Monde

Joe Biden, le mème dont l'Amérique avait besoin

Temps de lecture : 3 min

Alors que Barack Obama et Joe Biden s'apprêtent à quitter la Maison-Blanche pour laisser Donald Trump s'y installer, des internautes se sont imaginé les coulisses de cette délicate période de transition.

Joe Biden et Barack Obama dans le Bureau ovale, le 3 novembre 2010 | Pete Souza (Domaine public)

Après l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche, le 8 novembre 2016, les Démocrates –grands perdants de la course à la présidentielle américaine– n'avaient pas vraiment le cœur à rire. Bientôt, Barack Obama, ses équipes et celles de son vice-président Joe Biden devront faire leurs valises, quitter la résidence officielle de Washington et laisser Donald Trump prendre ses quartiers dans le Bureau ovale.

Un changement d'époque pour l'administration Obama que l'on imagine amer et quelque peu douloureux. Internet, comme lui seul en a le secret, s'est chargé de mettre en image ce désarroi à grands coups de mèmes et de détournements –repérées sur Twitter, sur Mashable, The Daily Dot ou The Huffington Post. Ils mettent en avant un Joe Biden qui, un peu comme le ferait un enfant sommé de quitter son bac à sable, tente de saboter par tous les moyens l'arrivée de Donald Trump. Le tout, sous le regard exaspéré, résigné et bienveillant de Barack Obama.

Voilà donc comment des intenautes se sont imaginés la période délicate de transition en cours à la Maison-Blanche entre le président sortant, Barack Obama et son vice-président, notamment lors de la rencontre avec Donald Trump dans le Bureau ovale, le 10 novembre, deux jours après sa victoire.

Obama: Je ne pensais pas qu'il arriverait en retard.

Biden: Je lui ai donné la mauvaise adresse.

Obama: Joe, il a été élu président.

Biden: M'en fous de comment ils l'appellent.

Biden: Bon, voilà le plan: tu as vu Maman, j'ai raté l'avion?

Obama: Joe, non.

Biden: Juste un petit piège.

Obama: Joe.

Biden: Donc, on s'infiltre en pleine nuit en février et on lui vole ses chaussures.

Obama: Joe.

Biden: Et après, on laisse des Lego partout sur le sol.

Obama: Signe ici et ici.

Biden: Et après, c'est bon, l'adoption est signée et vous et Michelle devenez mes parents?

Obama: Non, Joe.

Biden: Oh non, il est là. Allons vite nous cacher.

Obama: Joe, s'il te plaît.

Biden: Et si je la mettais depuis mon téléphone rapidement...

Clinton: Joe, on ne va pas mettre «La Marche Impériale» quand il arrivera.

Biden: J'ai caché tous les stylos de Donald Trump.

Obama: Pourquoi?

Biden: Parce qu'il amène le sien.

Obama: ???

Biden: IL AMÈNE SON PROPRE PENCE [Mike Pence sera le vice-président de Donald Trump et «pen» signifie «stylo» en anglais]

Biden: Mec, viens voir.

Obama: Mec, on est censés faire nos valises.

Biden: Regarde, j'ai fait un Flipagram de nous eux des huit dernières années.

Obama: MEEEEC.

Biden: Quand il arrive je vais lui mettre une droite au visage.

Obama: Non, Joe. Ne fais pas ça.

Biden: Une tape dans le dos.

Obama: Joe.

Biden: Un coup de pied alors.

Biden: C'est quoi le mot de passe?
Trump: Je ne sais pas.
Biden: Les losers disent quoi?
Trump: Quoi.
Obama: Joe.

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters