Science & santé

«Dois-je dire adieu à une vie bien carrée pour cet homme de 24 ans mon aîné?»

Lucile Bellan, mis à jour le 15.11.2016 à 13 h 49

Cette semaine, Lucile conseille Cyrielle, une jeune femme de 22 ans en couple attirée par un collègue âgé de 46 ans.

Le Rêve | de Pablo Picasso via Wikimedia CC License by

Le Rêve | de Pablo Picasso via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.
Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Tout d'abord, je suis une jeune femme de 22 ans, en bonne santé (a priori) dans une relation amoureuse avec quelqu'un depuis trois ans.

Il est vrai que comme dans toutes relations, nous avons traversé des hauts et des bas, des moments de doutes et de crises. Mais notre amour et notre communication ont toujours réussi à résoudre nos petits problèmes.

Mais voilà, aujourd'hui, j'ai commencé un nouveau travail qui implique que je vive en décalé du reste du monde à l'exception de quelques personnes.

Je me suis rendue compte que je plaisais aux hommes, chose dont j'ai toujours plus ou moins douté... et en particulier à un de mes collègues avec qui je pourrais qualifier sans peur notre relation de coup de foudre amical. Cependant, plus nous entretenons une relation, plus nous nous apercevons qu'il y a bien plus que de l'amitié entre nous. C'est une réelle affection mêlée à beaucoup de tendresse de complicité intellectuelle et physique, sans pour autant passer à l’acte, qui se révèle... et cela m'effraie. 

Il faut savoir que cet homme est de vingt-quatre ans mon aîné, qu'il a déjà eu des femmes, une fille… Contrairement à moi, il a déjà construit sa vie auparavant. Je suis tout à fait consciente qu'il ne pourrait peut-être pas m'apporter ce qu'une jeune femme de 22 ans espère. J'entends par là des enfants, un mariage, bien que lui ne soit plus engagé dans aucune relation, et qu'il envisage tout à fait une vraie histoire avec moi. Malgré cela, il garde ses distances pour que je puisse avoir la «chance» d'avoir une autre vie, car «je suis jeune» avec la vie devant moi. Que dans vingt ans, notre écart serait peut-être un problème pour moi, et qu'il pense mourir avant moi...

Avant tout cela, je pensais qu'aimer deux personnes n'était pas possible, aujourd'hui, je me demande si c'est le cas

Le vrai dilemme en réalité est que je me perds moi-même. J'ai l'impression d'avoir deux vies, une où j'ai un amoureux avec qui tout se passe plus ou moins bien, et une autre où je me rends bien compte que cet homme arrive à faire battre mon cœur comme le faisait mon premier amour, lui avec qui la passion était forte, et où la fusion entre nous était naturelle. 

Bref, je suis perdue entre le choix de la raison et celui du cœur: quitter mon partenaire actuel et dire adieu à une vie bien carrée (s'installer, se marier, avoir des enfants, une sorte de sécurité, je l'avoue) pour vivre une passion qui peut-être ne durera pas...

Avant tout cela, je pensais qu'aimer deux personnes n'était pas possible, aujourd'hui, je me demande si c'est le cas. Ou si tout simplement j'ai arrêté d'aimer l'un pour favoriser la relation que j'ai avec l'autre.

Cyrielle

Chère Cyrielle,

Je crois qu’il est tout à fait possible d’aimer plusieurs personnes en même temps et même que c’est beaucoup plus courant qu’on ne le pense. Ce sont notre éducation et la pression sociale qui nous obligent à faire un choix et à privilégier un amour plutôt que l’autre, à choisir entre la sécurité et la nouveauté, entre une construction fiable et la passion des prémisses. Certaines personnes décident d’aller contre l’évidence et tentent de faire vivre leurs amours parallèles, on les appelle des polyamoureux.

Mais je ne crois pas que ce soit ici la question.

Si j’ai bien compté, la personne qui fait actuellement battre votre cœur et qui a remis en cause votre schéma de vie «bien carrée» a 46 ans. Il n’est pas en fin de vie. Il a juste un peu plus d’expérience que vous. Vous semblez ne retenir de son âge que le frein qu’il représente pour une éventuelle construction à deux. Mais l’espérance de vie en France en 2015 était de 79 ans pour les hommes en moyenne selon l’Insee, ce qui laisse à cet homme de belles années théoriques pour vivre, aimer, peut-être se marier ou faire des enfants si le cœur lui en dit. Sa vie n’est pas finie!

Parfois, les décisions de la vie, et souvent celles qui concernent l’amour, ne se prennent pas en faisant des tableaux de pour et de contre

La vérité c’est que vous n’écoutez pas assez votre coeur ici. Et je suis à peu près sûre que le secret du bonheur ne se trouve pas dans des cases à cocher, du mari au profil adéquat jusqu’au grand mariage en passant par le duo d’enfants (un garçon, une fille évidemment: «le choix du Roi»).

Vous êtes jeune, c’est maintenant que vous pouvez vous tromper. C’est à dire que vous pouvez vous lancer à corps perdu dans vos coups de cœur, rêver votre vie comme elle vous chante et revenir en arrière si cela ne vous convient plus (ce qu’on devrait d’ailleurs faire à n’importe quel âge). N’est-ce pas triste de s’enfermer dans une vie «bien carrée» à 22 ans quand on est amoureuse? Parfois, les décisions de la vie, et souvent celles qui concernent l’amour, ne se prennent pas en faisant des tableaux de pour et de contre; il faut endormir sa raison et sentir au fond de ses tripes ce qui est juste, laisser parler ses sentiments. Même si ça n’a pas de sens, même si ça semble créer le chaos, même si ce n’est pas raisonnable.

La question est donc moins de savoir qui choisir que d’apprendre à écouter votre cœur. Quel que soit votre choix, embrassez le sans réserve. Le mariage, les enfants, ce dont rêvent les jeunes filles de 22 ans selon vous, vous avez bien le temps de découvrir si c’est ce dont vous rêvez vous et de le mettre en œuvre. En attendant, aimez.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (168 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte