Tech & internet / Monde

Facebook s'interroge sur sa responsabilité dans l'élection de Trump

Temps de lecture : 2 min

Mark Zuckerberg a voulu dédouaner le réseau social, mais les interrogations agitent les employés de la société

LLUIS GENE / AFP
LLUIS GENE / AFP

Au lendemain de l'élection de Donald Trump, de nombreux éditorialistes se sont interrogés sur la responsabilité potentielle de Facebook Accusé d’avoir influencé l’élection américaine: après tout il est le premier média du monde au sens élargi du terme. Il compte plus d' 1.65 milliards d'utilisateurs mensuels; il est aussi depuis avril 2016 le réseau social le plus populaire du monde.

Le fondateur de la société, Mark Zuckerberg, a répondu aux auteurs des reproches, (qui accusaient notamment le réseau d’avoir permis la circulation de fausses informations, et de n'avoir confronté les électeurs qu’à des opinions conformes aux leurs, de les enfermer dans une bulle):

«Personnellement, je pense que l’idée que de fausses informations sur Facebook, qui ne représentent qu’une toute petite partie des contenus, aient influencé la présidentielle est une idée assez dingue.»

Manifestement, tous les employés de Facebook ne sont pas de son avis. Un article du New York Times du 12 novembre explique qu'un besoin d'autocritique parcourt la société californienne.

«Quel rôle, se demandent-ils les uns les autres, a joué leur entreprise, dans le résultat de l'élection? Les plus hauts responsables en ont tiré une conclusion: ils estiment nécessaire de se pencher sur la question». Ce besoin émane autant d'une volonté de rassurer les équipes, et les utilisateurs, qu'un besoin de comprendre.

«Certains employés sont inquiets de la diffusion d'idées et de mèmes racistes sur le réseau, selon des interviews menées avec dix employés actuels et ex, de Facebook. D'autres se demandent s'ils ont alimentée la "bulle" des utilisateurs, qui interagissent en grande partie avec d'autres partageant déjà leurs convictions.

Plus nombreux encore sont ceux qui s'interrogent sur le rôle de Facebook en tant que média et se demandant comment faire pour ne plus diffuser des informations fausses. Certains employés ont envoyé des suggestions aux chefs de produits sur la façon dont il serait possible d'améliorer les puissants flux d'informations de Facebook: les mises à jour des statuts, les posts contenant des articles, photos et vidéos avec lesquels les utilisateurs passent beaucoup de temps à interagir»

Il y a quelques jours, Techcrunch dénonçait en Facebook «un acteur gigantesque», qui «façonne notre compréhension des événements qui se déroulent autour de nous. Nous savons depuis un moment que tout le bruit qu'il génère peut être problématique (...). Mais nous comprenons seulement aujourd'hui à quel point son influence est devenue grande»

Slate.fr

Newsletters

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Dans une culture du «pas de gros, pas de folles», plaider pour la gentillesse sur les plateformes de rencontre pourrait bien constituer un geste radical.

Citoyens, États et collectivités, mettons la technologie au service de la démocratie

Citoyens, États et collectivités, mettons la technologie au service de la démocratie

[Tribune] Quand on a l’ambition de sauver la démocratie par la technologie, encore faut-il avoir les idées claires sur les valeurs et principes éthiques à respecter.

Le sous-titrage n'est pas un boulot à prendre à la légère (coucou Netflix!)

Le sous-titrage n'est pas un boulot à prendre à la légère (coucou Netflix!)

Traduire des sous-titres, c’est facile. Le faire bien, c’est un métier.

Newsletters