Partager cet article

Les deux pandas nées aux États-Unis et envoyées en Chine ont du mal à décrocher des crackers

 Pandas - Zoo Atlanta - Atlanta, Georgia  | David Berkowitz via Flickr CC License by

Pandas - Zoo Atlanta - Atlanta, Georgia | David Berkowitz via Flickr CC License by

Le choc culturel touche même les pandas.

Mei Luan et Mei Huan sont deux jumelles pandas de 3 ans, nées aux États-Unis et qui semblent avoir un peu de mal à s'adapter à leur nouvelle vie, en Chine. Le site d'État chinois People's Daily raconte en effet que si elles commencent à s'y faire, elles ne se sont pas encore complètement «débarassées de leurs vieilles habitudes.»

Les deux pandas sont arrivées de l'autre côté du Pacifique, à Chengdu, dans la base de recherches sur les pandas, le 5 novembre. Elles vivaient jusque-là au zoo d'Atlanta, où elles avaient vu le jour trois ans plus tôt. Comme l'explique le Washington Post, leurs parents «sont en prêt au zoo d'Atlanta, et l'accord veut que les enfants nés aux États-Unis doivent retourner en Chine avant l'âge de 4 ans». C'est la première fois que des pandas nés aux États-Unis retournent vivre en Chine.

Si les deux pandas ont des profils assez différents –l'une est très joueuse, tandis que l'autre est beaucoup plus calme–, leur éleveuse indique qu'elle a un peu la même inquiétude pour les deux:

«Elles aiment tellement les crackers américains, que tout ce qu'elles mangent –du bambou, aux pommes, et même l'eau– doit être mélangé avec des crackers. Pour les aider à s'habituer à la nourriture en Chine, Luo a graduellement remplacé les crackers par du pain chinois.»

Choc linguistique

Si Mei Huan a l'air de s'y habituer, Mei Lun ne veut cependant pas pour l'instant «toucher à ce pain qu'elle ne connaît pas», rapporte le quotidien américain. Dans le Global Times, Luo Yunhong raconte que jusque-là, il a été «assez compliqué de leur donner à manger de la nourriture locale». Mais ce n'est pas le seul problème. Les deux pandas, qui ont vécu leurs trois premières années aux États-Unis, semblent avoir un petit problème de langue:

«L'autre problème, c'est que Mei Lun et Mei Huan ne comprennent pas le dialecte du Sichuan. Elles ne lèvent la tête que quand elles entendent leur nom. À l'inverse, elles réagissent à de nombreux mots simples en anglais, comme “Venez ici”.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte