Tech & internet

Les espions canadiens sont autorisés à jouer à «Pokémon Go»… sous une fausse identité

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 22.11.2016 à 18 h 43

Repéré sur The Toronto Star

La fièvre «Pokémon Go» touche même les espions canadiens. Si leur hiérarchie ne leur interdit pas d'y jouer, elle leur demande toutefois de prendre des précautions.

Un utilisateur de Pokémon Go à Lagos, au Nigéria, le 14 juillet 2016. STEFAN HEUNIS/AFP

Un utilisateur de Pokémon Go à Lagos, au Nigéria, le 14 juillet 2016. STEFAN HEUNIS/AFP

Après les obstacles technologiques et évolutions techniques de plus en plus complexes à appréhender, les services de renseignement se heurtent désormais à un nouveau problème: Pokémon Go. Du moins au Canada, où il a été demandé aux agents de la Communications Security Establishment (CSE), l'unité de renseignement spécialisée dans la surveillance des télécommunications et des écoutes téléphoniques, de faire attention à leur utilisation de l'application, rapporte The Toronto Star.

Afin de se prémunir de potentielles infiltrations ou vol de données, le CSE a produit une note interne à destination de ses employés, espions et agents. Un mode d'emploi leur permettrait de jouer, tout en leur évitant de se faire repérer ou de se mettre en danger. Car, rappellons-le, l'application Pokémon Go exige à ses utilisateurs de lui fournir leurs données GPS ainsi que l'accès à la caméra de leur téléphone avant de pouvoir commencer à chasser les bestioles. Et, quoi de pire pour un espion que de se faire démasquer –qui plus est au détour d'un Pokéstop?

Utiliser une fausse identité

Le guide conseille ainsi à ses employés de se créer un compte Google dédié à votre quête des Pokémons, d'utiliser un faux noms, une fausse date de naissance. Bref, aucun élément qui pourrait les lier à leur véritable identité. Il demande, par ailleurs, aux joueurs de ne pas utiliser l'application dans les locaux du CSE.

«Le CSE profite de chaque opportunité, y compris la popularité de Pokémon Go, pour partager des informations et des notes sur la sécurité informatique de manière à ce que ses employés ne se mettent pas en danger ou ne mettent pas en danger le CSE, appuie Ryan Foreman, un porte-parole du CSE. Nous souhaitons également signaler que nous avons la certitude que la Team Rocket [une équipe d'agents de la série animée] ne serait aucunement en mesure de passer les tests de sécurité permettant d'obtenir nos services.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte