FranceLife

Si Royal était présidente, scénario fiction (MàJ)

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 16.11.2009 à 16 h 28

Avec Eric Zemmour en défenseur du virilisme

Image de une: Ségolène Royal lors d'un meeting à Brest, mai 2007. Reuters.

Image de une: Ségolène Royal lors d'un meeting à Brest, mai 2007. Reuters.

«Disqualifiée» pour 2012. Vincent Peillon ne décolère pas de s'être fait voler son débat ce week-end par Ségolène Royal. Interrogé sur le plateau de «Dimanche+» sur Canal+ le 15 novembre, l'eurodéputé socialiste a estimé que la présidente de la région Poitou-Charentes «ne pourra pas nous faire gagner» la présidentielle de 2012.  En cause, la venue surprise de Ségolène Royal à une réunion à laquelle elle n'était pas conviée. La candidate malheureuse à la présidentielle de 2007 a rétorqué que la politique, «c'est de rassembler, pas d'exclure».

Avec cette polémique, nous republions une série de trois articles de politique fiction. Si Ségolène Royal avait été élue présidente où en serait la France et la vie politique du pays. Les deux premiers articles de la série se trouvent ici: Et si Ségolène Royal avait gagné la présidentielle? et Si Royal était présidente: immigration et castration.

***

Nicolas Sarkozy est à mi-mandat. Où en serions-nous aujourd'hui, si le 6 mai 2007, c'était le visage de Ségolène Royal qui s'était affiché sur nos écrans? Où en serions-nous sur le plan «identitaire», économique, social, international... sportif? Aurions-nous plus de néologismes et moins de copiés-collés? Les chroniqueurs de Slate ont reconstitué le passé pour revisiter le présent. Voici le dernier volet.

Qu'aurait pu être un quotidien institutionnel chamboulé par l'arrivée historique d'une femme à l'Elysée? Surtout à l'issue d'une campagne présidentielle au cours de laquelle la candidate n'aura eu de cesse de mettre en avant cette différence... Mais c'est aussi par le recours obsessionnel au «participatif» ou à la faveur de ses improbables néologismes qu'on reconnaît le style Royal.

Mondanité

En marge des réunions du G8, François Hollande, premier Monsieur de France, dont la presse moque le désoeuvrement depuis qu'il s'est marié avec la présidente malgré leur mésentente supposée, a tenu compagnie toute une journée au mari d'Angela Merkel, Joachim Sauer. Les deux hommes, interviewés dans Paris Match sur cette rencontre, ont avoué partager un goût pour le foot et les bières d'Abbaye. Ils ont promis de se rappeler rapidement pour discuter de la future fondation Franco-allemande de lutte contre le cancer.

Nomination

La chanteuse Mireille Mathieu vient d'être nommée présidente de France Télévision. Le rétablissement de Belle et Sébastien, Le Manège enchanté ou Saturnin en prime time feront partie de ses priorités, a déclaré la nouvelle présidente.

Ségo-langue

Le haut commissariat à la Sémantique pour la simplification des acronymes des organismes publics vient de rendre son rapport sur la fusion ANPE - Assedic. Les pôles regroupant les agences seront désormais appelés «Centres de Réespérance pour la Retrouvitude d'Emploi».

Ouverture

Le Ministère de l'Homme nouvellement créé vient d'être confié à Eric Zemmour. Sa mission sera de rétablir la parité hommes-femmes dans les collectivités et de promouvoir l'égalité des sexes dans l'entreprise. En effet, peu après l'élection de Ségolène Royal à la présidence de la République, le Mouvement de résistance masculine, dont Eric Zemmour était jusqu'à présent le porte-parole, s'était créé pour dénoncer la dérive féministe du gouvernement (13 ministres sur 15 sont des femmes) et les mesures discriminatoires dans les entreprises qui avaient suivi la mise en application de la Loi de promotion de l'activité économique des femmes, multipliant les nominations féminines dans les conseils d'administration au détriment des hommes.

Identité nationale

Les comités «Désir de Nation» se réuniront dans chaque préfecture à partir du mois de janvier 2010. Une refonte générale des principes de l'identité nationale est prévue à l'issue des consultations, et la République française devra se doter d'un nouveau logo. «Ne nous interdisons aucune audace, a déclaré la présidente française. Il faut se battre pour une identité moderne et positive de la France. Même le nom du pays peut être soumis au débat...» Des boîtes-à-idée-identitaires seront disposées dans toutes les Mairies pour recueillir les propositions des citoyens. Un brainstorming géant de deux semaines devrait ensuite se tenir à l'Elysée.

Jean-Laurent Cassely

Image de une: Ségolène Royal lors d'un meeting à Brest, mai 2007. Reuters.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte