Science & santé

Quand gagne-t-on à être prétentieux et quand vaut-il mieux éviter?

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 16.11.2016 à 17 h 57

Repéré sur Quartz

L'essentiel est que les gens n'arrivent pas à prouver que vous mentez sur vos compétences.

Image extraite de la série «Friends».

Image extraite de la série «Friends».

Connaissez-vous le mot «braggadocio»? Utilisé en anglais, ce terme nous vient du milieu du rap. Il représente un mélange de vantardise et de fanfaronnade, à propos de sujets comme l’argent, la force physique, l’attrait sexuel ou tout simplement le fait d’être cool. Ce mot est très intéressant car il distingue deux visions du même comportement: une personne qui se vante d’être la plus musclée du quartier l'est-elle vraiment ou s’agit-il d’une exagération visant à se mettre en valeur? De plus, s’afficher de cette façon lui sera-t-elle vraiment bénéfique? Après tout, on peut estimer qu'une telle affirmation a quelque chose d'amusant, mais qu'elle déforme aussi notre vision de la réalité.

Sur le site Quartz, deux scientifiques expliquent s’être penchés sur la question pour avoir un avis définitif sur l’intérêt, ou non, de la vantardise. Patrick Heck et Joachim Krueger, de l’université de Brown aux États-Unis, écrivent ainsi avoir testé 400 volontaires en leur demandant de noter les compétences et la moralité d’autres personnes, des personnes plus ou moins performantes ou plus ou moins vantardes. Ils ont découvert le «paradoxe de l’humilité». «En absence de preuve (à savoir un score des tests), écrit Heck, se vanter d’être meilleur que la moyenne booste sa réputation dans le domaine des compétences mais la diminue dans celui de la moralité. À l’inverse, les personnes humbles qui estimaient être moins fortes que la moyenne étaient notées comme des personnes plus morales mais moins compétentes.»

Se la péter en entretien d'embauche, mais à une condition

Quelles que soient les performances réelles des personnes notées, c’est donc le comportement que l’on adopte qui va influer sur le jugement moral des autres. En revanche, s’il existe des preuves de compétences, cela peut largement influencer le jugement sur une personne qui se vantait d’être performante dans un domaine. En gros, quand on est peu performant, il vaut mieux jouer la carte de l’humilité pour gagner en moralité aux yeux des autres. Fanfaronner peut se révéler destructeur pour son image s'il existe des preuves de son manque de compétence. À l'inverse, en l'absence de vérification possible, la vantardise reste valorisante dans ce domaine précis.

De quoi pousser les sociologues à conclure de la façon suivante: «Dans des situations où votre compétence est cruciale (lors d’un débat ou d’un entretien d’embauche), affirmer être meilleur que les autres peut être bénéfique, du moment que des preuves du contraire ne voient jamais le jour. Mais dans des situations où votre réputation de personne morale et chaleureuse est mise à mal (quand il faut faire son réseau ou lors d’un rendez-vous), il apparaît que l’humilité est la meilleure stratégie, même si vous avec quelque chose dont vous pouvez vous vanter.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte