France / Culture

Sarkozy sur Dany Boon: «Question rêve, on part de loin»

Temps de lecture : 2 min

Le président de la République Nicolas Sarkozy a remis, mardi 10 novembre, la légion d'honneur au comédien Dany Boon.

«Vous avez su faire la synthèse entre le bonjour des simples et le commerce des rusés (c'est pas de moi, c'est de René Char.) Vous êtes êtes fils d'un kabyle, marié à une catholique picarde, d'un boxeur devenu chauffeur routier à Rentières: ça commençait pas terrible, il faut reconnaître les choses. (...) Disons que, question rêve, on part de loin».

Lors de ce discours prononcé devant une audience restreinte, Nicolas Sarkozy s'écarte manifestement du discours très écrit par ses conseillers, s'adonne à l'humour et à l'ironie, et prétend ne pas savoir qu'il y avait une caméra... Guy Birenbaum, qui a récupéré la vidéo pour Le Post, explique qu'il s'agit là d' «un discours nullement destiné aux chaines d'informations en continu. Un discours dont aucun média n'a, à mon sens, mesuré la véritable "valeur". Un discours absolument pas cadenassé, ni contraint. Un discours dans lequel le Président s'est "déboutonné" comme, pour ma part, je n'ai pas l'impression qu'il l'ait fait, depuis qu'il est élu.» (voir la vidéo ci-dessous)

Le parcours du comédien a été salué, de même que sa simplicité préservée, ses valeurs... Surtout le président a insisté sur le lien qui le lie à sa femme:«Franchement je trouve ça passionnant...la puissance de l'amour et de l'engagement total: tomber amoureux de quelqu'un, se convertir, comprendre sa culture, intégrer son chemin, pas se comporter comme une représentation classique: l'homme plein de succès qui conduit et la femme derrière qui suit. C'est assez bouleversant. Enfin bon, il faudra qu'on en parle... C'est un truc qui m'intéresse... Il y a plein de choses qui m'intéressent chez vous. Il faut que je fasse attention il y a une caméra, je savais pas, sinon vraiment, j'aurais été beaucoup plus loin...»

Après encore une série de compliments, le président a ainsi conclu:

«Je suis pas obligé de décorer que des gens que je connais pas, que des gens que j'apprécie pas, que des gens qui ont dit du mal de moi. Je vais faire un truc étrange: je vais décorer quelqu'un qui le mérite, avec qui on s'est toujours bien entendu, et qui est pour la France un peu de bonheur, au moment où la France en a bien besoin.»

[Voir la vidéo sur le Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Dany Boon, Wikipedia

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio