Partager cet article

Des chercheurs berlinois sont parvenus à faire «rire» des rats

CARL DE SOUZA / AFP

CARL DE SOUZA / AFP

Le tout en les chatouillant.

Quand on leur gratte le ventre, les rats se mettent à «rire». C'est l'une des expériences faites par les neurologues Shimpei Ishiyama et Michael Brecht, chercheurs au Bernstein Center for Computational Neuroscience, à l'université Humboldt, à Berlin. Pendant des mois, ils ont chatouillé des rongeurs avec leurs doigts et enregistré leur réaction, rapporte le quotidien allemand Der Tagesspiegel:

«La ressemblance est bluffante. Si l'on chatouille un jeune rat sur le ventre, il agite ses pattes en l'air, il couine d'un son aigu et inaudible et il est visiblement hilare. Les enfants réagissent presque pareil lorsqu'on les chatouille, il n'y a que leurs gloussements qui diffèrent des ultrasons produits par les rongeurs.»

Comme chez les bipèdes, ce sont surtout les plus jeunes qui réagissent le plus à ces stimuli, indique le quotidien:

«Les chatouilles sont seulement tendance chez les enfants, et plutôt proscrites chez les vieux.»

Et toujours comme chez les humains, les rats ne sont sensibles aux chatouilles que lorsqu'ils sont en confiance, comme l'explique Shimpei Ishiyama au quotidien:

«Les rats réservés doivent d'abord s'habituer à moi pendant quelques jours, jusqu'à ce qu'ils perdent leur timidité.»

La queue et le ventre plus que le dos

De la même manière, un rat qui se trouve dans une situation anxiogène, comme lorsqu'il est placé «sur une plateforme surélevée et sous un éclairage vif», aura tendance à émettre moins de couinements qu'à l'accoutumée, notent les deux chercheurs berlinois dans un article paru en novembre 2016 dans la revue scientifique Nature.

Les rats réservés doivent d'abord s'habituer à moi pendant quelques jours, jusqu'à ce qu'ils perdent leur timidité

Les chercheurs ont observé que les rats préféraient avant tout être chatouillés sur la queue et sur le ventre, moins sur le dos. Mais ils ne sont pas les premiers à avoir fait rire des rats: c'est le neurologue Jaak Panksepp, chercheur à l'université Bowling Green State, dans l'Ohio, qui a fait le premier le rapprochement entre les ultrasons émis par les rats et le rire des êtres humains à la fin des années 1990.

Fonction sociale

Le binôme de scientifiques berlinois est lui parvenu à localiser la zone du cerveau qui est stimulée lorsque les rats sont chatouillés en implantant des électrodes dans les cerveaux de cinq rongeurs. C'est le cortex somatosensoriel, cette partie du cerveau mammalien qui répond au toucher sur la peau, qui déclenche cette réaction. En stimulant directement cette zone, les chercheurs ont obtenu les mêmes couinements chez les rats étudiés.

Comme chez les êtres humains et d'autres mammifères tels que les chimpanzés, les sons produits par les rats semblent remplir une fonction sociale: ils sont une invitation à jouer à l'adresse de leur partenaire de jeu. Une hypothèse renforcée par les sauts de joie effectués par les rats entre deux séances de chatouilles. Sur ces vidéos mises en ligne par le quotidien américain New York Times, on peut les voir jouer avec la main d'un des scientifiques.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte