Monde

Voici à quoi pourrait ressembler le «fichier des musulmans» de Trump

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 17.11.2016 à 17 h 04

Selon un de ses conseillers, son administration songe à réactiver un fichier ciblant les immigrants de certains pays, créé après le 11 septembre 2001.

Un fidèle musulman à la mosquée de Hamtramck (Michigan), le 8 janvier 2016. JEWEL SAMAD / AFP.

Un fidèle musulman à la mosquée de Hamtramck (Michigan), le 8 janvier 2016. JEWEL SAMAD / AFP.

«Le jour où ils créeront une base de données des musulmans, j'irai m'enregistrer comme musulman», a déclaré récemment Jonathan Greenblatt, le président de l'organisation antiraciste américaine Anti-Defamation League. Ces derniers jours, la phrase «First they came for the muslims» («D'abord, ils sont venus chercher les musulmans»), référence au poème antinazi de Martin Niemöller, est devenue très populaire sur Twitter.

La promesse d'une «base de données des musulmans» a été une des plus explosives de toute la campagne de Donald Trump, et on en sait un peu plus désormais sur ce qu'entend mettre en place la nouvelle administration: pour résumer, une politique qui existait déjà lors de la dernière décennie, a été jugée discriminatoire à l'époque par les organisations de protection des droits de l'homme et inefficace par l'administration qui l'appliquait.

Un système déjà en place après le 11-Septembre

Le secrétaire d'État du Kansas Kris Kobach, artisan de quelques-unes des lois sur l'immigration les plus restrictives des années 2000 et conseiller de Trump sur les questions d'immigration, a expliqué à l'agence Reuters que la nouvelle administration (dans laquelle il pourrait devenir ministre de la Justice) réfléchissait à réactiver le National security entry-exit registration system (NSEERS). Un système de contrôle des immigrants mis en place après le 11 septembre 2001, et qu'il avait lui-même contribué à façonner en tant que conseiller de l'administration Bush.

Le même système était imposé à des citoyens déjà présents sur le territoire avec un visa non-résident (tourisme, travail, étudiant...), qui devaient notamment signaler certains de leurs déplacements, comme leurs déménagements

Ce système créait un fichier avec une triple identification (empreintes digitales, photographie et interrogatoire poussé) pour des citoyens de 25 pays lors de leur entrée sur le territoire américain. Le même système était imposé à des citoyens des mêmes pays déjà présents sur le territoire avec un visa non-résident (tourisme, travail, étudiant...), qui devaient notamment signaler certains de leurs déplacements, comme leurs déménagements. Il ne ciblait pas explicitement les musulmans mais 24 des 25 pays cités étaient arabes, du Maghreb à l'Asie du Sud-Est en passant par le Moyen-Orient, le vingt-cinquième étant la Corée du Nord.

Selon NBC News, plus de 80.000 personnes avaient été fichées dans ce cadre. Aucune n'avait été poursuivie pour des faits de terrorisme, mais 13.000 personnes avaient été déportées pour violation des lois sur l'immigration. Le programme a été vidé de sa substance en 2011, mais n'a jamais été complètement abrogé.

Au mauvais souvenirs des camps d'internement

Comme l'explique The Hill, Trump avait beaucoup varié sur le sujet durant la campagne, donnant parfois l'impression qu'il voulait ficher tous les musulmans du pays ou interdire l'immigration de tous les pays à majorité musulmane. Quand un journaliste l'avait interrogé en lui demandant en quoi ce fichage différerait de celui des Juifs sous le nazisme, il avait eu une réponse évasive. Mais il serait donc prêt à réactiver un programme critiqué à l'époque comme outil de profilage racial et dont l'administration Obama avait fini par juger qu'il n'apportait pas de plus-value à la lutte contre le terrorisme, pour la simple raison, souligne Vox... qu'elle avait déjà toutes ces données dans d'autres programmes. Plusieurs constitutionnalistes, tout en étant très critiques envers l'impact concret du NSEERS, rappelle en revanche qu'il n'avait pas été invalidé par la justice à l'époque, et qu'il pourrait donc être encore jugé constitutionnel aujourd'hui.

Et histoire d'ajouter aux craintes que suscitent ce genre de fichiers chez beaucoup de citoyens, les soutiens de Trump citent des exemples qui rappellent des périodes sombres de l'histoire des États-Unis: sur Fox News, Carl Higbie, le porte-parole d'un lobby pro-Trump, a défendu les intentions de l'administration en rapppelant que l'Amérique avait pratiqué des politiques du même genre pendant la Seconde Guerre mondiale vis-à-vis des personnes d'origine japonaise. 120.000 personnes avaient alors été internées dans des camps, dans ce que Ronald Reagan avait qualifié quarante ans plus tard de «grande injustice» de l'histoire américaine. Après les attentats de Paris, de nombreux politiques avaient appelé à la création de camps du même genre pour les immigrants du Moyen-Orient.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (850 articles)
Rédacteur en chef de Slate.fr. Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte