Partager cet article

Voilà à qui reviennent les accoudoirs au centre dans les avions

Plane | Ronald Sarayudej via Flickr CC License by

Plane | Ronald Sarayudej via Flickr CC License by

Il va falloir prendre sur vous.

Un long vol vous attend, vous n'avez pas pris le temps de vous enregistrer et vous obtenez un siège au centre dans l'avion, celui qui n'est ni sur l'allée, ni ne bénéficie d'un hublot, vous êtes coincé. Vous êtes coincé entre deux passagers qui vont pouvoir, ou admirer le ciel, ou étendre leurs jambes, vous n'avez pas eu la place qu'il faut absolument réserver.

D'autant que les compagnies aériennes réduisent de plus en plus l'espace pour les passagers, et vous voilà à partager le peu qu'il vous reste de confort, les accoudoirs. Mais devez-vous vraiment céder? La BBC tente de résoudre ce débat

«J'ai le sentiment que les accoudoirs partagés dans les avions sont l'invention d'une personne tordue qui voulait assister à des bagarres sans fin à propos de qui a le droit de poser son bras», explique le passager Eric Fung, un avocat de Minneapolis à la BBC.

Choix au centre

«La personne de chaque côté (du siège central) a un accoudoir pour elle toute seule, elle est donc obligée de laisser choisir la personne au milieu», affirme Debbie Ferm, une ancienne hôtesse de l'air de la compagnie régionale américaine Compass Airlines. «Si celle-ci veut s'appuyer complètement sur l'un ou l'autre des accoudoirs pendant le vol, c'est son choix.»

Mais la réalité prouve que tout le monde n'est pas poli et prêt à céder sa place sur l'accoudoir, comme le suggère Debbie Fem. La guerre est telle que certaines personnes sont prêtes à payer pour changer de place et ne pas avoir à partager. La BBC raconte ainsi qu'un homme a préféré donner 100 dollars à un passager plutôt que de tenter de se faire surclasser pour changer de place, car cela lui aurait coûté plus cher.

Partager

Et pour ceux qui n'ont pas d'argent à dépenser, tous les moyens sont bons. Un membre du personnel de British Airways raconte ainsi avoir vu un jour une passagère s'en prendre à une femme enceinte qui était dans le siège central parce qu'elle prenait, selon elle, trop de place. Avant de comprendre que tout cela était une stratégie –les deux femmes étaient sœurs– et leurs cris n'étaient là que pour obtenir d'être surclassées. Un autre passager a fini par céder sa place.

Hayley Stainton, cet ancien membre d'équipage de British Airways, estime qu'il faut s'adapter aux personnes à côté de soi:

«Je crois que l'accoudoir doit être partagé, et chaque personne pouvoir en disposer à différents moments du vol. Mais si la personne à côté de vous est plus forte, plus vieille ou que c'est un enfant, alors, dans un geste de bonne volonté, la place devrait leur être accordée.»

Lizzie Post, l'arrière petite-fille de l'auteure d'un guide des bonnes manières très connu aux États-Unis –Emily Post's Etiquette– précise à Travel+Leisure:

«Quand il y trois sièges ou plus, autorisez les gens au milieu dans l'avion à choisir d'abord ce qu'ils veulent faire avec ces accoudoirs. lls n'ont pas de hublot sur lequel se reposer. Ils n'ont pas l'allée. C'est faire preuve de gentillesse que de leur céder la place sur l'accoudoir si vous avez l'allée ou la fenêtre, et qu'ils n'ont pas autant de place que vous.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte