Science & santéBoire & manger

Le cerveau des anorexiques ignore littéralement la faim

Repéré par Peggy Sastre, mis à jour le 14.11.2016 à 10 h 25

Repéré sur Translational Psychiatry, Université du Colorado – CHU Anschutz

Chez les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire, les circuits neuronaux gérant l'appétit sont inversés

Manger ou ne pas manger | daniellehelm via Flickr CC License by

Manger ou ne pas manger | daniellehelm via Flickr CC License by

Une équipe de quatre psychiatres et chercheurs en neurosciences affiliés à l'université du Colorado vient de mettre en lumière les manifestations neurologiques de l'anorexie: les malades sont capables d'ignorer littéralement la faim parce que les circuits qui la gèrent normalement dans leur cerveau sont inversés. Portant sur des adultes, l'étude ne peut pas dire si le phénomène est une cause ou une conséquence des troubles alimentaires, mais il existe bel et bien.

Pour arriver à ce résultat, les scientifiques menés par Guido Frank, spécialiste de la neurologie des troubles alimentaires ont enrôlé 26 femmes souffrant d'anorexie, 25 de boulimie et 26 autres «sujets sains» pour constituer leur groupe de contrôle. Ensuite, les volontaires ont été soumises à un test classique d'activation de l'appétit, à savoir boire un peu d'eau sucrée, tandis que leur cerveau était surveillé à la fois par IRM fonctionnelle et par IRM de diffusion.

La primauté de l'esprit sur la matière

Et ce que montrent les chercheurs, c'est que les anorexiques ou les boulimiques présentent de nombreuses altérations dans les structures cérébrales régissant normalement la récompense gustative et la régulation de l’appétit. Des modifications particulièrement significatives dans la matière blanche, qui coordonne la communication entre différentes zones du cerveau.

En outre, l'hypothalamus ne joue pas le même rôle chez les malades et les non-malades. Chez ces dernières, les régions cérébrales impliquées dans la gestion de la faim vont chercher leurs informations dans l'hypothalamus. Chez les malades, non seulement l'activité des voies neuronales de la faim est bien plus faibles, mais l'information va dans le sens inverse: de l'hypothalamus aux autres zones cérébrales. Ce qui laisse entendre que leur cerveau shunte l'hypothalamus et ignore littéralement les signaux incitant à manger.

«En termes cliniques, on parle de la primauté de l'esprit sur la matière, précise Frank. Nous disposons désormais de preuves physiologiques pour soutenir cette idée. En temps normal, la région du cerveau responsable de l'appétit devrait vous faire quitter votre chaise et chercher quelque chose à manger. Chez les patientes atteintes d'anorexie ou de boulimie, ce n'est pas le cas.»

Auto-conditionnement?

Les humains sont prédisposés à aimer le goût sucré, signal d'aliments caloriques et dès lors utiles à la survie. À l'inverse, il est très courant que les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire commencent par s'éloigner du sucré, par peur de grossir.

«Il peut s'agir d'un comportement acquis, voire d'un auto-conditionnement où la prise de poids fonctionne comme une “punition”», écrivent les chercheurs. Des habitudes qui peuvent tout à fait modifier le cerveau des malades, en altérant notamment les circuits neuronaux dédiés à l'appétit et à la prise alimentaire.

Pour distinguer l’œuf de la poule, l'équipe de Frank envisage de poursuivre ses recherches sur des enfants, et notamment ceux issus de familles où les troubles du comportement alimentaire sont fréquents, afin de comprendre «quand tout cela commence à se mettre en place».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte