Partager cet article

Le staff de Trump a sous-traité une vidéo de campagne à une ado de 15 ans de Singapour

Capture écran

Capture écran

Le champion du protectionnisme sait aussi délocaliser quand il le faut.

Donald Trump doit une partie de son succès électoral à sa défense du protectionnisme. Ce qui n'a pas empêché le candidat pas comme les autres de sous-traiter une présentation pour sa campagne à une adolescente singapourienne de 15 ans.

Hrithie Menon affirme avoir été embauchée en aout dernier par l’équipe du président élu afin de produire une vidéo via la plateforme Prezi qui aurait été diffusée dans plusieurs campus universitaires.

Le journal local Today de la ville-état asiatique a relayé l’information ce jeudi 17 novembre, lors d’une interview où la jeune collégienne et ses parents se sont exprimés sur cette situation insolite.

«Qui aurait cru que quelqu’un comme Hrithie, une fille de 15 ans basée en Asie décrocherait ce petit boulot?», s’interroge la mère lors d'un entretien filmé.

 

Via Fiverr

 

Selon le quotidien singapourien, le staff de Donald Trump aurait contacté l'adolescente sur la plateforme Fiverr, où des personnes offrent leurs services en matière de web design. En échange de ses services, le milliardaire américain aurait déboursé la modeste somme de 100 dollars, le prix standard que la jeune adolescente facture à ses clients par projet. Celle-ci compte épargner l'argent gagné pour se payer un appareil dentaire.

Hrithie confie au journal qu’au départ elle n’était pas consciente de qui elle avait affaire.

«En fait, je ne savais pas qui était Donald Trump. La réaction de mes parents a été: “tu sais, c’est quelqu’un d’important. Tu dois t’appliquer et faire plus d’efforts pour que ce soit vraiment bien”», raconte-t-elle.

Deux heures plus tard, c'était terminé. «Un des travaux les plus faciles que j'ai eu à faire», dit-elle. 

À la suite de ses révélations, on se demande à qui le nouveau président élu a-t-il bien pu faire appel pour travailler sur son site officiel de transition greatagain.gov. Lors de son lancement, Quartz avait identifié des omissions «embarrassantes», comme du texte qui cache le visage du vice-président Mike Pence, ou le logo choisi qui, vu sur l’icône du navigateur, ressemble au signe d’entrée interdite.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte