Monde

La justice américaine saisit 4 mosquées liées à l'Iran

Temps de lecture : 2 min

La justice américaine a annoncé jeudi 12 novembre avoir l'intention de saisir les biens appartenant à un groupe musulman soupçonné d'être lié au gouvernement iranien, parmi lesquels quatre mosquées et un immeuble new-yorkais. Selon le parquet fédéral de New York, la fondation Alavi a commis de nombreuses «infractions à (la législation sur) le blanchiment d'argent» en transférant notamment illégalement des fonds au gouvernement iranien soumis à un embargo.

Le procureur fédéral Preet Bharara a lancé une procédure auprès d'un tribunal pour obtenir la saisie des comptes bancaires de la fondation et d'une société écran présumée, ainsi que son siège, un immeuble de 36 étages installé sur la prestigieuse 5ème Avenue à New York. Parmi les autres biens de la fondation dont la justice réclame la saisie figurent quatre centres islamiques dans les Etats du Maryland, de Virginie, du Texas et de Californie.

«Comme la plainte d'aujourd'hui le relate en détail, la fondation Alavi a servi de vitrine au gouvernement iranien», a déclaré M. Bharara. «Depuis deux décennies, les affaires de la fondation Alavi ont été dirigées par différents responsables iraniens, dont les ambassadeurs iraniens aux Nations unies, en infraction avec plusieurs lois américaines», a-t-il ajouté.

Washington, qui n'entretient plus de relations diplomatiques avec Téhéran depuis 1979 et la prise d'otages à son ambassade à Téhéran, accuse  la république islamique de financer des groupes terroristes et de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil.

L'annonce de la saisie des biens de la fondation Alavi intervient le jour même où la Maison-Blanche a annoncé le maintien des sanctions économiques contre l'Iran. Barack Obama a notamment déclaré: «nos relations avec l'Iran ne sont pas redevenues normales».

Selon le parquet, la fondation Alavi a transféré des fonds, dont ceux résultant de la location de l'immeuble de la 5éme avenue, à la banque nationale iranienne Melli.

La fondation Alavi avait été créée après la Révolution islamique pour succéder à la fondation Pahlavi, utilisée par l'ancien shah renversé en 1979 pour mener des actions caritatives aux Etats-Unis. Depuis, selon la justice américaine, la fondation a été placée directement sous l'autorité du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

[Lire l'article complet sur le NEW YORK TIMES]

Lire également sur l'Iran: De quoi l'Iran a-t-il peur?, Surprise: l'Iran ment! et Iran: répondre à la crise par l'image.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad Murad Sezer / Reuters

Newsletters

Viol au parlement australien: la communication chancelante du Premier ministre

Viol au parlement australien: la communication chancelante du Premier ministre

Alors qu'une ancienne attachée de presse affirme avoir été violée à l'intérieur des bâtiments du parlement australien, le Premier ministre peine à communiquer sur le sujet.

La Chine impose un délai de réflexion aux couples qui divorcent, les demandes s’envolent

La Chine impose un délai de réflexion aux couples qui divorcent, les demandes s’envolent

Censée réconcilier les couples, la nouvelle réglementation a eu l'effet inverse.

Pourquoi le Japon a mis autant de temps à lancer sa campagne de vaccination?

Pourquoi le Japon a mis autant de temps à lancer sa campagne de vaccination?

Les Japonais ont une confiance très limitée à l'égard des vaccins de manière générale.

Newsletters