Partager cet article

Le Kirghizistan a perdu un document précieux: sa constitution

Le président kirghize, Almazbek Atambayev, le 31 août 2016 | Vyacheslav OSELEDKO / AFP

Le président kirghize, Almazbek Atambayev, le 31 août 2016 | Vyacheslav OSELEDKO / AFP

Un débat parlementaire a mis à jour la disparition du texte.

On entend rarement parler du Kirghizistan, ce pays d'Asie centrale, coincé entre le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, le Kazakhstan, et la Chine. Mais, il y a un mois, à la fin du mois d'octobre, la BBC nous apprenait que le pays était à la recherche de la première version écrite et signée de sa constitution.

Les hommes politiques du pays la cherchaient afin de pouvoir l'amender de façon significative, en inversant la balance du pouvoir entre président et Premier ministre, en donnant plus d'importance à ce dernier. Problème: ils ont été incapables de mettre la main dessus.

La constitution du pays a été rédigée en 2010, au lendemain de la révolution qui avait vu la chute du président Kourmanbek Bakiev, arrivé au pouvoir cinq ans plus tôt. Pendant les débats, raconte le BBC, un parlementaire du parti au pouvoir s'est adressé à la tribune et a demandé où se trouvait le document original.

«Et ça a commencé. Le ministre a dit qu'elle devait se trouver du côté de l'administration présidentielle. Et l'administration présidentielle a répondu qu'elle devait se trouver du côté du ministère de la Justice. Et tout le monde savait que ce joli livre rouge était perdu quelque part.»

La perdre ou la piétiner?

De leur côté, les citoyens kirghizes ont commencé à s'amuser de la situation sur les réseaux sociaux, raconte PRI. Certains ont conseillé de regarder derrière la bibliothèque, alors qu'un satiriste russe a suggéré que «perdre une constitution serait une alternative moins pénible pour les leaders autoritaires dans d'anciennes républiques soviétiques» plutôt que de devoir la piétiner. La radio américaine indique cependant que le bureau présidentiel a fourni une super excuse à cette disparition:

«La copie originale n'a pas été perdue, parce qu'elle n'a simplement jamais existé. Il n'y a pas de copie originale de la constitution, mais simplement le texte imprimé par les journaux en 2010.»

Le Premier ministre Farid Niyazov a indiqué de son côté, que la version 2010 de la constitution avait bien «été publiée dans le journal officiel au moment de la rédaction, ce qui la rend juridiquement contraignante, sans que qui que ce soit n'ait besoin de la signer», rapporte Newsweek.

«Cela a évité une crise constitutionnelle dans le pays, mais a embarrassé le gouvernement kirghize et a exposé un “mépris pour la procédure légale et un manque de respect pour les électeurs”, selon l'agence de presse nationale 24

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte