Partager cet article

François Fillon est bien plus à droite que vous ne pensez

François Fillon lors d'une compétition automobile au Mans, le 8 juillet 2016 | 
JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

François Fillon lors d'une compétition automobile au Mans, le 8 juillet 2016 | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

François Fillon vient d'une France douce, tempérée, modérée, mais où flottent des vapeurs réactionnaires, jamais totalement dissipées. Il n’est pas d’homme qui exprime mieux ce que deviennent les droites: libérales ultra et réactionnaires d’évidence, en mal de restaurations et de provinces.

On a vécu ces derniers jours ce qui est peut-être une illusion, mais sans doute une logique: François Fillon existerait encore, et franchement, quelle justice pour cet homme et quelle vérité pour nos droites! Il n’est pas d’homme qui exprime mieux ce qu’elles deviennent, libérales ultra et réactionnaires d’évidence, en mal de restaurations et de provinces…

Depuis des années, Fillon s’astreint à être au rendez-vous des siens. Comment l’a-t-on raté? Il est le produit authentique d’une famille politique en mal de réaction, et qu’on affole dans des excès ou des compromis. Il n’est, lui, ni le compromis, ni l’excès. Il est. Il répond naturellement au double désir des droites; le grand coup de balai libéral et le grand bond en arrière identitaire, dans un monde d’entrepreneurs, de paysans et de chants grégoriens. Il le fait sans crier. Pourquoi crierait-il? Il a surmonté tant d’agacements…

Quand il était Premier ministre de Nicolas Sarkozy, il s’agaçait souvent, pas seulement du mépris élyséen. Mais il trouvait que ce président en disait beaucoup pour en faire moins. Il s’était impatienté dans la réforme des retraites, qu’il aurait bien achevé en quelques jours, de voir le chef chercher la lumière. Il trouvait Sarkozy moins fort et moins déterminé, toujours tenté de distractions et de fioritures. L’écologie, l’ouverture, la pavane démocratique face à Poutine… Ce n’était pas son truc. Quand la crise les prit à la gorge, après les dépenses de survie, il imposa une ligne de rigueur budgétaire à ce président tenté par la démagogie; il lui fit sentir qui aurait la main, quand il fut confirmé à Matignon…

Ce qui est amusant? Ce n’est pas ainsi qu’on nous a dit l’histoire. Fillon fut victime d’une gentille réputation. Il avait été l’ami de Philippe Séguin, ce gaulliste social issu d’outre-Méditerranée. On le confondait avec ce quasi-homme de gauche. C’était une erreur. Il avait aimé Séguin; il n’était pas Séguin. Fillon était de droite, avec appétit, quand Séguin n’était que rigoureux.

On considérait que François Fillon modérait Nicolas Sarkozy, singulièrement dans  ses échappées buissonnières, quand il alla chercher des recettes de survie dans la droite extrême -il a persisté depuis. Fillon n’avait pas tant de souci sur le fond que dans la forme. Que de bruit! Que de bruit vulgaire!

Fillon n'était pas hystérique. Il n'avait pas besoin d'en rajouter. Il était, tout simplement, bien plus à droite que Nicolas Sarkozy Si être de droite est considérer que l'économie doit être administrée sans pitié; que l’ordre prime; que la tradition nous garde; que nous ne venons pas de nulle part…

On pouvait le deviner.

Il  y eut, dans la campagne de 2012, un étrange pas de deux, quand, à l'initiative de Marine Le Pen, le débat s’empara du Halal –cette viande musulmane qui allait nous subvertir. Francois Fillon eut ce mot curieux: 

«On est dans un pays moderne, il y a des traditions qui sont des traditions ancestrales, qui ne correspondent plus à grand-chose.»

Les israélites et les mahométans étaient donc invités par le Premier ministre en exercice à réviser leurs conceptions archaïques de l’abattage rituel. Ainsi donc Fillon était ainsi? Se mêlant de réformer des religions insuffisamment modernes -moins d’ici que d’autres? On oublia.

Quelques mois, plus tard, en campagne pour la présidence de l’UMP, qui fut on le sait volée par la bande à Copé, il eut une remarque sur les «origines» de son rival –juives si tant est qu'on a oublié– censées le prémunir de toute tentation frontiste. Cela avait valeur de compliment? Ce pouvait aussi être pris comme un rappel. Un outing, pour que la droite traditionnelle ne fasse pas avoir par un produit artificiel, dont la stance identitaire sentait le rattrapage? Copé était tellement antipathique, on laissa le doute de côté.

La douce France de Fillon

Simplifions.

François Fillon vient de loin.

Il vient d'une France douce, tempérée, modérée, mais où flottent des vapeurs réactionnaires, jamais totalement dissipées.

On n’est pas impunément dans l'orbite, large bien sûr, des chouans ou des vendéens.

On n’est pas en vain soutenu par Bruno Retailleau, héritier (en trahison, certes) de Philippe de Villiers.

On n'est pas par hasard cet homme qui rentre en campagne pour la primaire de la droite en rappelant qu'il est allé à l'Assomption, à l'abbaye de Solesmes, son village, twittant cette piété pour que nul ne la rate, affichant le message: «Retrouver nos racines chrétiennes et l’esprit des Béatitudes»…  Puis opposant, dans son premier discours de candidat, cette piété authentique à l’artificialité des postures sarkozystes: «Ce n’est pas en se précipitant à la messe du 15 août après avoir convoqué les photographes ou en courant au Vatican pour tenter de regagner quelques voix chez les catholiques après les avoir provoqués, maltraités et même parfois réprimés que l’on se montre à la hauteur de ce rendez vous de l’Histoire.»

Qui est vrai, devant l’Eglise?

On n’est pas en vain soutenu par les jeunes ultra conservateurs, ultra catholiques, modernes et antiques à la fois, de Sens commun, ces enfants doux de la branche piétiste des adversaires du mariage gay

On n’est pas en vain soutenu par les jeunes ultra conservateurs, ultra catholiques, modernes et antiques à la fois, de Sens commun, ces enfants doux de la branche piétiste des adversaires du mariage gay.

On est ce que l’on montre. François Fillon en a montré, singulièrement dans cette campagne.

Cela marche? Au bruit sarkozyen, rapiécé de frites à la cantine, Fillon oppose une paisible évidence. On fera bien la différence: d’un côté, un frisotté outrancier, qui ressemble au Dalio de la Règle du Jeu, lequel semblait «plus juif que jamais» (ainsi écrivaient les critiques fascistes Bardèche et Brasillach) dans les chasses de Sologne, pauvre Marquis de la Chesnaye… En face, et un homme qui ne force rien pour se montrer comme il est.

Sarkozy croit maîtriser le feu identitaire? Allons donc. Qu’y connait-il? La France est chez Fillon. Il dit. Il exprime, même sans dire. Une France éternelle, de toujours, catholique et romaine avant toute chose et décente, comme des grands bourgeois chez Martin du Gard, d’avant nos débâcles?

L'Histoire, les racines, les valeurs

C’est Fillon qui met en avant sa culture d'Eglise.

C'est Fillon qui le premier a introduit le bon Clovis et son baptême comme acte créateur de notre pays et, dans la même envolée, oppose notre présent salingue aux magnificences du passé:

«Les héros de la France, ce ne sont pas les gens de la télé-réalité, ce ne sont pas non plus les footballeurs, malgré leurs talents, les Nabila et que sais-je encore. Non, les vrais héros français sont les paysans qui ont fait notre histoire, les scientifiques et les inventeurs qui ont fait notre renommée, l’Église catholique, les philosophes, les soldats de l’an II, les poilus…»

C’est Fillon qui veut, sans cri, mettre l’Islam sous tutelle, puisque cette foi n’est pas nôtre et devra se soumettre, puisque les musulmans, avant la soumission, ne sauraient être de France: «C’est une condition non négociable. C’est la condition de leur acceptation au sein de la communauté nationale.»

C’est Fillon qui, face aux étrangetés du monde, considère comme encombrantes les mollesses des lumières, et ne voit pourquoi on offrirait l’égalité à l’Islam ou l’on opposerait les droits de l’homme à Poutine.

C’est Fillon qui ne veut plus de moeurs dissolues que l’époque nous impose, et rompra avec l’Europe si elle nous force aux mères porteuses.

C’est Fillon enfin, qui s’affirme en homme des honnêtetés d’avant les parvenus, qui aurait bien poussé Sarkozy, cet affairiste de circonstance douteuses, dans les geôles socialistes, et en appelle aux mânes du Général pour le disqualifier.

C’est Fillon qui, pour justifier ses duretés économiques, va chercher l’exemple du paysan de la Sarthe, qui sait ce qu’un sou vaut et ce que travailler veut dire, et oppose cette sagesse à l’errance des villes.

Est-on plus à droite que Fillon?

Est-on plus à droite que lui?

La droite naturelle

Il n'est pas besoin de crier pour être de droite. Francois Fillon est souriant, urbain, poli, vengeur, et vrai. Il rencontre la droite dans ses aspirations. La purge libérale en économie, la restauration identitaire en société. Il le dit en élégance. Pourquoi préférer l’autre, enfin! Pourquoi se priver de ce que l’on est? Seul Fillon est adéquat, si l’idéologie rencontre la société.

Si cela prend, ce ne sera que naturel. Fillon n’est pas l’alternative à Juppé pour battre Sarkozy. Quelle idée vaine et inculte! Il est l’alternative à Sarkozy contre Juppé, ce radsoc chiraquien, si vieux mais surtout prévisible, qui cherche à faire oublier en jouant les pères nobles et les burgraves de droite, tout ce qu’il a d’humain et de faible, en somme, envers la part métissée de notre monde… Voyez-vous un Tareq Oubrou chez Fillon? Enfin… L’équation de cette fin de campagne est limpide. Le véritable affrontement des droites se joue entre Fillon et Juppé, un affrontement de pure idéologie. Fillon veut détruire Sarkozy, parce qu’il occupe indûment l’espace qui est le sien, en usurpateur. Ensuite, il battra Juppé, parce que la droite est ainsi? Parions? En version alternative, Juppé sera battu au premier tour, rattrapé par l’obsolescence, et Fillon règlera les comptes des droites authentiques ensuite, en battant Sarkozy. Laissons la course de petits chevaux. Mais regardons l’implacable logique des moeurs et des idées.

Regardez qui l’adoube, compatriotes, et sentez le vent?

J'ignore absolument si les plus nostalgiques de mes compatriotes ont compris son message. Si une vérité rencontre le bruit des sondages, le désir malsain des médias de pimenter de suspense une sale élection? Francois Fillon est exactement là où se trouve son camp. Le rejoindra-t-il? Il se prépare des Te Deum à Solesmes, où il fait bon prier dans la chaleur de l'été. Je n'en plaisante pas. Il est peut-être rassurant, finalement, quoi que je puisse en penser, qu’un pays se retrouve dans sa part d’éternité.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte