Santé / Boire & manger

Un restaurant dédié à la santé du cerveau ouvre à New York

Temps de lecture : 2 min

Au menu, des ingrédients bons pour les méninges.

Untitled | Neil Conway via Flickr CC License by
Untitled | Neil Conway via Flickr CC License by

Ce nouveau café-restaurant, installé dans le quartier de Noho à New York, va très loin dans la recherche du concept: Honeybrains propose des plats bons pour la santé du cerveau… Le site web du lieu explique qu’il s'agit de «traduire les connaissances scientifiques les plus fiables et collectives à propos de la santé du cerveau – qui est intimement liée à la santé du corps – en plats, boissons et expériences agréables». Selon le New York Post, avec ses trente-cinq places, il accueillera aussi des conférences sur «le bien-être du cerveau».

Ce sont trois frères et sœurs sont à l’origine du projet. L’un d’entre eux est neurologue, et affirme vouloir lutter contre les maladies comme Alzheimer grâce à l’alimentation. Avec leurs collaborateurs (un chef, une nutritionniste, un co-propriétaire d’un groupe de restauration), ils ont donc élaboré une liste de «super-aliments» et établi cinq grandes catégories d’ingrédients (légumineuses, légumes, fruits, oméga 3 et céréales complètes) bons pour le cerveau.

Neurogastronomie

Le menu a ensuite été conçu à partir de cette base. Chez Honeybrains, on peut manger pour le petit déjeuner des toasts à l’avocat (avec du citron, de l’huile d’olive et du «sel marin au chanvre et aux graines de chia») ou au houmous (contenant du persil), ou bien des bols comme le «Power Oatmeal» (avoine, quinoa, lait de coco épicé, miel de Manuka) ou le «Four-Berry Parfait» (yaourt au lait de brebis, granola, mélange de trois baies, açaï, grenade).

Pour le déjeuner, les cerveaux new-yorkais peuvent choisir des salades (par exemple la «Mediterranean Mind Salad» avec pousses d’épinard, houmous, pois chiches, quinoa, concombre, tomates, noix épicées) ou des sandwichs (comme celui au saumon bio, ou celui au steak dans une croûtes d’herbes avec des patates au beurre d’amande et des petits légumes). Un «HoneyBar» propose aussi plusieurs variétés locales et internationales de miel brut.

Comme le précise Eater, ce n’est pas le premier restaurant de ce genre à ouvrir dans la ville. En 2011, Romera, un restaurant très haut de gamme avec un menu dégustation de 12 plats, a tenté de proposer de la «neurogastronomie», concoctée par le Dr. Miguel Sánchez Romera, chef et neurochirirgien. Mais cela n’a pas du tout marché, et le restaurant a fermé en 2012.

Newsletters

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Différentes études ont montré que le virus était capable d'infecter des cellules du système nerveux, avec l'éventualité de conséquences neurologiques à long terme.

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Ce diagnostic consiste à dépister à un stade embryonnaire très précoce des anomalies chromosomiques. Actuellement interdit, il est débattu dans le cadre de la loi bioéthique.

Une journée comme celle de la veille

Une journée comme celle de la veille

Il est de ces journées qui commencent comme celle de la veille, mais après lesquelles rien ne sera jamais plus comme avant. À cause d'un instant, parfois imperceptible, où tout bascule. Sur le moment, on n'y prête pas forcément attention. Parce...

Newsletters