France

Grippe, vaccin, et Guillain-Barré: la débandade gouvernementale (MàJ)

Jean-Yves Nau, mis à jour le 13.11.2009 à 10 h 14

Peut-on encore aujourd'hui, en France, tenter de parler raisonnablement de pandémie grippale et de santé publique?

La vaccination contre la grippe H1N1 a, jeudi 12 novembre, commencé à être proposée à six millions de personnes. Le même jour le ministère de la Santé a annoncé la survenue d'un syndrome de Guillain-Barré, une maladie neurologique assez rare, chez un membre du personnel soignant qui venait de se faire vacciner. Aucun lien de causalité ne semble pouvoir être établi mais cette information pourrait renforcer la méfiance générale que l'on observe en France vis-à-vis de cette vaccination gratuite et obligatoire. Celle-ci est proposée dans 1.060 centres spécialement mis en place et la première journée a été marquée par une très faible affluence.

Roselyne Bachelot (qui ne faisait pas partie des personnes prioritaires) a choisi de se faire vacciner dès le 12 novembre à la fois «pour montrer l'exemple» et démontrer qu'elle n'est «trypanophobe». Elle a précisé à cette occasion que le président de la République était «absolument décidé à se faire vacciner». Les autorités sanitaires souhaitent que la majorité de la population française soit protégée avant le l'arrivée du pic épidémique. Selon les dernières statistiques américaines la grippe H1N1 a, aux Etats-Unis, provoqué quelque 3.900 décès dont ceux de 540 enfants aux Etats-Unis depuis l'apparition, en avril, du nouveau virus.

***

La question désormais s'impose: peut-on encore aujourd'hui, en France, tenter de parler raisonnablement de pandémie grippale et de santé publique? Peut-on s'y risquer sans être aussitôt accusé de faire (consciemment ou pas) le méchant jeu de quelques multinationales pharmaceutiques (pour ne pas, horreur) faire celui du gouvernement?

Cette question s'impose parce que tout se précipite. Il y a quelques semaines encore, de nombreuses personnalités pouvaient légitimement prendre la parole sur ce sujet. Or les mêmes ne cessent de perdre progressivement leur potentiel de crédibilité. Qui plus est nous assistons désormais en direct à la démission explicite de quelques responsables gouvernementaux; des responsables successeurs de ceux qui, jadis, se seraient fait un honneur de donner l'exemple sanitaire et vaccinal à leurs concitoyens.

En deux mots: confusion et régression.

Dernier et éclairant symptôme: les réponses des membres du gouvernement publiées par Le Parisien/Aujourd'hui en France dans son édition datée du 11 novembre. Ce quotidien interroge quotidiennement depuis des lustres ses lecteurs sur la question «sociétale» du jour. Il est heureusement aujourd'hui passé à l'échelon gouvernemental; et certains membres du gouvernement (pas tous, loin s'en faut) répondent. Les citoyens peuvent ainsi commencer à faire le partage entre ceux de leurs ministres qui ont clairement choisi de monter en ligne et tous les autres, qui répondent ou ne répondent pas;  les indécis, les «faut voir», les «on ne sait pas encore», les «silencieux qui n'en pensent pas moins».

On observera aussi que les évolutions sémantiques, ombres portées des angoisses collectives, font que l'on est passé en quelques jours de la «vaccination» à l' «injection». Ainsi la question posée est désormais bien celle de savoir si, oui ou non, on va se faire «piquer». Point n'est besoin d'être linguiste pour apprécier.

Ainsi donc, en ce glorieux 11 novembre 2009 (pour la première fois franco-allemand), sont en partance médiatique pour la «piqûre» et la prochaine citation à l'ordre du mérite sanitaire «antigrippal»: Roselyne Bachelot, ministre de la Santé; François Fillon, Premier ministre; Christine Lagarde, ministre de l'Economie; Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche; Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP (et ancien ministre de la Santé officiant notamment non sans clarté dans les espaces de la  grippe aviaire); Luc Chatel, ministre de l'Education nationale ; Xavier Darcos, ministre du Travail ou encore Bernard Accoyer (médecin, spécialiste d'ORL) et président de l'Assemblée nationale.

On notera que le Pr Bernard Debré, député UMP de Paris (par ailleurs ancien ministre,  spécialiste hospitalo-universitaire d'urologie et dont l'expression «grippette» avait cet été fait florès) revient, à 65 ans, à la raison: «Je ne pouvais pas faire courir le risque aux personnes très affaiblies que j'opère d'attraper le virus» dit-il. Respire-t-on désormais mieux dans les couloirs et les chambres de l'hôpital Cochin de Paris?

Et puis aux antipodes de la solidarité sanitaire le refus total, ou presque: Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'écologie et Jean-François Lamour, vieux manieur de sabre et jeune député (UMP) qui «ne ressent pas le besoin» de se faire vacciner.

Et puis, comme depuis toute éternité, entre les deux extrêmes, le marais. Belles et lourdes prises: Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo; ajouter au filet la frétillante mais décidemment trop méconnue Marie-Luce Penchard. Le président de la République ne sait plus trop où il en est de ses vaccinations et, comme souvent, attend l'avis de l'indispensable Val-de-Grâce. Le ministre de l'Ecologie? Il «n'aime pas les piqûres». Quant sa collègue Penchard, ministre de l'Outre-mer, elle nous dit ne pas trop savoir quelle conduite tenir, tout en expliquant faire «confiance à la médecine de son pays».

Ne manquait que l'immanquable: celle qui «ne souhaite pas répondre». Le rôle est ici tenu par Nathalie Kosciusko-Morizet, présentement secrétaire d'Etat à l'Economie numérique et que nous avons connue (11 novembre oblige) hautement plus «monte en ligne». Mme Kosciusko-Morizet est la maman (depuis un mois et demi) de Louis-Abel. A ce titre elle devrait, en toute rigueur épidémiologique, être prioritairement immunisée. Respect de la vie privée oblige cette jeune mère responsable de nos avenirs économiques et numériques ne souhaite pas «faire état de son carnet de vaccination». Dont acte. On attend désormais les réponses circonstanciées des membres de la grande cohorte gouvernementale et de la haute administration.

On se moque un peu, bien sûr. Mais comment faire autrement aujourd'hui que ne pas tenter de se moquer?

Changeons un instant de focales. Humoristes et adversaires politiques brocardent Roselyne Bachelot. Bien étrangement elle était jusqu'à aujourd'hui la seule au sein du gouvernement (ne parlons pas du chef de l'Etat) à monter quotidiennement sous le feu des projecteurs; comme si les conséquences d'une pandémie n'étaient que du seul ressort du ministère de la santé. (Où sont ici ses collègues de l'Intérieur et de la Justice?). La ministre est de ce fait accusée d'avoir -ce qui n'est pas faux - monopolisé depuis des mois la parole sur un ton aussi monocorde que peu convaincant.

Et l'on en vient déjà à songer qu'un relatif silence ministériel aurait, paradoxalement, pu être plus productif. On suspecte aussi Mme Bachelot d'inciter à la vaccination contre une maladie dont on peine à percevoir la réelle gravité; et on la suspecte d'autant plus qu'elle n'a cessé de se glorifier de sa commande, passée cet été, de 94 millions de doses vaccinales. Une commande faite dans des conditions dont on  postule qu'elles pourraient (au minimum) être l'objet de critiques le marché du vaccin, métaphores récurrentes aidant, rejoignant ici celui des armes.

Plus grave sans doute, contagion aidant, la suspicion vient ces derniers temps de gagner la communauté des «experts» en charge de conseiller le gouvernement. On découvre (ou plus précisément certains feignent de découvrir) que certains d'entre eux, spécialistes renommé de virologie, auraient des contacts avec des firmes pharmaceutiques spécialisées dans la production de vaccins destinés à protéger contre des infections par des virus, notamment ceux de la grippe. On ne sait, pour l'heure, rien de plus quant à la nature de ces contacts, quant à leurs éventuelles conséquences sur les décisions gouvernementales en matière de prévention. Qu'importe. Le savant n'est pas un saint. Le ver est dans le fruit. Le vaccin est impur.

Et Roselyne Bachelot de remonter au front, de défendre «ses» experts avec, il importe de le souligner, une forme de courage dont ont rarement fait preuve ses prédécesseurs dans les tempêtes sanitaires qu'ils ont été amenés à rencontrer. Et la ministre de tenter de croiser le fer avec les vents médiatiques, de faire la liste de toutes les institutions qui conseillent le gouvernement sur les questions de santé publique. Sera-t-elle entendue? Et quand?

Un symptôme de l'immense confusion confinant à la régression? Dire ou ne pas dire que dans les hôpitaux parisiens, l'occupation des lits de réanimation pédiatrique a dépassé le seuil d'alerte des 15 % du fait de la nouvelle grippe pandémique? Dire ou ne pas dire que c'est «à la demande du ministère de la Santé» que des «experts» viennent nous «expliquer» les enjeux de la vaccination chez les enfants. Répercuter ou pas ce que nous dit sur ce thème «à la demande du ministère de la santé» le site du Quotidien du médecin?

Extraits: «La grippe est une maladie pédiatrique, ce sont les enfants qui contaminent les adultes, rappelle le Pr Gérard Chéron, chef de service aux urgences de l'hôpital Necker (Paris). La pandémie due au nouveau virus A(H1N1)v est présente actuellement chez les enfants un peu partout en France. En Ile-de-France, l'activité des urgences pédiatriques a augmenté de 80% au cours du mois d'octobre par rapport aux 4-5 dernières années. Il s'agissait de pathologies infectieuses avec indications de prélèvements, dont plus de 80% sont revenus positifs à ce nouveau virus. Au sein des établissements de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, le seuil d'alerte d'occupation des lits de réanimation pédiatrique est dépassé, ce qui implique de déprogrammer d'autres activités de soins. Alors que le pic épidémique n'est pas encore atteint, la situation est extrêmement limite, sans compter que l'épidémie de VRS va débuter elle aussi... Il est vraisemblable que la situation en Ile-de-France va se généraliser dans les grandes villes et dans tous les CHU de l'Hexagone.»

Poursuivons dans les déclarations de professionnels, avec celle du professeur Cathrine Weil-Olivier, pédiatre et membre du Comité de lutte contre la grippe:

«Chez les enfants sains sans facteur de risque, il est impossible de prédire si tel ou tel fera une forme grave. Il est donc très important de vacciner les enfants le plus largement possible afin de protéger ceux qui auraient développé des formes graves. Comme le système immunitaire de l'enfant est en cours de maturation jusque l'âge de 2 ans, on recommande un vaccin sans adjuvant chez les nourrissons de 6 à 23 mois. En attendant, s'il existe des facteurs de risque particuliers ou si la pandémie devient menaçante, il est légitime de proposer la vaccination avec adjuvant chez les moins de 23 mois. Dans son dernier avis, le Haut Conseil de la santé publique a d'ailleurs donné un très fort encouragement à le faire. Pour les nourrissons de moins de 6 mois, c'est la stratégie du cocooning. L'entourage doit être vacciné, c'est-à-dire toute personne vivant à la maison.»

Le Quotidien du médecin prend, fort curieusement, bien soin de souligner que ces déclarations sont extraites d'une «conférence de presse organisée, le 10 novembre 2009 à Paris, à la demande du ministère de la Santé». Est-ce dire que les propos ici rapportés sont suspects?

Jean-Yves Nau

Lire également sur la polémique autour du vaccin contre la grippe A: Grippe: des vaccins bien juteux, Grippe A: un Français sur deux allergique au vaccin et le blog Le Journal de la pandémie 2.0.

Image de Une: Des doses de vaccins contre la grippe A Ralph Orlowski / Reuters

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte