Politique

Angolagate: Pasqua en remet une couche sur Chirac et Villepin

Temps de lecture : 2 min

«Ce n'est pas une affaire judiciaire, c'est une affaire d'Etat» a proclamé Charles Pasqua pour entamer sa conférence de presse de jeudi 12 novembre sur l'Angolagate. Il a été condamné la semaine dernière à un an de prison.

Charles Pasqua avait annoncé des révélations; il a surtout expliqué qu'il s'insurgeait contre sa condamnation et incriminé des responsables politiques. Il a aussi repris à voix haute des documents connus des tribunaux.

«Inutile de finasser» a-t-il déclaré, après avoir souligné qu'ils savaient quelles questions les Français se posaient. «Les plus hautes autorités de l'Etat étaient informées tout à la fois des ventes d'armes à l'Angola ainsi que du rôle joué par les uns et par les autres dans la libération des pilotes détenus en Bosnie.»

L'ancien ministre de l'Intérieur cite une note de la DGSE de décembre 1995 qui indique que «le gouvernement angolais a reçu de grandes quantités de matériel militaire par l'entremise d'un intermédiaire français non autorisé»

«J'accuse Jacques Chirac de n'avoir pas assumé ses responsabilités. Il en est de même pour Dominique de Villepin, a lancé l'ancien ministre de l'Intérieur. Tous deux ont manqué à leur devoir. J'affirme que les plus hautes autorités de l'Etat étaient informées.»

Jacques Chirac et Dominique de Villepin sont tous deux impliqués dans des affaires judiciaires par ailleurs.

La semaine dernière, voici le jugement qui avait été rendu à l'encontre de Charles Pasqua, qui écopait de trois ans dont deux avec sursis et 100.000 euros d’amende pour trafic d’infleunce passif:

«Pour un élu, ancien ministre, le fait de monnayer dans le but de financer son activité politique, une intervention auprès du chef de l’Etat en vue d’obtenir, en faveur d’un tiers [Arcadi Gaydamak] une distinction honorifique, fût-elle méritée, présente une réelle gravité. Il est en effet singulier de rappeler que les valeurs distinguées par nos deux ordres nationaux qui ne sont ni l’influence ni l’entregent, ne peuvent être ni échangées, ni vendues.»

Image de Une: capture d'écran

voir la vidéo sur DailyMotion

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Covid-19, la «giletjaunisation» de la crise

Covid-19, la «giletjaunisation» de la crise

Ce 27 mars, le dernier bilan de l'épidémie de Covid-19 en France fait état de 30.000 cas recensés pour près de 1.700 décès. Après presque deux semaines de confinement, le pays commence vraiment à s'inquiéter. Un sondage Ifop indique que...

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Beaucoup ne semblent réaliser que maintenant combien notre vie collective repose sur l'addition de tâches qui paraissent mineures, mais sans lesquelles nous serions en danger sanitaire grave.

Quand le pouvoir est juste idiot

Quand le pouvoir est juste idiot

Les réactions politiques à la pandémie de coronavirus le prouvent: dans notre monde globalisé, la santé est loin d'être une priorité.

Newsletters