plus centrale. En Finlande, par exemple, Posti, les services postaux finlandais, ont mis en place un service complémentaire à la livraison de lettres et de colis: le postier pourra –contre une certaine somme d'argent– être sollicité par un senior pour une promenade ou pour lui tenir compagnie.

Une initiative pas totalement innocente non plus. Dans un communiqué, Posti reconnaît que la ce projet est, aussi, une manière de faire face à l'érosion de son activité et du volume de courrier à délivrer.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte