Partager cet article

Les universités américaines réconfortent les étudiants traumatisés par l'élection

FADEL SENNA / AFP

FADEL SENNA / AFP

Cours annulés, examens reportés, snacks à gogo et espaces de conversation… De nombreux professeurs et quelques établissements ont adressé des messages de soutien à leurs étudiants et ont tenté d'alléger un peu le stress.

Il ne s'est pas écoulé une semaine depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis que des réactions très différentes ont afflué de part et d'autres du monde. Aux États-Unis, tandis que les actes racistes se sont multipliés, de nombreuses manifestations anti-Trump ont vu jour.

À l'égard de cette nouvelle historique, certaines universités américaines ont donc décidé de ne surtout pas sous-estimer le traumatisme et d'adresser des messages de soutien, d'appel à la tolérance et au respect de la diversité aux étudiants.

«Je ne peux pas me concentrer sur mes devoirs. Cette élection occupe tellement mon esprit que les cours devraient être annulés demain»

C'est notamment le cas de la Northwestern University. Dans un courrier électronique adressé aux étudiants, la vice-présidente Patricia Telles-Irvin a écrit: 

«Cette élection est inhabituelle par les déclarations spécifiques qui ont été faites au sujet de divers groupes de personnes présentés comme marginalisés et dangereux. (...) Les déclarations partisanes et diffamatoires semblent aujourd'hui malheureusement faire partie de la rhétorique de la campagne politique moderne, mais elles causent de vraies blessures. Nous voulons aller au-delà de cette élection qui nous a laissé divisés et reconnaître la nécessité de guérir ces blessures.» 

Et d'ajouter: «Les portes de l'université sont ouvertes en tant que lieu espace de guérison pour tous les étudiants, le personnel et les professeurs qui en ont besoin aujourd'hui, demain et après.»

Cours annulés, examens reportés

De nombreux enseignants ont également voulu témoigner leur soutien grâce à des changements d'emploi du temps exceptionnels et arrangeants. Le jour même de l'élection, une professeure de l'université du Michigan a annoncé qu'elle reportait d'une semaine l'examen en raison du lourd stress infligé aux étudiants du fait de l'élection présidentielle.

«Il est clair que cette période d'élection a été très distrayante et bouleversante pour les étudiants. J'ai reçu de nombreux courriels d'étudiants ces dernières heures qui me demandaient de repousser l'examen en raison du lourd stress subi, explique la professeure. Pour donner à chacun la chance de faire de son mieux à l'examen, et après avoir consulté l'administration, j'ai décidé de reporter l'examen d'une semaine.»

À Yale, un enseignant également touché par les témoignages de ses élèves leur a promis de rendre l'examen terminal facultatif, afin de soulager ceux qui seraient fortement traumatisés par l'annonce du nouveau président.

Au même moment, le 9 novembre dernier dans le Connecticut, un professeur de l'université locale a annulé ses heures de cours, afin de laisser le temps à ses étudiants de se remettre de leur détresse émotionnelle causée par la victoire de Donald Trump. La même réaction a été remarquée à l'université de Rochester et à l'université d'État de l'Iowa, raconte CampusReform

Espaces de conversation et snacks à volonté

À l'université d'État de la Caroline du Nord, le chancelier Randy Woodson a quant à lui annoncé que les étudiants «en deuil» pourront bénéficier d'espaces de conversation ainsi que de collations comme des barres chocolatés, afin de les aider surmonter l'élection de mercredi dernier, précise The Daily Wire. Des conseillers psychologues ont également été mis à la disposition des étudiants, des employés et du personnel enseignant.

Toutes ces dispositions vont-elles réellement soulager l'inquiétude des étudiants américains déçus par le scrutin? Difficile de le dire, mais les initiatives de ces nombreux enseignants ont le mérite de faire passer un message essentiel d'amour et de tolérance à leurs élèves, souvent surpris, parfois émus, par la sincérité de leurs professeurs dans ce moment d'histoire.

«Mon professeur vient de terminer son cours en nous disant: “Je vous aime tous. Je me fiche de la couleur de votre peau ou d'où vous venez. S'il vous plait, restez en sécurité”.»

«Mon professeur qui appartient à la communauté LGBT pleurait tellement qu'il nous a laissé sortir cinq minutes. Il ne pouvait pas faire classe, ça me brise le cœur.»

«Mon professeur en charge des Women Studies nous a envoyé par e-mail un poème abordant le thème de la guérison après le résultat des élections. J'ai commencé à pleurer en le lisant.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte