Monde / Culture

Rubens Barrichello fait payer Google

Temps de lecture : 2 min

Google a été condamné par le tribunal de Sao Paulo. Le plaignant était le pilote de Formule 1 Rubens Barrichello. Le litige concernait des faux profils du sportif hébergés sur le réseau social Orkut, une sorte de Facebook qui connait un grand succès en Amérique du Sud et qui dépend de Google. L'amende pourrait aller de 500 000 à 700 000 dollars. En effet, l'affaire remonte à juillet 2006 et Google risque une astreinte de 590 dollars par jour de publication des profils en question. Cette décision rappelle que les sites sont responsables de leur contenu et doivent vérifier l'authenticité des profils des utilisateurs. Mais le plus étonnant c'est que si l'affaire en est arrivée à ce point, on suppose que c'est parce qu'après avoir été prévenu à plusieurs reprises par le pilote de F1, Google n'a pas réagi.

Ce n'est pas la première fois qu'Orkut pose problème à Google. Déjà en 2006 une polémique avait enflé. Le site hébergeait des pages contenant des propos racistes, homophobes, pédophiles ainsi que des appels à la violence. Le ministère public fédéral de Sao Paulo avait demandé à la filiale brésilienne de Google de retirer les contenus incriminés.

En France, la LOPPSI (projet de loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) prévoit jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende pour réprimer «l'utilisation malveillante, dans le cadre des communications électroniques, de l'identité d'autrui ou de toute autre donnée personnelle, en vue de troubler sa tranquillité ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération». Comme l'explique Numerama: les internautes qui utilisent frauduleusement l'identité d'un tiers ne seront punis que si l'infraction est réalisée «de manière réitérée», lorsqu'il s'agit de «troubler la tranquillité» de cette personne ou d'autrui. En revanche, dès qu'il y a la volonté de «porter atteinte à son honneur ou à sa considération», la récidive n'a pas besoin d'être constatée.

Lire l'intégralité de l'article sur Numerama

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une : portrait de Rubens Barrichello

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters