Partager cet article

Les trolls de 4chan sont persuadés d'avoir fait élire Donald Trump

Montage caricaturant Donald Trump à partir du mème «Pepe the frog»

Montage caricaturant Donald Trump à partir du mème «Pepe the frog»

Il y a eu beaucoup d'explications à propos de la victoire de Donald Trump. La vérité, c’est que le multimilliardaire à la houppette a été élu grâce à 4chan, des mèmes, de la magie noire et une grenouille mystique appelée Lord Kek. Ce n'est pas (vraiment) une blague.

Le roi des trolls a gagné. Ça y est.

En quelques années, le trolling est passé d’un passe-temps stupide à une forme d’art suprême. Aujourd’hui, c’est un instrument politique si puissant qu’il a permis à un outsider complet de devenir président des États-Unis. Pour certaines personnes, c’est carrément devenu une religion.

Mais chez ces gens-là, on ne prie pas, monsieur. On fait des mèmes. 

Je veux parler de 4chan, bien sûr. En particulier de son fil (ou chan) «Politically Incorrect», un des coins les plus sombres de cette plateforme controversée. Après s’être bien amusé lors du Gamergate, ils se sont unanimement engagé pour «The Donald»: pendant des mois, ils ont mené une infatigable campagne sur internet contre Bernie Sanders et, surtout, pour détruire leur ennemi ultime: Hillary Clinton. Main dans la main avec certains fils de Reddit, comme «The Donald», 4chan a formé un groupe d’activistes, la «Trump army» pour défendre leur idole, harceler ses détracteurs, hacker des lignes téléphoniques utilisées par les démocrates et, bien sûr, créer de puissants mèmes, parfois repris par Donald Trump en personne –la consécration.

C’est une véritable croisade menée par des trolls aux motivations très diverses, que ce soit par sympathie pour l’alt-right –la nouvelle extrême droite américaine–, par désir de vengeance sociale, par agacement vis-à-vis des libéraux ou par simple envie de semer le chaos.

Leur but était simple: faire élire celui qu’ils appellent… le Dieu-Empereur. 

Et maintenant que l’Empereur a vaincu tous ses ennemis… ils sont persuadés que c’est grâce à eux, et à personne d’autres, que Trump a été élu. Un 4channer résume la chose ainsi: «Nous avons réussi à faire élire un même comme président» (en anglais, dans le texte: «We actually elected a meme as president»).

Derrière cette victoire, la «Trump army» croit avoir mis la main sur une arme secrète: un pouvoir extraordinaire, presque magique, de troller des pays entiers –en faisant élire leur champion. Que l’on y croit ou non, ce qu’il s’est passé marquera l’histoire d’internet –et changera à tout jamais la manière dont un candidat aspirant aux plus hautes fonctions peut espérer y parvenir. 

Je vous conseille de vous intéresser à ce phénomène parce que la «Trump army» a d’ores et déjà fait son choix pour l'élection présidentielle en France: Marine Le Pen.

La magie des mèmes existe

Les mèmes, vous connaissez? Et bien figurez-vous que, derrière leur apparence inoffensive, les mèmes ont des super pouvoirs. C’est en tout cas ce que pense 4chan: «Trump a été placé à la Maison-Blanche par la magie des mèmes!», écrivent-ils, fous de joie le soir de l’élection. Pour eux, les mèmes ne sont pas de simples traits d’humour, au contraire: ils peuvent avoir un effet puissant sur la réalité.

Pour leur créateur, Richard Dawkins, qui a inventé le terme dans son livre de 1976, Le Gène Egoiste, un mème est proche du concept darwinien de «gènes», mais appliqué aux «idées»: tout comme les gènes, un mème est une idée qui se répand par des changements aléatoires et une réplication précise. Et, comme chacun sait, rien n’est plus puissant qu’une idée… Surtout si elle est défendue par des milliers de dévots zélateurs.

Les mèmes sont ainsi devenus une mode ces dix dernières années. Pour les pauvres mortels que nous sommes, ils ne sont qu’un moyen d’exprimer une émotion ou une pensée. Mais, pour 4chan, ils sont devenus beaucoup plus: un point de ralliement et un moyen de canaliser leur pouvoir collectif… pour changer le monde.

Mais, pour 4chan, «changer le monde» ne veut pas dire exactement la même chose que pour tout un chacun. Saviez-vous, par exemple, qu'ils ont trouvé le moyen d'user de leur pouvoir «mémétique»... pour essayer de faire en sorte qu'un bombardement russe survienne en Syrie? C’est ce sur quoi ils ont échangé le 4 avril 2016 quand des utilisateurs de /pol/ ont cru repérer une base de rebelles syriens au sud d’Alep, et qu’ils en ont envoyé la position au ministère de la Défense russe via Twitter.

Incroyable, non?

Je n'ai pas la confirmation que la frappe ait effectivement été effectuée. Mais, pour 4chan, ce genre d’événement extraordinaire est venu renforcer une conviction: leur pouvoir ne se limite pas à troller des féministes ou à harceler des libéraux américains, ils se sont rendus compte qu'ils pouvaient avoir une influence sur le cours des choses.

C’est là que Trump est entré en jeux.

Fasciné par ses dons de provocateur, le chan /Pol/ de 4chan s’est aussi trouvé de nombreuses opinions communes avec Trump, comme sa volonté de changer la politique étrangère américaine, de se rapprocher de la Russie, de se ranger du côté d'Assad. Inspirés par Alex Jones, l’un des plus grand conspirationistes américains, la «Trump army» considère Clinton comme étant au mieux un politicien véreux. Au pire: un lézard Bilderberg-Illuminati.

Le roi des trolls les a tellement transcendés qu’ils se sont donné une mission: passer du Gamergate… à la Maison-Blanche.

L’ascension de Lord Kek

Tout est parti d’un mème qui s’appelle Pepe the Frog (ou Pepe la grenouille, en français). C’est un mème comme les autres. À l’origine, c’est un personnage du comics Boy's Club, créé par Matt Furie en 2005. Pour résumer, il s'agit d'une grenouille humanoïde, très souriante, qui aime bien dire à ses potes quand un truc lui plaît («Feels good man»). Elle commence à apparaître sur 4chan en 2010 et devient bientôt la mascotte non-officielle de nos amis du chan «Politically Incorrect».

Pris de leur nouvelle passion pour Donald Trump, les utilisateurs de /Pol/ ont tout simplement mixé leur deux mascottes, façon mash-up.

Cela marque le début de cette histoire hors du commun. À ce moment-là, des coïncidences extraordinaires ont commencé à se produire à 4chan. Pour les comprendre, il y a deux autres choses que vous avez besoin de savoir.

Les Dubs

À chaque fois que vous postez sur 4chan, vous obtenez un chiffre à huit entrées. C’est aléatoire. Les 4channers y ont vu une possibilité de faire des paris, un peu comme un lancé de dés. À chaque fois que quelqu’un publie un post, il peut parier à l’avance sur le chiffre qu’il va obtenir. S’il pense obtenir des doublés, des triples etc… Ce sont les «dubs», les «trips» et les «quads» et ainsi de suite.

Quand on gagne, ça s'appelle un «GET».

Au même moment, dans un autre coin du web appelé World of Warcraft –un jeu de rôle en ligne–, le terme «KEK» apparaît. Le site qui référence tous les mèmes Know Your Meme l'explique mieux que moi:

«Dans WoW, les joueurs choisissent de jouer pour les factions de l'Alliance ou de la Horde, qui sont considérées comme ennemies dans l'univers du jeu. Les joueurs des différentes factions sont incapables de communiquer entre eux, les textes qu'ils écrivent étant passés par un traducteur automatique qui transforment leur anglais en lange Orque. Lorsqu'un joueur de la Horde écrit les lettres “LOL”, les membres de l'alliance lisent “KEK”»

La magie des mèmes

Vous avez bien tout noté? Parce que c’est là que ça devient très fort: sur 4chan, tous ces éléments disparates vont se rencontrer… et faire des étincelles: Pepe the frog est associé à Donald Trump car ils sont tous les deux des mascottes de 4chan: ça donne un Trump à tête de grenouille (ou une grenouille à cheveux de Trump, c’est vous qui voyez). Au fur et à mesure de la campagne des primaires américaines, les 4channers commencent à remarquer que les discussions associées à Trump portent chance. En effet, elles contiennent plus de «GETS» que les autres. «KEK» continue d'apparaître dans les messages pour célébrer les dernières provocations de Trump.

Et puis 4chan s'est mis à avoir la foi: quelque chose d’extraordinaire s'est vraiment passé. Comme si le destin leur murmurait à l’oreille: «Trump va gagner». Sur l'image plus bas, vous pouvez voir comment un utilisateur a réussi, le 19 juin 2015, à obtenir le «GET» ultime, celui au nombre le plus sacré: 77777777.

C’est là qu’il y a une coïncidence qui va retourner le cerveau de ces nouveaux complotistes (et le vôtre peut-être aussi). Le 27 novembre 2015, un utilisateur de 4chan soumet un post à propos d’une divinité égyptienne à tête de grenouille sur le board /his/ (histoire). C'est une vraie divinité égyptienne. Elle a une tête de grenouille. Et –OH MON DIEU–, SON NOM EST VRAIMENT «KEK»!

Incroyable, non ?

Le channel /Pol/ accueillit la nouvelle avec des louanges, de la joie mais aussi de la stupeur: comment est-ce possible? Qu’est-ce que ça veut dire? Toujours aussi surprenant, la description du dieu égyptien en question:

«Kek veut dire obscurité. Il est le dieu de l'obscurité du chaos, l'obscurité avant la lumière. Il est le dieu des ténèbres, caché dans l'obscurité. Les Égyptiens voyaient la nuit, ce moment privé de la lumière du soleil, comme une réflexion de cette obscurité chaotique.»

Dieu de la nuit, Kek est appelé le «porteur de lumière». C’est le Dieu du soleil qui se lève. Et ça, pour eux, c’est Donald Trump.

À partir de là, les preuves ont continué de s'accumuler pour les 4channers: une statue de Kek lui-même est apparue sur le forum. Même si c’est sûrement un faux, le nom hiéroglyphique de Kek a littéralement soufflé 4chan:

Un fil consacré à l'adoration de Kek a été créé dans le board /trash/ (hors sujet) sur 4chan. Et le 25 juin, un utilisateur anonyme de 4chan soumet un message sur /r9k/ demandant si les internautes du forum avaient «accepté Lord Kek, le grand dieu égyptien des ténèbres, dans leurs vies»?

Le culte de KEK est né. La magie des mèmes est réelle. Et elle a sa propre théologie basée sur «la manipulation des esprits, de la matrice sociale et de la fabrique de la réalité».

Donald Trump s’est, bien sûr, mis à utiliser la manne d’enthousiasme et de mèmes produits par ces alliés inattendus, en leur faisant de gros clins d’œils sur les réseaux sociaux. C'est une consécration. Imaginez: les outsiders de la société qui captent l’attention du (futur) président des États-Unis. 

Tout au long de la campagne qu'ils mènent sur les réseaux sociaux, les 4channers ont perfectionné leur méthode pour déstabiliser leurs opposants. Etonnés par leurs nouveaux pouvoirs, ils ont commencé à discuter entre eux de l’incroyable puissance du "kekisme" et de la «Guerre mémétique».

Le mouvement a pris une telle ampleur que cela a touché Hillary Clinton en personne.

Le 11-Septembre de Pepe the Frog

Le fils de Donald Trump, Donald Trump Jr., poste ceci sur sa page Facebook début septembre:

Le jour d'après sera une date historique dans le «Kekisme». D'abord, Clinton a eu son fameux malaise. Pour tout 4chan, c'est une preuve de leur puissance. Face à cette découverte, certains prennent carrément peur:

Le même jour, l'équipe de campagne d'Hillary Clinton poste un article sur son blog: c’est un pamphlet contre... Pepe the Frog. Ce petit texte renforce l’impression des 4channers qu’ils sont en train de gagner –et leur donne plus d’influence que jamais. Pendant les semaines qui suivent, les forces de la magie des mèmes se déchaînent.

Fortement enracinée dans les théories conspirationnistes, la «Trump army» voit la lutte contre Hillary Clinton comme un vrai combat contre Satan. Celle-ci devient une personnification du dieu malfaisant Moloch lui-même, dans le cadre d'une conspiration globaliste pédo-luciferienne et de toutes les théories Illuminati que vous pouvez imaginer. C’est donc la lutte de Kek contre Moloch:

Cet ancrage conspirationniste, les 4channers vont l’utilisé pour nourrir le pseudo-scandale du Spirit Cooking. Pour résumer, l'artiste contemporaine Marina Abramovic (vue ci dessus) fût accusée de tenir des rituels pédophiles sataniques pour les élites mondiales (sic) en compagnie de John Podesta, Chargé de campagne électorale d’Hillary Clinton, en se servant de certains emails révélés par Wikileaks. Pour eux, c’est la preuve que Clinton est bien au service du Dieu Moloch:

Il faut bien l’admettre: dans un pays où la croyance au complot, aux extra-terrestres et aux illuminati est monnaie courante, ce genre de tactique de déstabilisation peut s’avérer décisive. Peu importe, la guerre touchait à sa fin.

La Grande Guerre des mèmes

Ils se sont bien battu. Ils ont créé des mèmes, fait circuler des articles, commenté sur des sites, hackers des lignes téléphonique… Et ça a marché. Quelques heures avant les résultats, un 4channer se réjouit d’un événement qu’il juge, d’ores et déjà, historique:

«Nous sommes les témoins de ce qui restera comme l'événement le plus important de l'histoire du XXIe siècle. Les historiens liront les archives des images board en essayant de reconstruire ce qui s'est produit ici. Un champ entier d'études sera dédié à la magie dès mèmes, et son influence sur le XXIsiècle.»

Rien que ça… Aujourd’hui, les Kekistes ont de nouvelles cibles. Ils ont éprouvé leur puissance et se préparent aux combats à venir. Pour eux ce n'était pas une simple élection: c'était une guerre, et elle leur a permis de montrer leur force, leur valeur, et de faire que la réalité se conforme à leurs rêves. Contrairement à presque la moitié des Américains qui n'a pas voté, la Trump Army a lutté, et elle a lutté dur. Et maintenant que la guerre est finie, ils l'affichent fièrement:

«Je suis un vétéran de la Grande Guerre des mèmes!»

Cet article a d'abord été publié en anglais sur le site Bullshit.ist.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte