Partager cet article

L'apparence physique, cette discrimination négligée

Miss France Iris Mittenaere le 12 novembre 2016 à Cannes. VALERY HACHE / AFP

Miss France Iris Mittenaere le 12 novembre 2016 à Cannes. VALERY HACHE / AFP

Dans «La société du paraître», Jean-François Amadieu attire l'attention sur le rôle de l'apparence physique (beauté, poids, taille, âge, etc.) dans la réussite sociale. La période de tension identitaire est-elle propice à la reconnaissance de ces formes négligées de discriminations?

Le café où j’ai interviewé Jean-François Amadieu, professeur en sciences de gestion, auteur de La société du paraître, a servi de cas d’étude pour vérifier les observations qu’il popularise dans ses travaux depuis une quinzaine d’années. Rive gauche parisienne, près de l’université Panthéon-Sorbonne où il enseigne, les riverains sont beaux. «Dans les quartiers comme celui où nous sommes, il n’y a pas de personnes obèses, remarque-t-il. Chez les CSP+ les taux d’obésité dégringolent au-delà de 3.800 euros par mois.» 

La question de l’apparence physique n’est pas une question de riches pour autant. Une serveuse peut être désavantagée en raison d’un surpoids, d’un visage jugé disgracieux, d’une origine ethnique à laquelle sont associés des stéréotypes négatifs, d'un âge qui sera jugé trop avancé pour que le candidat soit perçu comme efficace. «La masse des victimes de discrimination en raison de l’apparence ne se manifeste pas», écrit Amadieu. Et à le lire nous serions presque tous concernés.

Au fil des années, note l’auteur, Le Grand Journal de Canal+ a changé de présentateur mais le casting du premier rang s’en est tenu à une formule immuable: jeunes, minces, beaux. Amadieu utilise cette image pour évoquer la relégation d’une partie du public qui, de fait, forme une large «majorité silencieuse» de Français interdits de représentation dans les médias et confrontés un jour où l'autre, à leur insu ou pas, à une forme de discrimination sur la base de leur apparence. Ce «poids des apparences», titre de son précédent livre, pèse lourdement sur le destin des individus. Il fait l’objet de dénis fréquents, parce qu’il est trop inconfortable, pour une société dont l’égalité est une valeur centrale, de considérer que le tour de taille des individus, la symétrie de leur visage ou l’apparence juvénile jouent un rôle dans la répartition des ressources.

L’approche originale par les apparences physiques, sujet généralement cantonné aux magazines féminins, donc jugé peu sérieux, rejoint par un autre chemin certains constats et préconisations faites au même moment par le sociologue François Dubet dans Ce qui nous unit, sur l'intégration des discriminations raciales et de de genre au logiciel politique français: «la figure “nouvelle” des discriminations s’est greffée sur la représentation des injustices “anciennes”, les inégalités économiques. Là où on ne voyait que des classes sociales et de l’exploitation, on voit désormais des groupes et des individus discriminés en fonction de ce qu’ils sont: leurs origines, leur couleur de peau, leur foi, leur sexe, leur sexualité, c’est-à-dire leur identité

La beauté, la taille, l'âge, le handicap ou le poids sont en revanche rarement des traits qui viennent à l'esprit quand on évoque les discriminations. Selon le spécialiste de la beauté comme monnaie sociale, l’économiste américain Daniel Hamermesh, être beau permet de gagner jusqu’à 15% de plus par an, en plus d’augmenter la probabilité de trouver un conjoint plus beau et plus aisé financièrement. Le fait d’être blonde aux Etats-Unis (qui correspond à un idéal de beauté) génère un surplus de salaire qui correspond à une année d’études supplémentaire, auquel s’ajoute le fait que les hommes mariés à une femme blonde gagnent 6% de plus que les autres. Sauf que cet avantage devient handicap à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie professionnelle, puisque les femmes blondes sont plus souvent écartées des postes de direction en raison des mêmes préjugés qui les servent dans d’autres circonstances.

La «décote de laideur» est l'un des constats les plus surprenants –et les plus réguliers– de ce type de recherches. En France, la chercheuse Hélène Garner-Moyer montre que le CV d'une jeune femme dont la photo est jugée séduisante obtient plus de réponses même pour un poste de comptable qui n'est pas en contact avec la clientèle –argument fréquemment avancé pour «caster» les recrutements. La beauté va de pair avec des stéréotypes positifs et une présomption de compétences (relationnelles, commerciales, d'implication) à l'exception... de la rigueur et de l'organisation, plutôt prêtées à des candidates moins séduisantes.

Pour ce testing de candidats fictifs, les photos sont obtenues en modifiant la photo du visage d'une candidate maghrébine (sur la deuxième photo). On observe ensuite le nombre de réponses positives pour 200 envois.

En France toujours, nous savons qu’un automobiliste va plus fréquemment prendre une autostoppeuse blonde qu’une autre brune –ce qui ne procure certes pas un avantage décisif dans la vie. Le sociologue Nicolas Herpin a montré l’avantage professionnel des hommes grands par rapport aux petits à niveau de diplôme équivalent, car la haute taille est souvent interprétée comme un signe d’autorité et de leadership. La recherche dans ce domaine de niche regorge de résultats surprenants à la Freakonomics, avec des titres d'articles qui font toujours leur petit effet comme par exemple, «Les médecins grands et beaux sont-ils plus souvent perçus comme de “grands” médecins?» (Réponse: oui).

Certains des constats cités dans le livre de Jean-François Amadieu ont commencé à être faits dès les années 1970, mais l'obsession de l'apparence s'est aggravée, comme en témoignage la baisse continue de l'IMC d'un corps féminin jugé désirable alors que, dans le même temps, les femmes ont pris du poids, note Amadieu. Même la Barbie «curvy», censée être ronde, a un tour de taille inférieur à celui d'une jeune fille britannique dans la moyenne.

Les obèses doivent-ils arrêter de travailler à 15 heures?

Si on s’intéresse aux niveaux de salaire ou à la probabilité d’être embauché des gros par rapport aux minces, des disgracieux par rapport aux très beaux, des petits par rapport aux grands, on observerait selon l'auteur de La société du paraître des phénomènes discriminatoires et des écarts comparables à ceux qu’on mesure entre les hommes et les femmes. De même que Libération a encouragé par sa Une du lundi 7 novembre les femmes à cesser le travail à 16h34 pour protester contre les inégalités de salaires par rapport aux hommes, faudrait-il conseiller aux moins beaux des entreprises de s’arrêter à 17 heures? Aux brunes ou aux petits de prolonger leur pause-déjeuner à la cantine? Poser la question, même avec humour, revient à bousculer la hiérarchie implicite des souffrances associées à un sexe, une couleur de peau, un poids, un handicap, un âge qu’on ne choisit pas. Et c’est justement le piège dans lequel Jean-François Amadieu veut éviter de tomber, comme il nous l’explique quand on lui pose la question qui semble la plus logique et la plus pressante: quels sont les groupes les plus discriminés? Les plus handicapés dans la vie sociale en raison de leur apparence? 

«Ce n’est pas la bonne manière d’aborder la question. Il y a bien un écart de salaire entre les hommes et les femmes, c’est d’ailleurs ce type d’inégalités que les gens ont en tête quand on évoque le poids des apparences: ils pensent principalement aux discriminations à partir d’une seule caractéristique, la plupart du temps les inégalités entre hommes et femmes ou les origines ethniques et la couleur de peau.

 

Ce qu’ils ne savent généralement pas c’est que les discriminations en raison de l’apparence concernent aussi la taille, le poids, la beauté relative d’une personne, son look. Ce qu’il faut bien comprendre, que ce soit avec les testing de CV ou la mesure des écarts de salaire, c’est que les études sont toujours menées sur une seule variable, un seul aspect de l’apparence physique qu’on cherche à isoler des autres dans une logique de hiérarchie, alors que les individus sont faits de plusieurs caractéristiques à la fois. L’obésité est croissante avec l’âge, vous pouvez être une femme, avoir plus de 50 ans et être obèse. Est-ce que votre visage est beau ou considéré comme pas beau, quelle est la couleur de votre peau? Ces variables vont se cumuler avec un impact tout à fait énorme pour certaines personnes.»

L’un des problèmes soulevés par Amadieu dans ses travaux est que les individus ne peuvent parfois que soupçonner les raisons de leur mise à l'écart. Ce qui expliquerait que l'apparence physique, un critère que la loi française reconnaît parmi les critères de discrimination, fasse rarement l'objet de poursuites.

Pour ajouter à la complexité, toutes les discriminations ne peuvent pas être mesurées:

«On n’a pas de données précises qui nous permettraient d’étudier toutes les variables qui expliquent les écarts de salaire. La tête des gens, leur taille ou leur poids ne sont jamais mentionnés dans les études sur les profils des employés.»

Les inégalités en fonction de l’apparence se comprendraient donc dans un monde complexe et «multivarié», là où le raisonnement médiatique et les logiques politiques privilégient une sorte de saucissonnage des mesures, et donc des luttes, contre chaque type de discrimination. D’ailleurs quand ces critères invisibles de discrimination sont mis à l’agenda, c’est souvent parce que des mouvements déjà structurés s’en saisissent, comme le féminisme:

«L’intérêt pour l’évolution de la législation en faveur des obèses, ou les luttes contre la tyrannie de la minceur que j’évoque dans mon livre viennent des féministes qui considèrent finalement que c'est une problématique qui touche les femmes, qui en sont les premières victimes. En France, des actrices se mobilisent sur le fait qu’elles ne trouvent plus de proposition passé 50 ans. Mais à chaque fois qu’on insiste sur une seule variable à l’exclusion des autres, on fait un focus qui dissimule toute une partie des variables. Mais si vous êtes dans une logique d’inégalités hommes / femmes, vous oubliez par exemple que les femmes sont très différentes entre elles

Les études de genre ont donné une visibilité aux inégalités hommes-femmes en prolongeant la tradition marxiste de lutte des classes qui depuis s'est ouverte à d'autres clivages mais la taille, le poids ou la beauté sont pour la tradition universitaire française des sujets un peu superficiels ne pouvant jouer dans la même cour que les variables star comme l’origine sociale, le niveau d’éducation, le sexe, le patrimoine.

L’apparence est très liée au milieu social. Vous êtes plus ou moins exposé à l’obésité; l’accès aux soins dentaires ou l’exposition au risque de handicap sont inégalement répartis

Jean-Fraçois Amadieu

«Historiquement, explique Amadieu, l’approche de Pierre Bourdieu dans les années 1970 consistait à dire que l’apparence ou la beauté est une variable qui s’ajoute certes aux autres capitaux (culturel, économique, social) mais qui a la chance d’être distribuée de manière équitable parmi les milieux sociaux. Alors qu’au contraire l’apparence est très liée au milieu social. Vous êtes plus ou moins exposé à l’obésité en fonction du milieu et du type de pratique alimentaire qu’il favorise. L’accès aux soins dentaires ou l’exposition au risque de handicap sont inégalement répartis dans les groupes sociaux.»

Comme pour beaucoup de mécanismes sociaux, les inégalités héritées jouent sur les opportunités sociales et l’inné et l’acquis ont tendance à se renforcer mutuellement.

«Les inégalités d’apparence physique constituent des cercles vicieux ou vertueux. Les grands, comme les minces, vont faire une meilleure carrière, se marier avec des gens qui ont une belle apparence, les capitaux vont s’assortir, et il y aura donc transmission aux enfants d’une manière ou d’une autre. Ces inégalités sont donc contrairement aux apparences très liées au contexte social, puisque des variables comme la coupe de cheveux, le look et le prénom ont beaucoup à voir avec les normes sociales, contrairement d’ailleurs à certaines questions de genre qui traversent tous les niveaux de la société (puisqu’on trouve des hommes et des femmes dans tous les milieux sociaux).»

Une convergence impossible?

D'évidence, toutes les discriminations liées à l’apparence ne sont pas porteuses du même imaginaire et n’impliquent pas les mêmes enjeux. Certaines sont d’emblée politiques, les discriminations raciales sont ainsi lues au prisme de l’histoire coloniale française. Le droit français considère le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie comme des circonstances aggravantes mais ne distingue pas les discriminations physiques comme «l’âgisme» ou la «grossophobie». Ce type de parallélisme risque évidemment de braquer les acteurs qui luttent contre les discriminations raciales lesquelles constituent, dans les cas traités par le Défenseur des droits, la première cause de recours.

«Qu’il y ait des inégalités entre hommes et femmes et des discriminations raciales ne fait pas de doute, je n’ai jamais dit le contraire et d’ailleurs je les ai mesurées en réalisant en 2003 les premiers testing français par envoi de CV à grande échelle, avec la particularité de tester plusieurs variables (couleur, patronyme, adresse, poids, âge, sexe, etc.)»

Pourtant Jean-François Amadieu rencontre souvent cette objection quand il présente un spectre large des critères de discriminations:

«On peut me rétorquer qu’il faut bien choisir des priorités. Tout en comprenant ce que je veux dire, les gens peuvent me répondre qu’on en n’a pas fini avec les discriminations importantes et qu’il serait contre-productif de vouloir s’attaquer à tout à la fois. D’accord, mais alors qui définit ces priorités et comment?»

Défenseur des droits, rapport annuel 2015.

Aux Etats-Unis, Hamermesch fait une réponse encore plus directe. A propos du désavantage d’un physique disgracieux, l’économiste affirme: «Je ne vois pas ce handicap comme différent de la race ou de l’ethnicité. Mais nos énergies politiques pour protéger les autres sont limitées.»

Pour Amadieu, qui ne se fera pas que des amis parmi ses confrères, les fonds publics de recherche et les testings donnent de l'importance à un petit nombre de critères de discrimination au détriment des autres. Mais en raison de l’urgence politique de se pencher sur certaines discriminations, qui menacent la société française de déchirure identitaire, et dont les victimes font l'objet de discours politiques de rejet, multiplier les fronts de lutte serait épuisant, diluerait la portée de chacune d’entre elles et serait source de dispersion des énergies et de concurrence des victimes. Le résultat est que certaines formes de discriminations, sont totalement ignorées. Pour l’auteur, la mauvaise manière de faire consiste justement à empiler de nouvelles sources potentielles de discrimination positive sur un modèle américain qui a opté pour une concurrence un peu caricaturale entre les critères de discrimination, dernièrement avec le mouvement de la «fat acceptance», retournement du stigmate du surpoids et de l’obésité en une source de fierté revendiquée. ATD Quart Monde a fait intégrer un vingt-deuxième critère de discrimination dans la loi française, faisant valoir une «pauvrophobie», une exclusion des individus sur la base de la «vulnérabilité de leur situation économique». De quoi envoyer au tribunal «les Deschiens et autres émissions bobos méprisant les beaufs et les prolos?», se demande Julien Damon dans une tribune publiée sur L’Opinion.

A LIRE AUSSI

En France, les gros vont-ils mener le combat de l'acceptation?

A lire sur Slate

Qu'est-ce qui nous unit?

Sans aborder les questions que pose Amadieu sur les critères de discriminations qui passent sous le radar, François Dubet prolonge certains des mêmes questionnements dans Ce qui nous unit: comment faire en sorte que les débats qui portent sur des minorités ne laissent pas indifférente la majorité –ou plutôt les majorités, dont les effectifs et la nature peuvent varier en fonction des sujets de clivage. Comment éviter de se retrouver dans des conflits identitaires où la perception qui domine est que ce qui est donné à l’un est retiré à l’autre? Comment respecter la demande d’égalité, celle d’affirmation de la différence, et une cohésion sociale adaptée à un époque ou tout part de l’individu? Est-ce seulement possible ou faut-il se résigner à voir des modèles multiculturalistes prendre le dessus, et les équilibres démographiques remplacer le politique? Le sociologue remarque que tout en suscitant de grands mouvements de «retour du refoulé» identitaire, ces débats n'avancent concrètement pas beaucoup et les discriminations quotidiennes perdurent pendant que de grands débats de principes agitent la société française.

Dans la même optique de rassemblement autour d'un tiers commun, Jean-François Amadieu, qui est opposé aux politiques de discrimination positive, propose d’aborder d’un seul tenant des situations qu’on considère généralement comme éloignées, plutôt que de hiérarchiser les critères, source d’inévitables conflits et ressentiments. «Si l'on résume les discriminations à un ou deux sujets, si l'on instaure des quotas et de la discrimination positive sur un ou deux critères, on ne rassemble pas. Les difficultés que vit chacun sont toutes respectables même si leur ampleur est variable; le nier, c'est exacerber les ressentiments.» L'idée est de considérer que sous l'ombrelle de l'apparence physique existent de multiples formes de discriminations qui, mises bout à bout, concerne peu ou prou la majorité, d'autant qu'il existe pour beaucoup un continuum de situations sur lequel chacun peut se représenter («On n’est pas d’un seul coup gros ou pas gros, beau ou pas beau»). Le principal bénéfice serait politique: «l’avantage d’entrer par les apparences permet de trouver les bonnes solutions pour tout le monde, plutôt que des solutions qui vont cliver. C’est aussi un fantastique moyen de rassembler», selon Jean-François Amadieu.

La mesure qu'il prône, le CV anonyme, a été votée en 2006, et pourtant jamais appliquée. La société française est restée belle et bien aveugle aux apparences physiques.

A LIRE

La société du paraître. Les beaux, les jeunes... et les autres, de Jean-François Amadieu

Odile Jacob

Acheter le livre

 

A LIRE

Ce qui nous unit. Discriminations, égalité et reconnaissance, de François Dubet.

La République des Idées. Seuil.

Acheter le livre

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte