Partager cet article

Pourquoi est-ce qu'on se ronge les ongles?

Ça ronge | Photo by Thomas via Flickr CC License by

Ça ronge | Photo by Thomas via Flickr CC License by

Au départ, c'est un peu ragoûtant. Mais à ce qu'il paraît, ça détend.

Vous le faites sans même y penser et une fois que votre erreur fatale et frénétique a commencé, il vous sera quasiment impossible d'y mettre fin avant l'autodestruction sanglante et annoncée du bout de votre ongle qui dépasse. Souvent dans ces cas, vos doigts ne sont plus que des écorchés vifs, des victimes de vos incisives aiguisées prêtes à adopter toutes les inclinaisons possibles pour déloger l'ongle et la peau qui vous démangent. Cette mauvaise habitude a un nom, sachez-le: il s'agit de l'onychophagie, soit le fait de se ronger les ongles.

Mais qu'y a t-il de si appétissant à se manger les ongles des mains, voire pour les plus souples, ceux des pieds, s'est demandé le magazine The Verge. À ce sujet, les scientifiques américains du Centre national d'information sur la biotechnologie sont unanimes: l'onychophagie est un problème très commun et encore peu résolu de la médecine, qui concerne 20 à 30% de la population et plus particulièrement les adolescents dont 45% d'entre eux sont sujets à cette habitude, d'après le SAGE Journals. Car si arrêter de se ronger les ongles peut paraître très facile, nombre de personnes ont en réalité beaucoup de difficultés à se retenir.

Un réflexe animal pour s'apaiser

Alors comment expliquer un tel geste il faut bien l'avouer, un peu ragoûtant sur le principe? D'après de nombreuses études rescencées par le Journal iranien des Sciences médicales, le stress et l'anxiété sont les raisons principales –mais non exclusives– du rognage d'ongle. Lorsque vous vous trouvez dans une situation de difficulté, de colère, de stress, et même souvent lorsque vous vous ennuyez, ronger vos ongles peut devenir un réflexe afin de vous calmer, de stabiliser vos émotions. Pour Tracy Foose, professeure à l'UCSG School of Medicine et rongeuse d'ongles compulsive, c'est là tout le principe de la théorie de l'apaisement. Elle avoue se sentir plus détendue dès lors qu'elle peut commencer à ronger le bout de ses doigts. 

D'ailleurs, une étude a rapproché le fait de se ronger les ongles au toilettage des rats. Ne vous affolez pas, rien de grave, simplement de quoi nous apprendre que se ronger les ongles est presque un réflexe animal que nous adoptons pour nous détendre dans les moments d'instabilité émotionnelle. Si vous n'appréciez guère la comparaison, sachez également que parmi les raisons données à l'onychophagie, le perfectionnisme est l'une d'entre elles d'après le Journal de la thérapie comportementale et de la psychiatrie expérimentale. C'est-à-dire que si vous aimez que tout soit parfaitement fait et ordonné, le risque que vous soyez frustré voire déçu augmente, de même que l'envie de vous grignoter les doigts pour vous calmer. 

Une habitude génétiquement transmissible

Si vous n'êtes ni stressé ni perfectionniste, sachez que le rognage d'ongle est également une habitude génétique, si l'on en croît Shari Lipner, professeure de dermatologie chez Weill Cornell Medicine et spécialiste du sujet. Si votre entourage pratique devant vous l'onychophagie, il y a donc bien plus de risque pour que, dès votre plus jeune âge, vous intégriez vous-même ce geste et ce, de manière plus compulsive encore.

Tenter d'empêcher un enfant de ronger ses ongles, c'est comme lui interdire de manger les bonbons qu'il a devant lui: la tâche est très difficile et à cet âge-là, la raison joue moins. Contraitement aux adultes qui ont conscience qu'il ne s'agit pas d'un geste des plus élégants à pratiquer en public, les enfants ou adolescents eux, n'éprouvent pas plus de gêne à se currer le nez à table qu'à déguster leurs petits ongles. 

Dans ces circonstances excessives, l'onychophagie peut donc véritablement devenir un TOC, au même titre que de se laver les mains cent fois par jour ou de toujours ranger ses chaussures bien alignées, explique the American Psychiatric Association qui a décidé d'ajouter ce geste à la liste des éventuels troubles obsessionnels compulsifs.

C'est sale et ça peut vous rendre malade

Finalement, quelle que soit la raison pour laquelle vous picorer vos ongles, il est temps d'arrêter. D'abord, parce que c'est mauvais pour vos dents et pour votre mâchoire. L'onychophagie pourrait même vous coûter quelque 4.000 dollars de frais dentaires supplémentaires au cours de votre vie, rapporte le Huffington Post.

Ensuite, parce que c'est sale. Avec nos mains, nous faisons tout un tas de choses laissant l'opportunité à des milliers de bactéries de se glisser chaudement sous nos ongles. Les porter à votre bouche pourrait non seulement vous rendre malade, mais aussi carrément vous causer des problèmes gastriques et intestinaux, comme des nausées et des diarrhées, ou encore vous assortir de verrues et d'herpès. 

Un conseil? Peut-être un vernis saveur crotte de nez, ou ce bracelet qui vous envoie des décharges électriques lorsque vous céder à l'appel d'un succulent petit ongle... 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte