Monde

Le choix le plus important à faire à la Maison-Blanche: choisir son bureau

Eric Grundhauser, traduit par Bérengère Viennot, mis à jour le 26.11.2016 à 10 h 52

Le bureau ovale occupé par le président américain comporte une pièce maîtresse. Celle-ci a changé à plusieurs reprises.

Obama à la Maison-Blanche | Peter Souza via Wikimedia CC License by

Obama à la Maison-Blanche | Peter Souza via Wikimedia CC License by

Donald Trump vient d'être élu, et il est en train de prendre des décisions importantes, d’une portée colossale, à commencer par la composition de son cabinet.

Mais ces décisions une fois prises, son investiture passée, il devra se mettre au boulot pour de vrai. Mais sur quoi travailler dans le Bureau ovale?

Seuls six bureaux sont passés dans cette pièce, chacun choisi par un président qui allait l’utiliser pour des affaires susceptibles de changer la face du monde. Qu’elle soit restée le temps d’un mandat ou pendant tout un siècle, chacune des vastes tables de travail à deux caissons du Bureau ovale a une captivante histoire. Voici un classement de ce fascinant mobilier.

1.Le bureau C&O

George H.W. Bush et quelques alertes ministres | Susan Biddle/Wikimedia CC

Le bureau C&O n’a passé que le temps d’un mandat dans le Bureau ovale, littéralement sous le président George H.W. Bush. Il détient le record du bureau présidentiel le plus éphémère. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’a rien de particulier.

Ce bureau fonctionnel fut construit en 1920 par la Chesapeake and Ohio Railway (C&O), pour servir de bureau personnel à l’un des propriétaires de la compagnie ferroviaire. Après toute une série de fusions, l’ex-C&O fit don de ce bureau à la Maison-Blanche, où il fut placé dans le cabinet de travail du Bureau ovale. En 1985, pendant le mandat de vice-président de H.W. Bush sous Ronald Reagan, Bush réquisitionna le meuble pour son usage personnel et le fit installer dans son bureau à lui. Lorsqu’il accéda à la présidence en 1989, il apporta son bureau bien-aimé avec lui dans le Bureau ovale, reléguant son prédécesseur, le Resolute Desk (voir plus bas), à la réserve le temps de son unique mandat.

Une réplique du bureau à la bibliothèque G. H. Bush | George Bush Presidential Library and Museum/CC by 2.0

Fait d’humble bois de noyer, le C&O est relativement dépouillé pour un bureau de chef d’État. C’est un espace de travail imposant de style géorgien dont les caissons, qui soutiennent le plan de travail, sont équipés des deux côtés de tiroirs et de placards. Il est teint en marron foncé et assorti de poignées dorées. Un meuble élégant et en rien ostentatoire.

Bill Clinton, le président suivant, dont le mandat débuta en 1993, ne partagea pas l’amour de H.W. Bush pour le stoïque bureau C&O et fit rapatrier le Resolute dans le Bureau ovale lorsqu’il y accéda. On peut admirer une reproduction du seul bureau qui ne dura qu’un mandat à la George H.W. Bush Library de College Station, Texas.

5.Le bureau Hoover

Non, ce n’est pas Herbert Hoover | National Archives and Records Administration/CC

Bien qu’il porte le nom d’Herbert Hoover, ce bureau solide et fonctionnel fut bien davantage utilisé par l’inventeur du New Deal, Franklin Delano Roosevelt, élu quatre fois, qui s’en servit au cours de ses douze années en tant que chef suprême des armées.

En décembre 1929, durant l’unique mandat du président Hoover, un incendie (provoqué soit par une cheminée bouchée, soit par des circuits électriques défaillants) ravagea l’aile ouest de la Maison Blanche, dévastant de nombreuses pièces, dont le Bureau ovale. Hoover travaillait alors sur le bureau Roosevelt, installé dans le Bureau ovale depuis sa création. Le bureau fut sauvé, mais après l’incendie, le temps des changements était venu. En 1930, la Grand Rapids Furniture Manufacturer's Association fit don d’une table de travail toute neuve à Hoover, qui le fit installer dans son Bureau ovale rénové de fond en comble.

Il s’agissait d’un bureau sombre, à deux caissons. Il ne comportait des tiroirs et des placards que du côté du président, tandis que l’autre face arborait de subtils angles art-déco comme unique ornement.

Lorsque Franklin Delano Roosevelt accéda à la présidence en 1933, il ne se donna pas la peine de changer les meubles du Bureau ovale et continua d’utiliser le bureau Hoover pendant toute sa présidence. C’est à ce bureau que Franklin Delano Roosevelt signa les déclarations de guerre avec le Japon et l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lorsque Harry Truman devint président en 1945, à la mort de Roosevelt, il fit replacer le bureau Roosevelt dans le Bureau ovale. Le bureau Hoover d’origine de Franklin Delano Roosevelt trône aujourd’hui dans sa bibliothèque présidentielle, toujours couvert de bibelots et de cadeaux d’admirateurs.

4.Le bureau Johnson

Lyndon B. Johnson en plein travail | LBJ/Public domain

Lyndon B. Johnson s’installa dans le Bureau ovale en 1963, après l’assassinat de John F. Kennedy. Que ce soit par tristesse après la mort de Kennedy ou qu’il ait été soucieux de son confort, Johnson apporta avec lui le bureau sur lequel il travaillait depuis des années.

Le bureau Johnson ne faisait pas partie du mobilier offert à la Maison Blanche. Il avait été fabriqué exprès pour un fonctionnaire par la menuiserie du Sénat entre 1906 et 1926. Johnson commença à l’utiliser pendant ses années au Sénat, l’emporta avec lui pendant son bref mandat de vice-président, pour finir par l’installer dans le Bureau ovale lorsqu’il devint président.

Il est lui aussi flanqué de deux caissons équipés de placards. Conçu dans le style classique et tout en arrondis du mobilier du Sénat, ce meuble en acajou arbore des lignes courbes décoratives et des pieds en forme d’oignon. Cependant, sa caractéristique la plus frappante, ce qui le différencie le plus de tous ses homologues du Bureau ovale, c’est que c’est le seul à être recouvert de cuir vert criard.

Compte tenu du peu de discrétion de son revêtement, rien d’étonnant que le Johnson Desk n’ait duré que le temps de sa présidence et qu’il ait été remplacé quand Richard Nixon succéda à Johnson. Il finit par être envoyé dans la reconstitution du Bureau ovale aménagée dans la Johnson’s Presidential Library. On raconte que Johnson venait s’y asseoir de temps en temps, pour surprendre les visiteurs.

3.Le bureau Wilson

Nixon en pleine discussion (et en plein enregistrement?) avec ses conseillers autour du bureau Wilson | NARA Public domain/Public domain

Voici le bureau qui trompa «Tricky» Dick Nixon [Dick le Sournois], qui choisit d’en faire la pièce maîtresse du Bureau ovale en croyant qu’il avait été utilisé par un honorable prédécesseur: Woodrow Wilson, 28e président des États-Unis. 

Le bureau Wilson échut à Nixon après avoir été acheté à la fin du XIXe siècle pour orner les pièces du Capitole dévolues au vice-président. Cet imposant bureau en acajou partageait le style populaire à deux caissons de nombreux autres, avec des tiroirs de chaque côté. Il resta au Capitole où il vit passer quinze vice-présidents différents, dont Nixon lui-même, qui développa clairement un attachement à ce meuble.

Quand Nixon devint président, il fit installer son bureau dans le Bureau ovale et l’utilisa lors de son discours sur la «majorité silencieuse» à propos de la guerre du Vietnam, au cours duquel il reprit les mots de Woodrow Wilson au sujet de la Première Guerre mondiale. Or, comme le découvrit un conservateur de la maison Blanche, en réalité le bureau Wilson aurait été utilisé par Henry Wilson, 18e vice-président des États-Unis. Oups.

Nixon fut informé de la méprise mais ne sembla pas s’en formaliser et continua d’utiliser son bureau. Ce qui pourrait avoir un rapport avec le fait qu’il avait ordonné aux services secrets de cacher cinq micros à l’intérieur. Ces appareils qui se déclenchaient à la voix (plus tard, Nixon fit installer un interrupteur pour pouvoir les allumer et les éteindre à sa guise) enregistrèrent secrètement plusieurs conversations du Bureau ovale dont, plus tard, certaines relèveraient du Watergate.

Lorsque le scandale du Watergate obligea Nixon à démissionner et que Gerald Ford prit sa place, le bureau demeura dans le Bureau ovale pendant tout le mandat présidentiel de Ford. Ensuite, il retourna dans celui du vice-président au Capitole où il est toujours utilisé. Nul ne sait ce qu’il est advenu des micros secrets.

2.Le bureau Roosevelt

      Le bureau Roosevelt en 1909, prêt pour Taft | Gearedbull/Public domain

Le bureau de Theodore Roosevelt a non seulement été le premier à être installé dans le Bureau ovale, mais il a également été utilisé par davantage de présidents qu’aucun autre de ses homologues, sept chefs suprêmes l’ayant choisi comme table de travail.

Comme son nom l’indique, ce bureau fut construit en 1903 pour le président Theodore Roosevelt, qui fut à l’origine de la création de l’Aile ouest de la Maison Blanche. Il fut conçu par Charles Follen McKim, du célèbre cabinet d’architectes McKim, Mead & White, qui imagina l’Aile ouest d’origine.

Le bureau fut déménagé du proto-Bureau ovale de Roosevelt quand le président William Taft accéda au pouvoir et agrandit le bâtiment, créant le premier Bureau ovale tel que nous le connaissons actuellement. Il resta dans cette pièce pendant plusieurs décennies et accomplit scrupuleusement son office sous Woodrow Wilson, Warren G. Harding, Calvin Coolidge et Herbert Hoover. Ce n’est qu’après l’incendie de 1929 que le bureau Roosevelt fut déménagé, supplanté par le bureau Hoover. Sorti indemne de l’incendie grâce à quelqu’un qui jeta une bâche dessus, il sommeilla dans une réserve pendant 16 ans.

Ce fut Harry S. Truman qui l’en fit sortir pendant sa présidence, en le replaçant dans le Bureau ovale en 1945. Truman utilisa ce bon vieux bureau pendant tout son mandat, et lança la tradition de signer l’intérieur du tiroir du haut. Après Truman, Dwight D. Eisenhower choisit lui aussi de l’utiliser comme table de travail officielle.

Le bureau Roosevelt quitta définitivement le Bureau ovale en 1961, lorsque John F. Kennedy le fit installer dans le bureau du vice-président Lyndon Johnson. Il est utilisé par les vice-présidents depuis, et son tiroir supérieur s’orne d’une nouvelle signature à chaque nouvelle administration.

1.Le bureau «resolute»

Le président Reagan à son bureau à la Maison-Blanche en 1988 | Ronald Reagan Presidential Library / Public domain

Bâti avec le bois d’un bateau naufragé, il cachait une porte dérobée pour dissimuler les jambes de Franklin Delano Roosevelt. Le Resolute Desk est de loin le plus remarquable de tous les bureaux présidentiels.

Débarqué en Amérique en 1879, cadeau de la reine Victoria à Rutherford B. Hayes, le Resolute Desk a une histoire bien plus lointaine. Le HMS Resolute était un vaisseau britannique pris dans les glaces et abandonné dans la banquise arctique en 1853. Lorsque la glace fondit, il dériva jusqu’à sa découverte par un baleinier américain.

Le navire fut ramené en Amérique où il fut réparé au Brooklyn Navy Yard puis rapatrié en Grande-Bretagne en signe de geste de bonne volonté. Mais le Resolute ne servit pas beaucoup après cela et fut démantelé en 1879. La reine Victoria envoya la salve suivante dans la guerre de l’amabilité en faisant fabriquer ce qui est désormais le bureau Resolute avec les poutres en chêne du vaisseau.

Suivant la volonté de Victoria, ce meuble très décoré est couvert de reliefs, de filigranes et de rinceaux. Il comporte aussi une plaque rappelant sa remarquable origine. Comme le bureau de Johnson, mais en moins criard, son plateau est recouvert de cuir, mais rouge.

Deux petits Kennedy planqués dans la cache secrète de Franklin Delano Roosevelt | Harold Sellers / Public domain

Une fois arrivé aux États-Unis, le bureau fut placé dans la Maison Blanche, dans le cabinet de travail du président. Franklin D. Roosevelt, obligé de porter des attelles aux jambes à cause de sa polio, fit installer un panneau de façade pour en couvrir l’évidement. Ce panneau articulé pouvait s’ouvrir comme une porte secrète et arborait le sceau présidentiel—un des rares sceaux de la Maison Blanche où l’aigle est tourné vers les flèches plutôt que vers les rameaux d’olivier. 

Si le bureau Resolute dut attendre la présidence de John F. Kennedy pour trôner dans le Bureau ovale, ce ne fut pas lui qui choisit de le placer là. C’est la Première Dame, Jacqueline Kennedy, qui le découvrit alors qu’il avait été oublié dans une salle de télévision, et qui le fit installer dans le bureau présidentiel dans le cadre de sa rénovation générale de la Maison Blanche.

Après l’assassinat de Kennedy, LBJ fit retirer le Resolute du Bureau ovale. Il n’y retourna pas avant l’élection de Jimmy Carter qui décida d’utiliser le meuble fleuri comme trône présidentiel. Depuis, tous les présidents l’ont utilisé dans le Bureau ovale—à l’exception de George H.W. Bush: Ronald Reagan, Bill Clinton, George W. Bush et aujourd’hui Barack Obama.

Obama a reçu une volée de bois vert après la publication de photos le montrant les pieds posés sur le bureau, mais quand on sait qu’il a survécu à l’océan Arctique et à six présidences, on peut présager qu’il s’en sortira très bien.

Eric Grundhauser
Eric Grundhauser (7 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte