Partager cet article

Le pizzagate, dernière délirante théorie du complot anti-Clinton

Le restaurant Comet Ping Pong (DR).

Le restaurant Comet Ping Pong (DR).

Depuis plusieurs semaines, le propriétaire d'une pizzeria de Washington est harcelé par des supporters de Trump qui l'accusent de protéger des proches de Clinton soit disant coupables d'actes pédophiles.

Des porte-paroles de Donald Trump ont déclaré, mardi 22 novembre, que le futur président ne poursuivrait pas Hillary Clinton dans l'affaire de l'«emailgate», bien qu'il ait plusieurs fois promis de la mettre en prison. Mais depuis plusieurs semaines, des partisans du milliardaire new-yorkais se sont trouvés un autre scandale, bien plus juteux: le Pizzagate. 

Sur Reddit, Twitter et d'obscurs sites d'extrême droite comme The Vigilant Citizen, des fausses informations circulent selon lesquelles l'ancien directeur de campagne de Clinton, John Podesta, fait partie d'un réseau pédophile qui utilise une pizzeria de Washington comme quartier général. Hillary Clinton serait complice.

«PIZZAGATE: Comment 4chan a révélé le monde malsain de l'élite occulte de Washington.»

Depuis plus de deux semaines, James Alefantis, le propriétaire du restaurant en question, Comet Ping Pong, a reçu des centaines de menaces de mort. Ses employés ont aussi été ciblés. Pour lui venir en aide, le New York Times a même publié un article intitulé: «Cette pizzeria n'est pas un site de trafic d'enfants.»

Après le 8 novembre, l'énorme popularité de faux articles anti-Clinton qui ont circulé sur les réseaux sociaux a été examinée comme un des facteurs ayant rendue possible l'élection de Trump. Comme le montre le cas du Pizzagate, ces rumeurs peuvent aussi bouleverser le quotidien de personnes qui n'auraient jamais imaginé se retrouver au centre d'un tourbillon médiatique.

Des membres de l'alt-right, ce mouvement d'extrême-droite pro-Trump adepte du harcèlement en ligne, ont utilisé des photos des enfants d'employés de la pizzeria postées sur les réseaux sociaux pour soi-disant prouver l'existence de ce réseau de pédophilie. James Alefantis a porté plainte auprès de la police et du FBI. Il a aussi demandé à Facebook, Twitter, Reddit et YouTube d'effacer certains posts (ce que les sites n'ont pas fait). Alefantis pense que le fait qu'il soit l'ex-compagnon de David Brock, un journaliste de droite qui a changé de bord et est devenu pro-Clinton, a probablement encouragé le déversement de haine à son égard.

Tout commence avec des fuites d'emails

Cette théorie du complot a commencé avec la publication par WikiLeaks des emails de John Podesta. Dans sa correspondance en ligne, il s'avère que ce dernier parle beaucoup de pizza. Des internautes, notamment sur 4chan et Reddit, en ont déduit qu'il s'agissait d'un nom de code pour parler de sexe.

Avant l'élection du 8 novembre, Podesta était déjà accusé de faire partie d'un culte satanique simplement parce qu'il avait été invité à une fête organisée par l'artiste Marina Abramovic, rumeur relayée par des personnalités influentes comme le journaliste de Fox News Sean Hannity.

«Des emails qui ont fuité semblent indiquer que le directeur de campagne de Clinton est lié à un bizarre rituel occulte.»

Les rumeurs étaient devenues tellement omniprésentes sur les réseaux sociaux que le Washington Post avait publié un article intitulé «Non, John Podesta n'a pas bu de liquides corporels pendant un dîner satanique secret».

Une histoire traduite dans plusieurs langues

Sur le forum de Reddit pro-Trump The Donald, un utilisateur a expliqué toute sa théorie sur la pizzeria: le propriétaire a aidé la campagne de Clinton à organiser une soirée de levée de fonds, il connaît le frère de John Podesta et son restaurant est particulièrement «kid-friendly», avec des tables de ping pong pour les enfants.

Ces informations sont vraies mais à partir de là, les trolls de Reddit et 4chan en déduisent une implication dans un réseau pédophile. Le fait que le propriétaire ait posté sur Instagram une image d'un homme avec un t-shirt «J'aime L'Enfant» en constitue pour eux une preuve suffisante.

L'affiche d'un concert à la pizzeria est aussi considérée comme une preuve de pédophilie:

«(À gauche), une affiche de Comet Ping Pong, qui pourrait faire référence à ce que ressentent les enfants quand ils sont victimes d'abus (à droite). #PizzaGate.»

La page Pizzagate du subreddit The Donald a rapidement attiré plus de vingt mille abonnés et, sur Twitter, le hashtag #pizzagate est devenu très populaire. L'histoire a été traduite dans plusieurs langues et a été relayée en France sur le site d'Alain Soral, Egalité et Réconciliation. Étonnamment, un journal conservateur plutôt respectable comme le Washington Times l'a reprise sans dire qu'elle était délirante.

Kanye West et Joe Biden

Ci-dessous, Mike Cernovic, un professionnel des rumeurs anti-Clinton (et auteur d'un livre pro-Trump), tweete un article du New York Times sur un réseau pédophile en Norvège avec le commentaire: «Pizzagate partout dans le monde». Le post est abondamment retweeté, avec de nombreux commentateurs qui expriment leur dégoût face à la dépravation des élites démocrates, même si cela n'a rien à voir avec la Norvège.

Certains membres de l'alt-right ont déjà lié l'hospitalisation de Kanye West à son soutien pour Trump et au Pizzagate. L'idée est que Kanye en savait trop et que la psychiatrie est souvent utilisée pour censurer les «dissidents»:

«Kanye est au courant. Ça devait le ronger de l'intérieur, il voulait nous le dire. C'est un égomaniaque, pas un monstre. #PizzaGate #LittleLivesMatter»

Tout est bon pour impliquer les plus hautes sphères de l'administration Obama. Sur Reddit, le fait que Joe Biden ait offert un bracelet d'amitié à Obama avec une pizza dessus est interprété comme un signe qu'ils sont impliqués dans ces crimes... Des internautes se sont aussitôt mis à tweeter des photos de Biden embrassant des enfants. Dans l'univers parallèle des complotistes pro-Trump, c'est bien suffisant pour prouver la culpabilité du vice-président.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte