Partager cet article

Sarko était, il faut le dire, un bel animal politique

JEFF PACHOUD / AFP

JEFF PACHOUD / AFP

J'avoue, au risque d'être condamné aux travaux forcés, j'ai toujours admiré sa vivacité intellectuelle, son insolence, son aplomb et sa force de conviction.

Au risque d'être privé de blog, déporté au fin fond de la Creuse, répudié par ma famille, conspué par mes amis, hué par mon chat, voué aux gémonies par mes anciens camarades de lutte, je tiens à clamer ici haut et fort mon attachement à Nicolas Sarkozy.

Oui je l'avoue, je l'ai toujours aimé, et même si je n'ai jamais voté pour lui –que Dieu m'en préserve!– j'ai toujours admiré sa remarquable vigueur intellectuelle, sa promptitude à se saisir en un temps record des données d'un problème, son aplomb, sa vivacité d'esprit, cette façon toute particulière d'habiter le discours en étant tout à la fois juge et partie, son insolence, sa truculence et sa force de conviction.

 Par Troye Owens, via Flickr / License CC

A l'heure où les membres de sa propre famille le congédient comme un malpropre –ah les ingrats!– où ses électeurs lui préférent ce félon de Fillon, ce séminariste bouffeur de rillettes du Mans, où la terre entière semble se réjouir de sa défaite, à nouveau, je redis ici toute ma considération pour cet homme qui osa dire la parfaite inutilité de lire la Princesse de Clèves, l'un des livres les plus emmerdants de toute la littérature française.

Rien que pour cette franchise-là, il mérite tout mon respect.

Il se passionait plus pour les films de Louis de Funès que pour ceux d'Eric Rohmer? Moi aussi. Il préférait assister à un match de foot que de se rendre à l'avant-première des Noces de Figaro? Moi aussi. Il passait ses étés à suivre les exploits de Lance Amstrong au lieu de s'intéresser à l'exposition Monet organisée au Musée d'Orsay? Moi aussi. Il ne dépassait pas le mètre soixante-dix? Moi de même, à quelques centimètres près. 

Au moins était-il franc dans ses passions et ne jouait pas à celui qu'il n'était pas, raison pour laquelle la gauche et tous ses attachés culturels que sont ses électeurs ne put jamais l'encadrer: il était bien trop populeux dans ses adorations pour prétendre incarner la France, mère de tous les arts.

Et il eût le malheur de s'enticher d'une chanteuse-mannequin, auteure d'un premier album fort réussi, salué à l'époque de sa sortie par toute la nomenklatura de la critique qui, au fond, ne pardonna jamais à ces deux amants-là de s'être épris l'un de l'autre et leur fit payer cette double trahison.

 Flickr/European People's Party-12 February, Brussels

Bien sûr je ne goûtais guère ses idées si tant est que jamais il n'en eut. En bon petit socialiste, je réprouvais sa passion ostentatoire pour l'argent, sa fascination pour la jet-set et le clinquant allant avec, son obstination à toujours s'afficher avec des capitaines d'industrie aussi voraces que méprisants, son appétence pour le monde du paraître où l'on mesure son quotient intellectuel au nombre de ses résidences secondaires et de ses comptes en Suisse.

Il m'a toujours apparu comme étant un trublion au sang mêlé dont on se demandait ce qu'il foutait au juste dans ce monde si formaté, si pointilleux, si cérémonieux de la politique française.

Il a été une sorte de Zelig de la chose politique, capable de dire tout et son contraire, de faire sienne des idées dont il devait désaprouver le principe même, d'essayer d'amener à lui des électeurs qui par instinct le rebutaient, d'être prêt à embrasser toutes les causes du moment qu'elles lui permettaient d'assouvir sa soif inextinguible d'exercer le pouvoir.

C'était il faut le dire, un bel animal politique.

Lui parti, voilà que la droite redevient la droite dans tout ce qu'elle peut avoir de rigide, de conservatrice, de pontifiante et d'archaïque.

La fête est finie.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte